Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BANQUE D'ANGLETERRE, en bref

Les banques centrales ont d'abord été des banques commerciales ou publiques, dotées d'une Charte et de privilèges d'émission de billets en échange du financement de la dette publique. Il en va ainsi pour la Banque de Suède créée en 1668 et la Banque d'Angleterre créée en 1694. Celle-ci sera la première à acquérir les fonctions d'une véritable banque centrale. Elle centralise, en effet, les réserves métalliques de toutes les autres banques du pays et gère ainsi les paiements interbancaires dès le début du xixe siècle. Elle n'a pourtant pas encore le monopole de l'émission des billets à cette époque. C'est lors des controverses bullionistes, autour de 1810, durant la période d'inconvertibilité des billets en métal, qu'elle se voit confier le rôle de veiller à la stabilité de la valeur de la monnaie. Le Peel Act de 1844 lui impose de suivre des règles strictes et automatiques de politique monétaire au lieu d'une politique discrétionnaire. Il fut suspendu, à plusieurs reprises, lors de périodes de tension sur la liquidité jusqu'à la fin de l'étalon or.

Le rôle de prêteur ultime explicité par Henry Thornton en 1802 et Walter Bagehot en 1870 ne fut véritablement mis en œuvre par la banque d'Angleterre – qui là aussi innove – qu'à la fin du xixe siècle. C'est aujourd'hui la pratique de toutes les grandes banques centrales (notamment de la Federal Reserve Bank américaine sous des modalités diverses lors de faillites bancaires ou de crises financières), à l'exception notable de la... B.C.E.

— Sylvie DIATKINE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'Université en sciences économiques, université de Paris-XII

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AN ENQUIRY INTO THE NATURE AND EFFECTS OF THE PAPER CREDIT OF GREAT BRITAIN, Henry Thornton - Fiche de lecture

    • Écrit par Jérôme de BOYER
    • 1 032 mots

    Évangéliste, banquier et économiste, Henry Thornton (1760-1815) entra au Parlement britannique à vingt-deux ans (1782) et y siégea jusqu'à sa mort. Il soutenait le gouvernement tory du second Pitt et s'illustra dans les débats de politique monétaire et financière. C'est pour défendre la décision...

  • BANQUE - Économie de la banque

    • Écrit par Emmanuelle GABILLON, Jean-Charles ROCHET
    • 7 908 mots
    • 3 médias
    ...membre mais d'importants textes ont été adoptés en 2014 par l'Union européenne pour définir le fonctionnement de la future union bancaire européenne. En Grande-Bretagne la Financial Services Authority (F.S.A.) était le régulateur unique de l'ensemble du secteur financier avant d'être séparée en deux...
  • BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

    • Écrit par Patrice BAUBEAU
    • 6 502 mots
    ...montrent aussi combien les contraintes pesant sur la capacité des institutions bancaires de premier rang peuvent contribuer aux innovations financières. Ainsi, l'Act of Peel adopté en 1844 et qui divise la Banque d'Angleterre en deux départements relativement autonomes – un pour l'émission des billets,...
  • BANQUES CENTRALES

    • Écrit par Sylvie DIATKINE
    • 6 895 mots
    • 1 média
    ...sont issues d'expériences spécifiques aux différents pays. Les premières furent créées en Europe afin de répondre aux besoins de financement des États. Il en est ainsi de la Banque d'Angleterre, fondée en 1694 par autorisation du Parlement. Les souscripteurs du nouvel emprunt public lancé à cette...
  • Afficher les 13 références

Voir aussi