AUTOMATES CELLULAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les automates cellulaires et le vivant

La nature au cours de son évolution a sélectionné des systèmes performants et robustes composés d'une multitude de constituants élémentaires interagissant de façon locale, et qui, en l'absence de tout contrôle supervisé, possèdent des capacités globales d'organisation ou de traitement de l'information.

Des principes de conception inspirés du vivant. De la définition générale des A.C. découlent quatre caractéristiques fondamentales, la simplicité, l'homogénéité, la localité et le parallélisme. La simplicité est celle des règles de transitions qui détermine, via les interactions entre les cellules, la dynamique temporelle du système. L'homogénéité fait référence au fait qu'une même règle de calcul est utilisée pour mettre à jour toutes les cellules bien que, dans le cas des A.C. non uniformes, chaque cellule possède sa propre règle de transition. La localité caractérise le fait que seules des informations locales extraites du voisinage sont utilisées pour modifier l'état d'une cellule. Le parallélisme signifie qu'à chaque unité de temps, toutes les cellules, simultanément, calculent leur nouvel état. Bien que ces principes de conception s'inspirent des systèmes vivants, en eux-mêmes, ils ne sont pas suffisants pour justifier l'intérêt de l'approche. Les A.C. font plus que mimer la nature dans leurs principes de conception : il faut observer, analyser, voire prédire leurs comportements pour en mesurer tout l'intérêt.

Comportement émergent. De nombreux systèmes naturels produits de l'évolution, tels que le système immunitaire ou les colonies d'insectes, présentent des comportements émergents non réductibles aux actions locales de leurs nombreux constituants. Les A.C. sont des systèmes artificiels simples qui permettent d'étudier et de mieux comprendre ce type d'organisation ; ils contribuent ainsi aux « sciences de la complexité ».

Comme la vie, l'émergence est difficile à définir. Ce concept est souvent utilisé par opposition au réductionnisme qui conduit à analyser un système par l'étude de ses constituants les plus simples. On peu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AUTOMATES CELLULAIRES  » est également traité dans :

CONWAY JOHN HORTON (1937-2020)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 037 mots
  •  • 1 média

Chercheur profond dont les succès concernent de nombreux domaines mathématiques, le Britannique John Horton Conway était aussi un orateur et un vulgarisateur brillant dont les exposés ont captivé de larges publics. Amateur assidu de jeux tels que le backgammon ou le jeu de go, il est notamment connu pour ses travaux en théorie mathématique des jeux, et en particulier son invention de l’algorith […] Lire la suite

WOLFRAM STEPHEN (1959- )

  • Écrit par 
  • Anthony G. CRAINE, 
  • Universalis
  •  • 606 mots

Physicien britannique, né le 29 août 1959 à Londres. Fils d'un romancier et d'une professeur de philosophie à l'université d'Oxford, Stephen Wolfram étudie au collège d'Eton et n'a que quinze ans lorsque paraît son premier article scientifique. Il poursuit ses études à l'université d'Oxford, puis à l'Institut de technologie de Californie où il obtient un doctorat en physique théorique en 1979. Il […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe COLLARD, « AUTOMATES CELLULAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/automates-cellulaires/