MOI, LE SUPRÊME, Augusto Roa BastosFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Asunción au Paraguay, Augusto Roa Bastos (1917-2005) connaît une enfance campagnarde, marquée par le bilinguisme espagnol-guarani propre à la culture populaire du pays. Il a seize ans lorsque éclate la terrible guerre du Chaco qui saigne à blanc le pays. Roa Bastos abrège ses études et s'oriente vers le journalisme engagé. Il doit s'exiler à partir de 1947 en raison de la guerre civile, puis de la longue dictature du général Stroessner. L'Argentine l'accueille : il y publie des contes et son premier roman, Fils d'homme (1960) qui le place d'emblée parmi les écrivains majeurs de son temps. En 1976, il fuit l'Argentine de la dictature militaire et se fixe en Europe, où il publie plusieurs romans. Il a reçu de nombreuses distinctions, dont le prestigieux prix Cervantès en 1989.

Moi, le Suprême (Yo el Supremo) paraît à Buenos Aires en 1974 et connaît rapidement de nombreuses rééditions en langue espagnole (Mexique, Cuba, Venezuela, Espagne). Unanimement considéré par la critique comme une œuvre maîtresse, le roman fait l'objet, par les soins de Roa Bastos lui-même, de deux versions théâtrales successives (1984, 1991).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOI, LE SUPRÊME, Augusto Roa Bastos  » est également traité dans :

ROA BASTOS AUGUSTO (1917-2005)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 823 mots

Dans le chapitre « Le « monothéisme » du pouvoir »  : […] À la croisée du mythe et de l'histoire, Yo, el Supremo (1974 ; Moi, le Suprême , 1984 et 1991 pour les versions théâtrales) mêle et transmute un matériau hétérogène : monologues, dialogues, évocations historiques, extraits du cahier privé du « père de la patrie », correspondances, coupures de presse, libelles, « circulaire perpétuelle », où le discours officiel révèle toute son ambiguïté. Ce roma […] Lire la suite

Les derniers événements

20 janvier 2022 Union européenne – Pologne. Condamnation par Bruxelles de la Pologne au versement d'une astreinte.

Celle-ci avait condamné la Pologne à payer une astreinte de 1 million d’euros par jour pour n’avoir pas mis fin aux activités de la chambre disciplinaire de la Cour suprême, estimée insuffisamment indépendante, comme la CJUE l’avait ordonné en juillet 2021. […] Lire la suite

27-29 décembre 2021 Russie. Dissolution de l'ONG Memorial.

Le 28, la Cour suprême prononce la dissolution de l’ONG Memorial International, fondée en 1989, pour violation de la législation sur les « agents de l’étranger ». L’ONG est notamment accusée par le parquet d’avoir « créé une image mensongère de l’URSS comme État terroriste » et de « blanchir et réhabiliter les criminels nazis ». Le 29, un tribunal de Moscou ordonne la dissolution du Centre de défense des droits humains, créé par Memorial International en 1991 en vue d’étendre son action à la situation contemporaine. […] Lire la suite

7-27 octobre 2021 Pologne – Union européenne. Position controversée de Varsovie sur la prééminence du droit polonais.

Le 16, Jaroslaw Kaczyński, président du PiS et homme fort du pays, annonce un nouveau projet de réforme judiciaire consistant à supprimer la chambre disciplinaire de la Cour suprême – comme l’exige la CJUE –, mais aussi à limiter les compétences et les effectifs de la Cour suprême et à réduire le nombre d’échelons des tribunaux de droit commun. Le 19, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen dénonce devant le Parlement européen le jugement du Tribunal constitutionnel polonais qui « remet en cause les fondations de l’Union européenne ». […] Lire la suite

5 septembre - 6 octobre 2021 Guinée. Putsch contre le président Alpha Condé.

Le 1er octobre, Mamady Doumbouya prête serment devant la Cour suprême comme « chef de l’État et chef suprême des armées ». Selon les termes de la « charte » de la transition, celui-ci « détermine la politique de la Nation » et « peut prendre des ordonnances » pour la durée d’une période de transition qui sera fixée d’un « commun accord » entre la junte et les forces vives du pays. […] Lire la suite

3-4 octobre 2021 Inde. Affrontement meurtrier dans l'Uttar Pradesh lié à la révolte des paysans.

L’application de cette réforme a été suspendue par la Cour suprême en janvier. Les paysans ont appelé à battre le moine nationaliste hindou Yogi Adityanath (BJP) qui dirige le gouvernement de l’Uttar Pradesh, lors des élections régionales qui doivent s’y tenir en février 2022. Le 4, les partis d’opposition appellent à des manifestations dans l’Uttar Pradesh et d’autres États du pays. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ève-Marie FELL, « MOI, LE SUPRÊME, Augusto Roa Bastos - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/moi-le-supreme/