GRACIÁN Y MORALES BALTASAR (1601-1658)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'odyssée de l'intelligence

Chez Gracián, art et morale ne s'opposent pas, ils se complètent. Le lien éthique-esthétique explique que l'esprit de finesse soit déjà partie déterminante des qualités souveraines de l'« homme universel », développées de façon significative chacune dans un genre littéraire différent. Aussi bien le traité De la finesse et du bel esprit (Agudeza y arte de ingenio, 1648) n'est-il pas une simple rhétorique moderniste, non plus qu'une anthologie exemplaire du conceptisme. La littérature n'y est pas illustration, mais objet d'analyse, matière d'une possible science. Puisant dans tous les temps et dans différentes langues, Gracián démontre que le conceptisme n'est pas une école, mais l'expression de structures mentales universelles : en analysant la mécanique du jeu des concepts corrélatifs et contradictoires, le jésuite aragonais y pressent, sur le plan esthétique, le caractère créateur de la dialectique.

C'est dans cette perspective de l'unité de l'intelligence que prend son véritable sens L'Homme détrompé (El Criticón, 1651-1657), prodigieux chef-d'œuvre conceptiste où foisonnent, au confluent de l'emblématique et de la suasoria, les mythes, l'histoire, la légende, les dits, les proverbes, la somme philosophique de l'Antiquité, de la Renaissance et du Siècle d'or, en un récit qui n'entre dans aucun genre déterminé, invente avant la lettre le roman allégorique et le conte philosophique et apparaît surtout comme l'aboutissement somptueux et nécessaire de la dogmatique gracianesque. Car si l'homme dédoublé Andrenio-Critilo est le héros de l'odyssée de la vie selon un parcours où l'espace géographique et allégorique n'est que la dimension des âges, le véritable protagoniste est ici le Monde, celui que sous-entendaient les traités de morale. Face à l'axiomatique du comportement, le Criticón c'est l'univers démasqué de la circonstance.

Mais l'apparente abstraction de l'œuvre ne doit pas abuser. Le parcours de la vie s'y inscrit dans une histoire qui est bien celle de l'Espagne de la première moitié du xviie siècle, guettée par la décadence économiq [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : maître assistant de langue et littérature espagnoles, U.E.R. de la faculté des lettres et sciences humaines, université de Clermont-II

Classification


Autres références

«  GRACIÁN Y MORALES BALTASAR (1601-1658)  » est également traité dans :

TRAITÉS POLITIQUES, ESTHÉTIQUES, ÉTHIQUES (B. Gracián)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 992 mots

« Ô toi, n'entreprends rien contredisant Minerve. » Ce vers d'Horace qui est cité dans Le Héros (1637), rien, dans l'œuvre superbe de Baltasar Gracián (1601-1658), ne vient le réfuter. « L'intelligence personnelle » que symbolise Minerve est le moteur et le principe des Traités politiques, esthétiques, éthiques de ce prince de l'esprit, rassemblés et traduit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traites-politiques-esthetiques-ethiques/#i_9653

CONCEPTISME, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 375 mots

De l'espagnol conceptismo . Le trait, la pointe, la saillie, le mot d'esprit, alliant le paradoxe de l'ambiguïté, le brillant à l'inattendu, l'hermétisme à la profondeur, voilà ce qui caractérise le conceptisme, qui joue avec l'idée ou le vocable à la différence du cultisme (ou cultéranisme ) qui complique à plaisir l'énoncé ou la syntaxe. Fondé sur la croyance d'une relation d'analogie entre les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conceptisme-litterature/#i_9653

LE CRITICÓN, Baltasar Gracián - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 869 mots

Œuvre majeure de Baltasar Gracián (1601-1658), Le Criticón, roman allégorique, comprend trois parties. La première partie, publiée en 1651, était signée du nom de García de Marlones. Pour échapper à la censure ecclésiastique, Gracián, qui était jésuite, utilisa un autre pseudonyme, celui de Lorenzo Gracián, pour la deuxième et la troisième parties, publiées en 1653 et en 1657. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-criticon/#i_9653

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La poésie et le conceptisme »  : […] L'italianisme a introduit en Espagne – malgré la résistance de la vieille muse rustique – des mètres nouveaux, des genres nouveaux, et particulièrement le sonnet. Il s'est formé en Europe toute une esthétique du sonnet, provenant de la tradition pétrarquisante et s'inspirant d'un merveilleux spiritualisme érotique. Cette sorte de composition, aussi parfaite dans son architecture typographique que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_9653

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 430 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les travailleurs de l'intelligence »  : […] Si l'on s'en tient au premier sens de la définition, fondé sur une opposition entre manuel et intellectuel, on peut l'appliquer à une large part de ceux qui pensent et écrivent de l'Antiquité au xviii e  siècle. À cet égard, Érasme (1467 env.-1536) constitue un cas exemplaire. Né à Rotterdam, il s'est formé dans les Provinces-Unies et à Paris, a obtenu son grade de docteur à Turin. Il gagna sa vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellectuel/#i_9653

Pour citer l’article

Charles MARCILLY, « GRACIÁN Y MORALES BALTASAR - (1601-1658) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/baltasar-gracian-y-morales/