APULÉE (125-env. 180)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'« Apologia »

L'Apologia n'est pas seulement une source biographique. Elle nous donne une idée du talent d'Apulée. Pour répondre à ses adversaires, celui-ci emploie un curieux système de défense semi-indirecte. Insistant d'abord sur des griefs accessoires, il joue de l'ironie : « Être beau et savoir parler ! graves accusations que je voudrais bien mériter ! » Mais surtout, il se justifie en profondeur au lieu de limiter le débat. La seconde partie du discours, directement consacrée à l'accusation de magie, en constitue le moment essentiel.

Apulée définit la magie comme un « art agréable aux dieux immortels » et, si c'est autre chose, se félicite d'être accusé parmi tant d'autres philosophes incompris ; puis il passe en revue une série de faits litigieux (achat de poissons, chute d'un enfant, examen d'une femme épileptique, possession d'un talisman ou d'une statuette de Mercure). Et lorsqu'on en arrive à l'épisode du mariage, celui-ci, replacé dans l'ensemble d'une vie, a pris de minces proportions. Tout tourne autour d'une lettre de Pudentilla que les adversaires ont tronquée pour en faire une preuve à charge. La véhémence ironique d'Apulée, l'entrain pittoresque de ses récits familiers, l'organisation concertée mais pleine d'élan du discours font qu'on le suit aisément. On retient quelques formules ironiques ou incisives : « Un enfant est tombé ; un enfant a vu ; est-ce aussi un enfant qui a fait les incantations ? » ou bien : « Hunc denique qui laruam putat, ipse est laruans. »

On retient surtout quelques morceaux de bravoure ; l'affaire du miroir (on l'accusait d'en porter toujours un) présentée en une longue série de questions oratoires sans qu'on sache jamais si ledit miroir a existé ou non ; celle des poissons où l'abondance des hypothèses fantaisistes et pittoresques sur les motifs d'un achat de poissons fait attendre longuement la vérité : Apulée fait des recherches scientifiques sur les poissons. Il reste qu'à la question de savoir si ce maître d'éloquence, si ce philosophe enthousiaste a pour le moins flirté avec [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  APULÉE (125-env. 180)  » est également traité dans :

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Derniers feux »  : […] Deux poètes, l'Espagnol Martial et l'Italien Juvénal, vont toutefois faire entendre un son nouveau. Le premier écrira ses quatorze livres d'épigrammes, qui se veulent eux aussi une chronique, cette fois versifiée, de la vie mondaine. Mais ici l'épigramme s'arme d'une pointe, et l'on retrouve des accents entendus chez Catulle – il y a bien longtemps ! Quant à Juvénal, qui écrit sous Trajan, il dén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature/#i_6029

MAGHREB - Littératures maghrébines

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Christiane CHAULET ACHOUR, 
  • André MANDOUZE
  •  • 14 264 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques générales de la littérature latine d'Afrique »  : […] Les lettrés et les artistes ne sont pas tout, et il faut bien reconnaître que, de ce côté de la Méditerranée où depuis les guerres puniques Rome est intervenue avec des alternances de violence et de séduction, les populations ont assez tôt entendu parler latin, tout au moins par des soldats, des commerçants et des colons. On se tromperait cependant si on imaginait que ce latin de tous les jours es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-litteratures-maghrebines/#i_6029

MYTHOLOGIES - Dieux et déesses

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 7 930 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Isis »  : […] Selon le mythe, Isis était l'épouse du dieu Osiris . Surpris par son frère, Seth, Osiris fut tué traîtreusement, son corps morcelé et les lambeaux dispersés. Aidée par Nephthys, Isis rassembla les morceaux du corps d'Osiris et lui rendit la vie. Osiris descendit aux Enfers et devint le Juge des morts. Plus tard, leur fils Horus vengea son père. Hérodote désignait déjà sous le nom de « mystères » l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-dieux-et-deesses/#i_6029

PSYCHÉ, mythologie

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 401 mots
  •  • 3 médias

Si le mythe de Psyché semble avoir été populaire dans le monde hellénistique, il faut attendre Les Métamorphoses d'Apulée (livres IV à VI) pour en avoir le récit complet. Fille de roi, belle au point d'effrayer les prétendants éventuels, Psyché, dont le nom, en grec, signifie âme, avait suscité la jalousie d'Aphrodite. La déesse charge donc son fils Éros (Cupidon) de la faire s'éprendre d'un mons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psyche-mythologie/#i_6029

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les sensibilités : lettres, arts et religions »  : […] Que le Haut-Empire ait été une grande époque dans l'histoire de l'humanité, nous en avons des preuves : en est une la mesure manifestée par les hommes de ce temps pour exprimer leurs sensibilités ; mais il y a aussi la puissance : dans tous les domaines de la vie intellectuelle et artistique, la production se caractérisa par son abondance. Il ne saurait être question d'aborder ici la littérature i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_6029

Pour citer l’article

Simone VIARRE, « APULÉE (125-env. 180) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apulee/