Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

APULÉE (125-env. 180)

Écrivain et philosophe néo-platonicien du iie siècle, Apulée est surtout connu comme l'auteur d'un roman d'aventures à tendances philosophiques intitulé L'Âne d'or ou Métamorphoses.

Le personnage

Sur sa vie, nous sommes assez bien documentés. Augustin, dans la Cité de Dieu, l'appelle le « philosophe platonicien de Madaure ». Mais c'est Apulée lui-même qui nous renseigne de la façon la plus substantielle dans ses discours et notamment dans une Apologia où il se défend contre une accusation de magie (il aurait ensorcelé une riche veuve pour parvenir à l'épouser). Lors du procès, en 158, Apulée a un peu plus de trente ans. Né à Madaure, il se dit « demi-Numide et demi-Gétule » ; il appartient donc à cette Afrique qu'illustreront quelques dizaines d'années plus tard des écrivains chrétiens comme Tertullien ou Minucius Felix.

Son père lui a laissé une fortune dont il s'est servi pour voyager, s'instruire, aider ses amis, si bien qu'on l'accuse d'être pauvre. Vivant à Carthage, visitant Athènes, Samos, Rome, etc., il a une curiosité insatiable de pays et de connaissances. Qu'il ait étudié l'éloquence, Les Florides et l'Apologia en portent brillamment témoignage ; qu'il soit devenu « philosophe platonicien », il le répète mille fois dans l'Apologia, avec une conviction passionnée, sans compter que deux au moins de ses traités (De Platone et eius dogmate ; De deo Socratis) le confirment catégoriquement. Ajoutons qu'il a écrit des vers, qu'il a étudié les sciences naturelles, qu'il s'est fait initier à un grand nombre de cultes à mystères (Liber, Esculape, Isis...). Enfin, lors d'un voyage, malade, il s'arrête à Oea (Tripoli), où l'un de ses anciens condisciples lui fait rencontrer sa mère Pudentilla ; il épouse celle-ci ; d'où le procès. Qu'advint-il ensuite ? Sans doute vécut-il à Carthage, où il se sent chez lui. En tout cas, le personnage a de l'envergure et de l'originalité.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

    • Écrit par Pierre GRIMAL
    • 8 569 mots
    • 2 médias
    ...reproche à Cicéron de n'avoir pas su choisir des mots recherchés et qui surprennent. Fronton composera un Éloge de la fumée, un autre de la poussière. Apulée, autre Africain attiré par les provinces grecques, se dit philosophe platonicien. Orateur, il se plaît à des jeux semblables à ceux de Fronton....
  • MAGHREB - Littératures maghrébines

    • Écrit par Jamel Eddine BENCHEIKH, Christiane CHAULET ACHOUR, André MANDOUZE
    • 14 200 mots
    • 3 médias
    On se tromperait cependant si on imaginait que ce latin de tous les jours est devenu rapidement le parler courant de ces mêmes populations. Ainsi, au milieu du iie siècle après J.-C., Apulée nous donne d'un de ses adversaires un portrait linguistique qui doit assez bien correspondre à celui de l'Africain...
  • MYTHOLOGIES - Dieux et déesses

    • Écrit par Mircea ELIADE
    • 7 964 mots
    • 5 médias
    ...néophyte obtenait un sort meilleur après la mort. Tout comme elle avait rappelé à la vie Osiris, Isis assurait au néophyte une renaissance d'ordre spirituel. Apulée, dans son roman Les Métamorphoses, raconte en partie les cérémonies. Il déclare qu'il a subi « une mort volontaire » et qu'il a « approché le...
  • PSYCHÉ, mythologie

    • Écrit par Robert DAVREU
    • 403 mots
    • 3 médias

    Si le mythe de Psyché semble avoir été populaire dans le monde hellénistique, il faut attendre Les Métamorphoses d'Apulée (livres IV à VI) pour en avoir le récit complet.

    Fille de roi, belle au point d'effrayer les prétendants éventuels, Psyché, dont le nom, en grec, signifie ...

Voir aussi