Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AZTÈQUES (notions de base)

La religion aztèque

La religion des Aztèques apparaît comme une récapitulation des systèmes religieux qui l’ont précédée en Méso-Amérique. Nombre de ses dieux étaient déjà adorés bien avant leur arrivée. Quant aux sacrifices humains, ils sont communs à toutes les cultures amérindiennes. Il s’agit donc d’une synthèse entre des cultes autochtones et les divinités tribales du peuple mexica.

L'obsession sacrificielle

La conception aztèque du monde est marquée par une véritable obsession de la précarité cosmique, consignée dans les mythes et ressentie dans les comportements quotidiens.

Le mythe des quatre soleils, au-delà de la mémoire de cataclysmes naturels, traduit en une symbolique élaborée cette perception extrêmement aiguë de l'instabilité du monde. Quatre soleils ont précédé l'ère présente et par quatre fois déjà l'humanité a péri dans une catastrophe. Le cinquième soleil, sous lequel vivent les Aztèques, est lui aussi condamné à mourir par épuisement de ses forces.

Pour que le soleil poursuive sa course, il faut l'alimenter sans cesse avec le sang des sacrifiés. Ce soleil-prédateur a perpétuellement besoin d’être entretenu et nourri. Il faut donc que les hommes tuent leurs semblables pour que, jour après jour, vive le monde.

Sacrifices humains dans l'ancien Mexique, Claude-François Baudez - crédits : Encyclopædia Universalis France

Sacrifices humains dans l'ancien Mexique, Claude-François Baudez

Présent dans la plupart des cultures amérindiennes, le sacrifice humain est placé au cœur de la cosmologie aztèque. Pour les nécessités du culte, plusieurs milliers de victimes peuvent être sacrifiées en un seul jour. Celles-ci sont en général capturées au cours de guerres, dites « fleuries », organisées à cette seule fin.

Les divinités du plateau central

Les grands dieux aztèques - crédits : Encyclopædia Universalis France

Les grands dieux aztèques

Le panthéon mexicain apparut aux Espagnols comme une cohorte d'innombrables démons : en effet, le polythéisme aztèque est illimité. À l'époque de la Conquista, le panthéon s'ordonne autour de deux traditions principales : d'un côté, les anciens dieux telluriques autochtones, divinités d’agriculteurs vouant un culte à la fécondité et à la fertilité de la Terre ; de l'autre, les dieux essentiellement stellaires de la guerre et de la chasse, apportés par les migrants nahua.

Tlaloc - crédits : W. Forman/ AKG-images

Tlaloc

Les sédentaires du plateau central adoraient depuis l'antiquité la plus reculée des dieux agraires de la pluie et de la végétation. Le plus important de tous était le dieu de la pluie, Tlaloc, auquel on associait Chalchiuhtlicue, sa sœur ou sa compagne. Parmi les plus anciennes figures mythiques, le dieu du feu tient une place importante. À l'époque aztèque, il est connu sous le nom de Xiuhteuctli.

C'est également à ce contexte mythologique qu'il faut rattacher de jeunes dieux de la végétation comme Centeotl, « le dieu du maïs », ou Xochipilli, « le prince des fleurs ». L’ivresse, procurée par le pulque, est considérée comme un acte rituel. Son principe divin, complexe et multiforme, s’incarne dans les Centzontotochin, les « quatre cents lapins ».

Synthèse et assimilation religieuses

Les dieux apportés par les conquérants nahua sont, eux, des divinités célestes et astrales. À la différence des dieux des anciens agriculteurs du plateau central, les dieux nordiques n'étaient pas, à l'origine, représentés sous des formes anthropomorphisées, mais plutôt par des objets symboliques comme une pierre taillée, une fleur sacrée, une plume précieuse, etc. Durant l'époque de la migration, les représentations de ces dieux étaient enveloppées dans des paquets cérémoniels que transportaient sur leur dos les prêtres qui guidaient la pérégrination. Ainsi, le dieu tribal aztèque, Huitzilopochtli, le « colibri de gauche », dieu solaire et guerrier, fut semble-t-il adoré pendant la migration sous la forme d’une boule de plume. Il acquiert ensuite, à Tenochtitlán, des traits anthropomorphes, pour trouver sa place au côté des anciennes divinités locales.

Temple de Tlaloc - crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Temple de Tlaloc

Pour «[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

L'Amérique centrale avant les Aztèques - crédits : Encyclopædia Universalis France

L'Amérique centrale avant les Aztèques

Mexico-Tenochtitlán : la fondation - crédits : DEA Picture Library/ Getty Images

Mexico-Tenochtitlán : la fondation

Tenochtitlán - crédits : Encyclopædia Universalis France

Tenochtitlán

Voir aussi