JUDA DE RATISBONNE dit JUDA LE PIEUX (1150-1217)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le maître le plus éminent du mouvement piétiste rhénan. Juda vécut quelque temps à Spire, mais passa la plus grande partie de sa vie à Ratisbonne. En dehors des légendes colportées à son sujet, on ne connaît que peu de détails sur son existence. Ce silence est volontaire : Rabbi Juda ou Juda le Pieux ne signait pas ses livres de son nom, de peur que ses enfants n'en tirent de l'orgueil ; et même ses disciples directs, tel Rabbi Abraham ben Azriel, ont respecté sa consigne en ne le désignant que par des anagrammes ou acrostiches de son nom.

Ses disciples, dont le plus important fut Rabbi Éléazar ben Juda de Worms, contribuèrent pourtant à la diffusion de sa pensée. Bien qu'il n'ait pas rédigé d'ouvrage halakique relevant du genre de la Halakah, les solutions que préconise Juda ont cependant profondément marqué les « décisionnaires » ashkénazes qui l'ont suivi. Ses deux œuvres principales en théologie sont un Sefēr ha-Kabōd (Livre de la Gloire) et un important commentaire sur les prières. De ces deux ouvrages, qui semblent avoir été considérables, il ne subsiste que des fragments. Abraham ben Azriel dans son Arūgat ha-Bosem, collection de poésies liturgiques, et Moïse Taqū dans son écrit polémique Kětab Tamim transmettent l'écho de cette méditation centrée autour du thème de Kabōd (Gloire divine).

L'écrit principal qui nous est parvenu de Juda est le Sefēr ḥasidim, véritable somme éthique où la vie sociale des Juifs allemands, avec toutes leurs préoccupations, se trouve évoquée. D'autres textes (si l'on met de côté ceux qui lui ont été attribués de manière pseudo-épigraphique) sont dispersés dans le reste de la production littéraire des ḥasidim allemands. Si la recherche contemporaine a été conduite à nuancer l'image qu'on se faisait naguère de ce mouvement en constatant qu'il existait, en dehors du groupe de la famille des Kalonymides, d'autres cercles, tel celui de Kerūb ha-Meyūhad (chérubin particulier), qui possédait sa littérature et sa théologie particulières, il n'en demeure pas moins que les Kalonymides et, en tout premier lieu, Rabbi Juda ben Ḥasid ont bien représenté le noyau central du mouvement piétiste rhénan à son âge d'or, entre 1140 et 1217.

—  Roland GOETSCHEL

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  JUDA DE RATISBONNE dit JUDA LE PIEUX (1150-1217)  » est également traité dans :

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 236 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les centres de l'Europe occidentale »  : […] Les communautés françaises remontent à l'exil à Vienne d'Archelaüs, fils d'Hérode (6 apr. J.-C.) ; elles sont nombreuses sous les Mérovingiens. Les Juifs vivent dans les campagnes et les villes (Bordeaux, Tours, Poitiers), mais surtout en Champagne et en Normandie. Des lieux-dits multiples rappellent un hameau ou un quartier juif, « Juiverie », « Villejuif », « rue des Juifs ». Au xiii e  siècle, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-du-peuple-juif/#i_14354

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « Le mouvement des ḥassidim d'Allemagne »  : […] Les spéculations du Sefer ha-bahir atteignirent d'abord les communautés rhénanes, où le livre fut connu par l'intermédiaire d'un membre de la famille des Kalonymides. La condition pénible des Juifs d'Allemagne pendant les croisades a contribué à préparer dans ce pays un terrain propice à l'éclosion d'un courant mystique intimement lié à la vie du peuple et qui, malgré la courte durée de sa périod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_14354

PETAḤYA DE RATISBONNE (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 141 mots

Voyageur juif peut-être originaire de Prague. Parti vers 1175 pour la Pologne et la Russie, Petaḥya visite la Crimée, la Tartarie, la Khazarie, l'Arménie, le Kurdistan, la Mésopotamie, la Syrie et la Terre sainte. Son objectif fut, semble-t-il, un pèlerinage aux Lieux saints et sur les tombeaux des Justes. Il décrit la prospérité des juifs de Babylone gouvernés par leur exilarque et la pauvreté de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petahya-de-ratisbonne/#i_14354

SEFER ḤASSIDIM

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 446 mots

C'est l'œuvre la plus importante qui ait été produite dans le domaine de l'éthique individuelle et sociale par le judaïsme médiéval allemand. Il reflète les conceptions du mouvement des hassidim rhénans au xii e et au xiii e  siècle. On connaît deux versions de l'ouvrage : l'une imprimée à Bologne en 1538 et l'autre découverte à Parme sous forme de manuscrit. Cette seconde version se réfère à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefer-hassidim/#i_14354

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « JUDA DE RATISBONNE dit JUDA LE PIEUX (1150-1217) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juda-de-ratisbonne/