AULNAIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il existe une quinzaine d'espèces d'aulnes. Ce sont des arbres ou arbustes des régions froides de l'Ancien et du Nouveau Monde, surtout de l'hémisphère Nord. Les peuplements denses de ces végétaux, ou aulnaies, occupent les sols humides ou frais, calcaires ou non. Les aulnaies forment des forêts plus ou moins mélangées en plaine, alors qu'en haute montagne ou à proximité de l'Arctique il s'agit de fourrés denses, parfois impénétrables. Les aulnaies américaines sont tout à fait comparables aux formations européennes homologues décrites ci-après.

Les aulnes

L'aulne (Alnus) appartient comme le bouleau, le charme et le coudrier à la famille des Bétulacées ; dans cette famille, le genre Alnus est caractérisé par ses fleurs femelles en chatons épais, ligneux après fructification et simulant une minuscule pomme de pin (un centimètre, rarement plus). Les racines des aulnes hébergent dans des nodosités un champignon (Frankia) fixateur d'azote.

On distingue parmi les aulnes de France et d'Europe (régions arctiques exceptées) :

– Aulnes à bourgeons obtus et pédonculés, à chatons femelles de la grosseur d'une noisette, et mêlés aux chatons mâles :

a) feuilles arrondies au sommet, vertes et pratiquement sans poils ; jusqu'à vingt mètres de haut : Alnus glutinosa ;

b) feuilles aiguës, velues et grisâtres sur leur face inférieure, arbres plus petits (souvent moins de dix mètres) : A. incana.

– Aulnes à bourgeons aigus :

a) bourgeons sans pédoncules ; chatons femelles petits, séparés des chatons mâles ; arbustes (deux mètres au plus) :

feuilles velues en dessous et aiguës : A. viridis ;

feuilles glabres, visqueuses et peu aiguës : A. viridis var. suaveolens ;

b) bourgeons pédonculés ; chatons femelles de la grosseur d'une noix, mêlés aux chatons mâles ; feuilles en cœur ; arbre moyen : A. cordata.

Habitat des aulnes

En plaine, le seul aulne spontané est Alnus glutinosa (aulne glutineux), commun dans les bois humides, où il forme les aulnaies typiques, et dispersé le long des cours d'eau ; dans certaines régions du nord de la France (Champagne, Picardie), il peut croître sur des terrains calcaires relativement secs. On peut cependant rencontrer d'autres aulnes introduits dans des reboisements en terrains frais ou secs : Alnus incana (fréquent) et A. cordata (Pays basque).

En basse ou moyenne montagne (jusqu'à la partie supérieure de l'étage montagnard de l'est de la France), l'aulne blanc ou « de montagne » est commun dans les bois humides ou frais ; il est fréquent sur les alluvions, notamment calcaires, qu'il contribue à fixer. A. cordata croît sensiblement à la même altitude dans les forêts de Corse et du sud de l'Italie.

À l'étage subalpin des Alpes, sur les pentes déboisées fraîches et en bordure des torrents, l'aulne vert (Alnus viridis) forme des fourrés épais, envahissant les prairies abandonnées et jouant un rôle important dans la dynamique des avalanches. La variété suaveolens de l'aulne vert est propre à la Corse (endémique) ; comme il n'existe pas d'arbres à l'étage subalpin, elle forme des brousses denses de grande étendue.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel BOURNÉRIAS, « AULNAIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aulnaies/