BAR KOKHBA (IIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le substrat matériel et administratif de l'insurrection d'après les découvertes du désert de Juda et de Khirbet Midras

Lors des fouilles de 1953 dans les grottes de Murabba‘at et de 1960-1961 au Naḥal Ḥéver, au Naḥal Ṣeélim, on mit au jour des instructions de Bar Kokhba à ses lieutenants, ainsi que les archives familiales d'une certaine Babitha bat-Siméon. Ces trouvailles extraordinaires mettent en lumière l'approvisionnement, la discipline, les pratiques religieuses, les langues (hébreu, araméen et grec) des insurgés. Elles révèlent le vrai nom de son chef Siméon ben Koséba – Bar Kokhba, « fils de l'Étoile » d'après Nombres, xxiv, 17 pour les sources chrétiennes, Ben Koziba « fils du mensonge » pour les sources juives –, et ceux de ses lieutenants Jésus ben Gilgala, Juda ben Manassé, Massabala ben Siméon, ainsi que des relations tendues avec les « Galiléens » (des chrétiens ? ).

Les fouilles de 1981 au Khirbet Midras (Kh. Durusiya) dans la région de Nahal Soreq, au sud-ouest de Jérusalem, ont dégagé de prodigieux complexes souterrains (couloirs, demeures, entrepôts, puits, systèmes d'aération, salles d'assemblée, atelier monétaire) construits avant la révolte et qui servirent de point d'appui aux opérations. Grâce à des monnaies et à d'autres vestiges, on les identifie avec les installations mystérieuses qu'évoquait Dion Cassius : « Ils n'osèrent pas combattre les Romains en batailles rangées, mais ils s'emparaient des meilleures positions de la contrée, et les fortifiaient avec des souterrains et des murailles, afin d'y trouver un refuge s'ils étaient forcés et de s'assurer sous terre des communications secrètes ; ils pratiquaient des ouvertures au-dessus de ces chemins souterrains pour laisser entrer l'air et la lumière. » Le problème de la préparation du soulèvement à l'insu de l'occupant romain trouve ici un début de solution. Restent pendantes la chronologie des opérations militaires, la restauration du Temple et du culte sacrificiel, la signification du titre Nasi de Bar Kokhba, la cause directe de la guerre. Dans l'attente de fouilles, Béthar, quartier général de Bar Kokhba et substitut de Jérusalem pour les sources rabbiniques, conserve son mystère. S'agit-il bien des abords du village de Bittir à 11 kilomètres au sud-ouest de Jérusalem ou d'un site de la région de Hadéra comme le prétend un travail récent ?

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études émérite à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification

Autres références

«  BAR KOKHBA ( II e s.)  » est également traité dans :

AKIVA, AKIBA ou AQIBA (50 env.-135)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 674 mots

L'un des plus grands tannaim, Akiva fut aussi sans doute le sage le plus marquant de son temps ; patriote et martyr, il exerça une influence décisive sur le développement de la halakha. Sa vie est des plus spectaculaires dans l'histoire du judaïsme rabbinique. Bien que la légende ait coloré sa biographie, il est sûr qu'il vint assez tard au savoir et fut même un ennemi virulent de l'étude et de l' […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 022 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De l'an 71 au royaume de Bar Kokhba (135) »  : […] Après la répression s'opère une certaine reconstruction. Des propriétaires terriens prudents ont pu garder leurs domaines. Les terres confisquées appartiennent à l'empereur et sont cultivées par des paysans juifs devenus tenanciers. Les ruines sont relevées. Une juridiction juive est tolérée par les Romains, mais limitée aux questions religieuses : celle du Patriarche. Dans des conditions encore m […] Lire la suite

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 611 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les deux derniers siècles de la Jérusalem juive : de la prise de la ville par Pompée (63 av. J.-C.) à la fin de la « Guerre d'Hadrien » (135 apr. J.-C.) »  : […] Après la prise de Jérusalem par Pompée, la royauté n'est conférée à aucun des prétendants juifs ; nommé seulement grand prêtre et ethnarque, Hyrcan II (63-40) doit payer tribut aux Romains, et se soumettre au contrôle du gouverneur romain de Syrie ; en outre, les villes de la côte, celles du nord de la Transjordanie, et plusieurs autres cités, comme Samarie, lui sont enlevées. Quant à Aristobule, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard NAHON, « BAR KOKHBA (IIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bar-kokhba/