ALIEV GAÏDAR (1923-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dernier des apparatchiks soviétiques, Gaïdar Aliev – Heydar Aliyev, en azéri – a régné sans partage sur l'Azerbaïdjan.

Appelé affectueusement « Baba », grand-père, par les Azéris, Gaïdar Aliev, de lointaine origine kurde, est né le 10 mai 1923 au Nakhitchevan, enclave azéri entre l'Arménie soviétique et la Turquie kémaliste. Après des études d'ingénieur, il entre en 1944 au N.K.V.D., l'ancêtre du K.G.B. Il gravit lentement les échelons des services de sécurité locaux durant le stalinisme. Il prend habilement les tournants khrouchtchévien puis brejnévien pour occuper la tête du K.G.B. azerbaïdjanais, avec le grade de général, en 1967.

En 1969, il commence une carrière politique en étant nommé Premier secrétaire du Parti communiste d'Azerbaïdjan, poste qu'il conserve jusqu'en 1982. Remarqué par Iouri Andropov, lui aussi un ancien du K.G.B., il entre au Politburo, le bureau politique du Parti communiste de l'Union soviétique en 1982. Il est le premier musulman à faire partie de cet organe dirigeant. Mikhaïl Gorbatchev le destitue en 1986, officiellement « pour raison de santé ». Sa femme Zarifa étant morte en 1985, Aliev souffrirait de « mélancolie ». Mais il reste vice-Premier ministre du gouvernement de l'U.R.S.S., avant d'être sèchement limogé le 23 octobre 1987 et d'entamer une courte traversée du désert. Alors que l'Europe de l'Est se décompose, il revient dans sa région d'origine, le Nakhitchevan, en 1990, devenant rapidement le président de l'Assemblée nationale et l'homme fort de cette région autonome.

Quand c'est le tour de l'U.R.S.S. d'imploser, Aliev tisse de solides liens avec la Turquie et évite d'entrer en guerre avec l'Arménie voisine qui est en conflit ouvert avec Bakou pour la province autonome arménophone du Haut-Karabagh. Les clans du Nakhitchevan, sous sa coupe, prospèrent alors grâce à toute sorte de trafics, dont celui de la drogue.

Face aux offensives militaires arméniennes, l'Azerbaïdjan perd 25 p. 100 de son territoire au profit d'Erevan. En juin 1993, ne supportant plus les défaites, les militaires azéris, largement soutenus en sous-main par les Nakhitchévanais, fomentent un putsch et destituent le président légal, le démocrate Alboulfaz Eltchibey qui doit s'enfuir en Turquie. Gaïdar Aliev, jouant les hommes providentiels, assume l'intérim de la présidence à Bakou. En octobre de la même année, il est triomphalement élu président. En 1994, il signe un cessez-le-feu avec l'Arménie et stoppe les combats.

Converti à l'économie de marché, il profite de la manne pétrolière de la mer Caspienne pour transformer ces richesses en prébendes. Les clans du Nakhitchevan règnent alors en maître dans un pays totalement corrompu où 40 p. 100 de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté. À l'élection présidentielle de 1998, il est facilement réélu. Mais les ennuis de santé commencent, avec des problèmes rénaux et cardiaques en 1999 et 2000.

Campagne électorale de Gueidar Aliev, octobre 1998

Photographie : Campagne électorale de Gueidar Aliev, octobre 1998

Le président azeri Gueidar Aliev en campagne avant l'élection présidentielle prévue le 11 octobre 1998. Ce vétéran de l'ère soviétique sera facilement réélu face au dissident Etibar Mammedov (Parti de l'indépendance), qui, comme de nombreux observateurs internationaux, contestera la... 

Crédits : PA Photos

Afficher

Au début de 2003, victime d'un grave malaise, il est hospitalisé en Turquie avant d'être transféré dans une clinique de Cleveland, dans l'Ohio. De sa retraite médicale forcée aux États-Unis, il prépare sa succession. Son fils Ilham, né en 1962, ex-play-boy et grand amateur de casinos, remporte facilement l'élection présidentielle du 15 octobre 2003 et succède à son père. Ce dernier s'éteint le 12 décembre. Des centaines de milliers d'Azéris vont suivre la dépouille du « Baba » lors de funérailles officielles, en présence de nombreux dignitaires étrangers.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification

Autres références

«  ALIEV GAÏDAR (1923-2003)  » est également traité dans :

AZERBAÏDJAN

  • Écrit par 
  • Raphaëlle MATHEY, 
  • Ronald Grigor SUNY
  • , Universalis
  •  • 6 517 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un douloureux cheminement vers l'indépendance »  : […] Fondé en 1989, le Front populaire d'Azerbaïdjan s'érige en mouvement de libération nationale et organise des manifestations en faveur de la souveraineté nationale et du soutien à la perestroïka. Le pouvoir soviétique local est rapidement discrédité par son incapacité à apaiser la situation et à apporter une solution au conflit naissant. Le Parti communiste parvient toutefois à se maintenir au pouv […] Lire la suite

Les derniers événements

15-16 octobre 2003 Azerbaïdjan. Élection d'Ilham Aliev, fils du président sortant, à la présidence

Aliev, fils du président sortant Gaïdar Aliev et favori de Moscou, est élu dès le premier tour à la présidence avec 76,8 p. 100 des suffrages. Son principal adversaire, Issa Gambar, obtient 14 p. 100 des voix. Le taux de participation est de 71,5 p. 100. Les observateurs de l'O.S.C.E. dénoncent des « irrégularités ». Le 16, à Bakou, une manifestation […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « ALIEV GAÏDAR - (1923-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gaidar-aliev/