ROA BASTOS AUGUSTO (1917-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « monothéisme » du pouvoir

À la croisée du mythe et de l'histoire, Yo, el Supremo (1974 ; Moi, le Suprême, 1984 et 1991 pour les versions théâtrales) mêle et transmute un matériau hétérogène : monologues, dialogues, évocations historiques, extraits du cahier privé du « père de la patrie », correspondances, coupures de presse, libelles, « circulaire perpétuelle », où le discours officiel révèle toute son ambiguïté. Ce roman polyphonique, d'une inspiration exubérante, conjugue diverses modalités d'écriture, où la langue espagnole se métisse de guarani. L'auteur, dit « le compilateur », s'inspire, sans le nommer, de José Gaspar Rodríguez de Francia, dictateur du Paraguay de 1814 à 1840, qui revêt la dimension d'une figure emblématique de la dictature. Cette fresque cruelle du Paraguay inscrit Moi, le Suprême dans un genre propre à l'Amérique latine, le « roman de dictateurs », illustré notamment par Miguel Angel Asturias (Monsieur le président, 1944), Alejo Carpentier (Le Recours de la méthode, 1974), Gabriel García Márquez (L'Automne du patriarche, 1975), Mario Vargas Llosa (Conversation à « la cathédrale », 1969 ; La Fête au bouc, 2002).

En 1976, échappant au régime d'exception imposé en Argentine par le général Videla, Roa Bastos s'installe à Toulouse, où il enseigne la littérature hispano-américaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. En 1989, il reçoit, en Espagne, le prestigieux prix Cervantès.

Évoquant, sur un mode ironique, l'épopée de Christophe Colomb, La Vigilia del Almirante (Veille de l'amiral), publié en 1992, pour la célébration du cinquième centenaire de la découverte de l'Amérique, marque le début d'une étape nouvelle dans la création romanesque de l'écrivain. Suivront : El Fiscal (1993 ; Le Procureur, troisième roman sur le « monothéisme du pouvoir ») ; Contravida (1994 ; À contrevie) ; Madama Sui (1996).

En 1993, Augusto Roa Bastos fut reçu à La Havane par Fid [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Autres références

«  ROA BASTOS AUGUSTO (1917-2005)  » est également traité dans :

MOI, LE SUPRÊME, Augusto Roa Bastos - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Ève-Marie FELL
  •  • 898 mots

Né à Asunción au Paraguay, Augusto Roa Bastos (1917-2005) connaît une enfance campagnarde, marquée par le bilinguisme espagnol-guarani propre à la culture populaire du pays. Il a seize ans lorsque éclate la terrible guerre du Chaco qui saigne à blanc le pays. Roa Bastos […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le théâtre, entre histoire et onirisme »  : […] Le renouveau d’intérêt pour le théâtre au milieu du xx e  siècle a permis de redécouvrir une véritable tradition théâtrale hispano-américaine qui s’est ensuite étoffée dans les décennies qui ont suivi. Les théâtres des grandes villes du continent créent des spectacles tout au long de l’année, en particulier en Argentine, au Mexique, à Cuba. Les festivals de théâtre à Cali, en Colombie, et à Santia […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « ROA BASTOS AUGUSTO - (1917-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/augusto-roa-bastos/