MOI, LE SUPRÊME, Augusto Roa BastosFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Asunción au Paraguay, Augusto Roa Bastos (1917-2005) connaît une enfance campagnarde, marquée par le bilinguisme espagnol-guarani propre à la culture populaire du pays. Il a seize ans lorsque éclate la terrible guerre du Chaco qui saigne à blanc le pays. Roa Bastos abrège ses études et s'oriente vers le journalisme engagé. Il doit s'exiler à partir de 1947 en raison de la guerre civile, puis de la longue dictature du général Stroessner. L'Argentine l'accueille : il y publie des contes et son premier roman, Fils d'homme (1960) qui le place d'emblée parmi les écrivains majeurs de son temps. En 1976, il fuit l'Argentine de la dictature militaire et se fixe en Europe, où il publie plusieurs romans. Il a reçu de nombreuses distinctions, dont le prestigieux prix Cervantès en 1989.

Moi, le Suprême (Yo el Supremo) paraît à Buenos Aires en 1974 et connaît rapidement de nombreuses rééditions en langue espagnole (Mexique, Cuba, Venezuela, Espagne). Unanimement considéré par la critique comme une œuvre maîtresse, le roman fait l'objet, par les soins de Roa Bastos lui-même, de deux versions théâtrales successives (1984, 1991).

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOI, LE SUPRÊME, Augusto Roa Bastos  » est également traité dans :

ROA BASTOS AUGUSTO (1917-2005)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 823 mots

Dans le chapitre « Le « monothéisme » du pouvoir »  : […] À la croisée du mythe et de l'histoire, Yo, el Supremo (1974 ; Moi, le Suprême , 1984 et 1991 pour les versions théâtrales) mêle et transmute un matériau hétérogène : monologues, dialogues, évocations historiques, extraits du cahier privé du « père de la patrie », correspondances, coupures de presse, libelles, « circulaire perpétuelle », où le discours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augusto-roa-bastos/#i_34610

Pour citer l’article

Ève-Marie FELL, « MOI, LE SUPRÊME, Augusto Roa Bastos - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi-le-supreme/