AUTOMATE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La liaison science-technique et l'automatisme

Jamais chez les grands automatistes de tous les temps la pensée technique n'a été coupée du savoir théorique. On peut se demander si Descartes ne fut pas redevable aux mécaniciens et aux savants passionnés d'automates d'avoir discerné l'identité entre l'intelligence « décomposant une équation en ses facteurs », en comprenant « la structure et la composition », et l'intelligence « décomposant et recomposant une machine » et comprenant « l'agencement ainsi que la structure et le fonctionnement ». Physique, mathématiques et philosophie sont impliquées et mêlées intimement dans la conception de l'automate. Dès le début de ses Pneumatiques, Héron s'oppose au cosmos d'Aristote et à sa conception de la forme : l'espace n'est pas limité par la forme des objets, prétendait-il, sinon comment le feu qui échauffe pénétrerait-il la pierre, comment l'eau et le vin pourraient-ils se mélanger ? N'est-ce pas la preuve de l'existence dans les corps d'une quantité infinie de petits vides ? Et, fait significatif, il note dans le Baroulkos que la difficulté en physique c'est que l'on ne peut voir les forces qui agissent, ni la façon dont elles se divisent. Chez Héron comme chez les pionniers et les continuateurs de l'horlogerie monumentale, l'automate, avec ou sans personnage, n'est qu'un ensemble de mécanique, de mathématiques et de philosophie injecté et informé dans le fer et le laiton, qui relève d'une physique universelle. La richesse et la fécondité de ces rapports « interdisciplinaires » éclateront à la Renaissance qu'anime un esprit combinatoire débordant en mécanique bien entendu, mais aussi en musique, en poésie. Le rôle de la philosophie est ici de mettre en parallèle les horloges, qui forment les modèles d'un nouveau cosmos avec la physique du ciel et celle de la terre. Dans leurs rouages de métal, elles proposent l'image de la chiquenaude divine et du primum mobile.

Même quand les automates envahirent les foires et descendirent dans la rue, ils ne furent jamais tout à fait étrangers à ces noces secrètes. Beaucoup de mécaniciens, à la fois ingénieurs, architectes, peintres, sculpteurs et quelque peu géomètres, scellèrent eux aussi en Italie, surtout au xve siècle, cette union de l'action et de la spéculation théorique. Pour Léonard et de nombreux pionniers du xvie siècle, construire un automate est, au même titre qu'une expérience physique, une insertion de la théorie dans l'action : la publication en 1580 de Heron mechanicus, seu De mechanicis artibus palladium atque disciplinis par Konrad Dasipodius, mathématicien et rénovateur de l'horloge astronomique de Strasbourg, consacre, en attendant Galilée et Descartes, ce retour à Archimède et lui donne ses lettres de noblesse.

Quelles qu'aient été leurs fins, les automates ont donc beaucoup reçu et beaucoup donné : mécanismes nouveaux (roues à crans, roues à chaperon qui n'en est qu'un avatar, tambours à picots fixes ou mobiles, engrenages hypocycloïdaux, engrenages différentiels), progression des structures, préfiguration de techniques modernes (aviation, phonographe, orthopédie, machine à calculer, machine à coudre), illusions même (motivation de Cartwright avant qu'il réinvente sa machine à tisser).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Horlogerie suisse

Horlogerie suisse
Crédits : Hulton Getty

photographie

États-Unis : la prospérité, 1920-1929

États-Unis : la prospérité, 1920-1929
Crédits : The Image Bank

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  AUTOMATE  » est également traité dans :

AUTOMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hisham ABOU-KANDIL, 
  • Henri BOURLÈS
  •  • 12 271 mots

Dans le chapitre « Systèmes à événements discrets »  : […] La manière adéquate de décrire un système est essentiellement affaire de point de vue. Considérons le T.G.V. Paris-Grenoble (exemple qui se veut plus pédagogique que réaliste). Pour l'agent chargé de surveiller le trafic ferroviaire, l'important est de savoir à un moment donné si ce train a ou n'a pas dépassé Lyon, s'il roule ou stationne dans une gare, s'il est engagé ou non sur la voie prévue, s […] Lire la suite

AUTOMATISATION

  • Écrit par 
  • Jean VAN DEN BROEK D'OBRENAN
  •  • 11 887 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Rôle des ordinateurs »  : […] Pour commander rationnellement les mouvements de cette chaîne mécanique articulée complexe, il faut en avoir une représentation sous forme d'équations, c'est-à-dire un modèle. Moyennant certaines hypothèses simplificatrices, ce modèle est un algorithme de relations vectorielles traduites en matrices (modèle géométrique), corrigé de conditions restrictives sur les efforts, vitesses et courses de d […] Lire la suite

AUTO-ORGANISATION

  • Écrit par 
  • Henri ATLAN
  •  • 6 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Auto-organisation au sens fort »  : […] Au contraire, une auto-organisation au sens fort implique que même la tâche à accomplir, le but à atteindre, c'est-à-dire ce qui définit la signification de la structure et du fonctionnement de la machine, soit une propriété émergente de l'évolution de la machine elle-même . C'est ce qui se produit dans des systèmes naturels non programmés, où l'on observe l'émergence de structures et de fonctions […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 242 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le connexionnisme »  : […] Le connexionnisme se présente quant à lui comme un ensemble de méthodes de modélisation et de simulation de toute une variété de processus cognitifs ; et c'est en cherchant à dégager les traits communs à ces méthodes, et les avantages qu'elles présentent sur les méthodes classiques, que les connexionnistes ont commencé à élaborer une doctrine. À cet égard, leur parcours n'est pas sans rappeler c […] Lire la suite

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 069 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La biologie »  : […] En biologie comme en physique, Descartes s'élève d'abord contre l'idée qu'il pourrait y avoir dans la nature des domaines spécifiques et des forces cachées : là encore, tout se doit expliquer à partir de l'espace et du mouvement. Il en est des vivants comme de ces automates que Descartes nous dit avoir aperçus « aux jardins de nos rois », et qui ne peuvent surprendre que les ignorants. Que l'on s […] Lire la suite

HÉRON D'ALEXANDRIE (Ier s.?)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 848 mots

Géomètre grec et inventeur, actif au i er  siècle après J.-C. à Alexandrie (Égypte), Héron a transmis à la postérité les connaissances mathématiques et techniques de Babylone et du monde gréco-romain. Le travail de géométrie le plus important de Héron, les Metrica , n'a été découvert qu'en 1896. C'est un manuel, en trois volumes, de règles et de formules de géométrie que Héron a collectées auprès […] Lire la suite

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA)

  • Écrit par 
  • Jean-Gabriel GANASCIA
  •  • 5 076 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Applications de l’intelligence artificielle »  : […] Beaucoup de réalisations mettant à profit des techniques d’intelligence artificielle dépassent les facultés humaines. Ainsi, l’ordinateur Deep Blue a vaincu en 1997 le Russe Garry Kasparov , alors champion du monde en titre au jeu d’échecs. Depuis, d’autres machines l’ont emporté sur l’un des meilleurs joueurs de go au monde – le Sud-Coréen Lee Sedol (2016) – et sur d’excellents joueurs de poker ( […] Lire la suite

INFORMATIQUE - Principes

  • Écrit par 
  • Jacques HEBENSTREIT
  •  • 3 098 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Langage formel »  : […] Un langage formel est, par définition, un langage ne possédant qu'une syntaxe et pas de sémantique. Un tel langage est très différent des langages naturels puisqu'il ne comporte qu'une grammaire et que le sens des mots n'intervient pas. C'est cependant en partant, non pas de la linguistique, mais de l'activité linguistique des individus, et en cherchant à résoudre un double problème, à savoir ce […] Lire la suite

JARDINS - De l'Antiquité aux Lumières

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL, 
  • Maurice LEVY
  •  • 8 140 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Jardins d'Orient »  : […] Dans la moitié orientale de l'Empire romain, l'art des jardins se trouvait au contact de ses lointaines origines, et il n'est pas étonnant que Byzance ait connu des jardins magnifiques, dans lesquels s'alliait le goût asiatique de la fécondité et des arbres fruitiers, ainsi que de l'eau vive, à une recherche décorative utilisant les marbres de couleur, la mosaïque et les parterres de fleurs. On a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude BEAUNE, André DOYON, Lucien LIAIGRE, « AUTOMATE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/automate/