ARRAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hauts-de-France : carte administrative

Hauts-de-France : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Arras

Arras
Crédits : Michael Busselle/ Corbis

photographie


Arras, 42 941 habitants en 2012, ville centre d'une agglomération de 86 902 habitants, se situe à la frange sud de l'aire urbaine formée autour de Lille-Roubaix-Tourcoing, immense conglomérat transfrontalier. Elle en est l'une des plus anciennes cités, installée sur les bords de la Scarpe, un affluent de l'Escaut, et au carrefour des routes qui conduisaient d'Angleterre au Rhin, via Boulogne, et des Pays-Bas au cœur de la France. Capitale du peuple gaulois des Atrébates dont elle tire son nom, elle connut un premier essor à l'époque gallo-romaine ; saint Vaast y établit un évêché vers 500. Elle devint au Moyen Âge une des grandes villes commerçantes (blé, laine, vin) et drapantes des pays de la mer du Nord – 30 000 habitants au xiiie siècle –, célèbre pour ses tapisseries ; dans plusieurs pays, on désigne une tapisserie par un nom dérivé d'Arras.

Hauts-de-France : carte administrative

Hauts-de-France : carte administrative

Carte

Carte administrative de la région Hauts-de-France. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Capitale du comté d'Artois, apanage capétien aux xiiie et xive siècles, elle se développa en ville double : à l'ouest une cité administrative et à l'est une cité marchande, disposant de larges franchises. On trouve toujours la marque de cette dualité dans l'urbanisme actuel. Échue à la fin du xive siècle dans l'héritage bourguignon, elle suscita les convoitises françaises. À la mort de Charles le Téméraire (1477), elle fut détruite par Louis XI et perdit son rayonnement international. Malgré une farouche résistance des habitants, Louis XIII prit la ville en 1640 aux Pays-Bas espagnols. Définitivement détachée de ceux-ci par le traité des Pyrénées (1659), elle fut ceinte par Vauban de nouvelles fortifications et flanquée d'une citadelle extérieure.

Arras a ensuite combiné des fonctions de commerce et services et des fonctions politico-administratives, comme siège des États et du gouvernement d'Artois ainsi que d'un évêché, puis comme chef-lieu du département du Pas-de-Calais. Au xixe siècle, la ville ne participa que timidement à l'industrialisation régionale qui, à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARRAS  » est également traité dans :

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 989 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La tapisserie médiévale (XIVe-XVe s.) »  : […] La tapisserie devint au xiv e  siècle l'apanage des grands princes qui en constituèrent des collections considérables. Elle ornait le mur du château et de l'église, elle était transportée de demeure en demeure et était tendue dans les rues à l'occasion de fêtes religieuses ou d'« entrées » princières (ces diverses manipulations expliquent bien sou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie/#i_80091

Pour citer l’article

Pierre-Jean THUMERELLE, « ARRAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arras/