Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS (AMF)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Créée par la loi de sécurité financière du 1er août 2003 afin de rationaliser et d'améliorer l'efficacité du système français de régulation des marchés financiers, l'Autorité des marchés financiers (A.M.F.) est issue de la fusion de la Commission des opérations de Bourse (C.O.B.), du Conseil des marchés financiers (C.M.F.) et du Conseil de discipline de la gestion financière (C.D.G.F.).

Dans un contexte d'intégration des marchés financiers nationaux, le rôle international des régulateurs financiers s'est notablement accru depuis la fin des années 1990. De ce point de vue, l'instauration d'un régulateur unique de marchés financiers en France vise à améliorer la lisibilité de la politique française au sein des instances internationales dont l'A.M.F. fait partie. L'action internationale de l'A.M.F. s'exerce en premier lieu dans le cadre du Comité des régulateurs européens (Committe of European Securities Regulators, C.E.S.R.), qui a pour mission de renforcer la coordination des régulateurs de marchés et de conseiller la Commission européenne, en particulier dans l'élaboration de mesures d'application des directives européennes dans le domaine des valeurs mobilières. L'A.M.F. est également membre de l'Organisation internationale des commissions de valeurs (O.I.C.V.), chargée d'établir des standards internationaux. Elle coopère aussi, à un niveau bilatéral, avec ses homologues européens et internationaux dans le cadre de conventions de coopération et d'échange d'informations.

Au niveau national, l'A.M.F. cumule les missions de la C.O.B., du C.M.F. et du C.D.G.F. Elle réglemente et contrôle les opérations financières portant sur les titres des sociétés cotées, telles que les introductions en Bourse ou les augmentations de capital. L'A.M.F. autorise, en outre, la création des produits d'épargne collective et agrée les sociétés de gestion lors de leur création. Elle vérifie également la qualité de l'information diffusée aux investisseurs, définit les principes d'organisation et de fonctionnement des entreprises de marché et des systèmes de règlement-livraison, de même qu'elle s'assure du bon fonctionnement des marchés. L'A.M.F. peut procéder à des contrôles ou à des enquêtes et possède un pouvoir de sanction en cas d'infraction. Elle dispose d'un service de la médiation afin de répondre aux interrogations du public portant sur les instruments et les marchés financiers et pour organiser, si besoin, une conciliation en cas de litige.

Le processus d'unification au sein du système de régulation français demeure néanmoins inachevé, ce dernier restant organisé autour de deux piliers distincts (twinpeaks regulation) : d'une part, la supervision des institutions financières, avec une cloison encore étanche entre les dispositifs de contrôle des banques et des entreprises d'investissement d'un côté et des assurances de l'autre ; d'autre part, la supervision du marché et de ses acteurs (émetteurs, investisseurs...).

D'autres pays, tels que l'Italie et les États-Unis, ont fait le choix de privilégier un système à deux piliers. Une telle optique s'explique fondamentalement par l'existence de conflits d'objectifs potentiels entre les deux types de régulations, notamment en matière de transparence d'information. Autre facteur explicatif souvent invoqué en Europe, l'écart existant entre les stades d'intégration européenne des régulateurs de banque et des régulateurs de marché, justifiant une consolidation préalable de la régulation de marché au niveau européen.

À l'inverse, le Royaume-Uni, la Suède ou encore l'Allemagne ont opté pour la constitution d'un régulateur unique. Dans certains cas, comme dans les pays nordiques, cette logique[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Anne DEMARTINI. AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS (AMF) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • BANQUE - Supervision prudentielle

    • Écrit par et
    • 6 062 mots
    ...reposant dans chaque pays sur deux instances de supervision, l'une pour l'intermédiation financière, l'autre pour les marchés de valeurs mobilières. En France, la décision de créer l'Autorité des marchés financiers (loi sur la sécurité financière, juillet 2003) laisse envisager l'établissement de l'un...
  • BOURSE - Marchés de valeurs mobilières

    • Écrit par et
    • 8 155 mots
    • 1 média
    L'autorité de tutelle a pour mission de réglementer et d'assurer la sécurité, la surveillance. En France, l'A.M.F. (Autorité des marchés financiers) est un organisme public indépendant, un « gendarme » de la Bourse chargé de la protection de l'épargne, du contrôle des opérations financières et...
  • BOURSE - Réglementation des marchés boursiers

    • Écrit par
    • 6 704 mots
    • 3 médias
    Lorsqu'une entreprise fait appel public à l'épargne, elle doit publier un « prospectus », visé par l'A.M.F. Ce document comporte des informations sur la société qui fait appel public à l'épargne, et sur les caractéristiques de l'opération proprement dite. Le visa de l'A.M.F. atteste que les éléments...
  • MARCHÉS BOURSIERS - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 920 mots

    XIIIe -XIVe siècle Création des premières organisations de financement du commerce lointain en Italie du Nord et dans le royaume catalo-aragonais : Venise, Florence, Milan, Gênes, Valence, Barcelone ; essor du commerce « papier » avec la lettre de change, instrument de crédit négociable....