SENNA DA SILVA AYRTON (1960-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le triple champion du monde

Chez Lotus, il signe six victoires. En 1988, il rejoint l'écurie McLaren-Honda, où Ron Dennis a fait le pari de l'associer à Alain Prost, autre pilote d'exception. Le Français avait déjà été couronné champion du monde à deux reprises. Sous leur double emprise, l'équipe McLaren-Honda domine outrageusement, abandonnant en seize grands prix une seule victoire à Ferrari. Senna avait triomphé huit fois, Prost sept. Ce fut le premier titre de champion du monde pour le Brésilien. Pour nombre d'observateurs, sa saison 1988 reste la plus probante. En 1989, malgré six succès et treize pole positions, il laisse échapper le titre dans la confusion : lors du Grand Prix du Japon, il tente une manœuvre des plus hasardeuses pour essayer de dépasser Alain Prost : les deux monoplaces s'accrochent ; Prost est contraint à l'abandon ; Senna se voit disqualifié, sous la pression de Jean-Marie Balestre, alors tout-puissant président de la Fédération internationale du sport automobile.

La rivalité entre les deux champions s'est exacerbée, et il devient patent que les deux pilotes ne pourront pas cohabiter une année supplémentaire au sein de la même écurie. Ron Dennis, le patron de McLaren, privilégie Senna au détriment de Prost – l'image du romantique Brésilien lui semblant plus « porteuse » que celle du Français, qui fonde ses succès plus sur la stratégie que sur le panache. En 1990, Prost, qui a rejoint la Scuderia Ferrari, demeure néanmoins le rival le plus sérieux de Senna pour la couronne mondiale. Une nouvelle fois, le titre se joue dans la polémique lors du Grand Prix du Japon : Senna « harponne » Prost au départ, les deux pilotes abandonnent, ce qui assure mathématiquement le titre au Brésilien, qui a obtenu cette année-là six victoires, contre cinq pour Prost. En 1991, Ayrton Senna est sans rival : Alain Prost, en froid avec les dirigeants de la Scuderia Ferrari, ne dispose pas d'une monoplace compétitive, et Senna, qui a remporté sept grands prix, est s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Ayrton Senna, 1992

Ayrton Senna, 1992
Crédits : Pascal Rondeau/ Allsport/ Getty

photographie

Ayrton Senna, 1er mai 1994

Ayrton Senna, 1er mai 1994
Crédits : Paul-Henri Cahier/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SENNA DA SILVA AYRTON (1960-1994)  » est également traité dans :

FORMULE 1

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 7 472 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les années « turbo » »  : […] Le monde de la formule 1 prend un nouveau tournant en 1977, avec l'entrée en lice de Renault, qui aligne une monoplace propulsée par un moteur suralimenté par turbocompresseur. Pourtant, le succès se fait attendre. L'année 1978 est dominée par les Lotus à effet de sol, et l'Américain Mario Andretti est champion du monde. Le 1 er  juillet 1979, à Dijon, Jean-Pierre Jabouille offre à Renault et au […] Lire la suite

PROST ALAIN (1955- )

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 239 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La rivalité Prost-Senna »  : […] Après une saison 1987 dominée par les Williams, l'univers de la formule 1 s'attend à vivre un duel passionnant en 1988. En effet, McLaren a obtenu le moteur Honda et engagé le Brésilien Ayrton Senna  : les deux meilleurs pilotes se disputeront le titre, à armes égales, au volant de la monoplace la plus performante. Sur le plan des résultats, l'association Prost-Senna est une réussite absolue : le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Johnny RIVES, « SENNA DA SILVA AYRTON - (1960-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ayrton-senna-da-silva/