APPEL COMME D'ABUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Voie tendant à la cassation ou à l'annulation d'une décision abusive d'une juridiction sortant du domaine de sa compétence, l'appel comme d'abus est un procédé de droit employé par la royauté dans sa lutte pour assurer la suprématie du pouvoir juridictionnel, à l'encontre des juridictions ecclésiastiques, au même titre que la saisie du temporel et que le système des cas privilégiés. Apparu assez tardivement dans l'Ancien Régime, il prend, dès le début de son application, à la suite de l'affaire de la pragmatique sanction de Bourges de 1438, une très grande extension et, très rapidement, devient pour le pouvoir royal un moyen d'une efficacité certaine pour amoindrir l'autorité et la combativité des juridictions ecclésiastiques, particulièrement au moment de l'affaire des libertés gallicanes.

Cette forme d'appel trouve son fondement dans la nécessité de maintenir chaque ordre de juridiction dans le domaine qui lui a été réservé ; toutefois, la pratique démontre que l'appel comme d'abus joue dans une proportion bien plus importante en faveur des juridictions laïques. Les auteurs l'expliquaient et le justifiaient en disposant que les juridictions laïques étant les juridictions de droit commun, il était normal qu'elles agissent dans toutes les affaires, y compris celles où étaient impliqués des ecclésiastiques, libre pour les juridictions ecclésiastiques, véritables juridictions d'exception, de revendiquer celles pour lesquelles elles s'estimaient être compétentes, et à charge pour le parlement de trancher le litige en décidant laquelle de ces deux juridictions devait emporter la connaissance de l'affaire.

En fait, il ne fut jamais possible à la justice ecclésiastique, faute d'organisation, de personnel, d'une solide assiette territoriale, de s'élever contre les ingérences que pouvaient commettre les juridictions royales à leur égard. La lutte pour la conquête du monopole de la justice était si âpre, du côté du pouvoir royal, qu'il était bien connu qu'un individu qui contestait une décision ecclésiastique voyait son affaire étudiée avec beaucoup de bienveillance par les juridictions laïques, et l'on vit bientôt couramment des ecclésiastiques de tous rangs interjeter appel comme d'abus.

L'appel comme d'abus ne pouvait, au regard des décisions rendues par les juridictions ecclésiastiques, être considéré que comme une voie de recours extraordinaire. Mais une telle limitation ne devait pas leurrer : il n'en demeurait pas moins vrai, en effet, que seuls les parlements pouvaient connaître des affaires soumises par la voie de l'appel comme d'abus, que cet appel avait un effet suspensif, qu'il pouvait être interjeté en tout état de cause, sans que l'individu qui interjette l'appel ne soit jamais forclos en son appel et qu'enfin il était possible d'interjeter appel comme d'abus de toutes sortes de jugements.

L'appel comme d'abus était, comme le décrit Muyart de Vouglans, ouvert chaque fois qu'il y avait prétendue violation des anciens canons de l'Église, des ordonnances, des concordats, des édits, des déclarations royales, des arrêts de règlement des cours supérieurs, et surtout lorsqu'il y avait atteinte aux libertés de l'Église gallicane. La voie était ouverte s'agissant de la violation d'une règle de compétence ratione personae ou ratione materiae. En fait, l'appel comme d'abus put être reçu chaque fois qu'il y avait « entreprise du pouvoir spirituel sur le pouvoir temporel ». Bien plus, tout acte ecclésiastique pouvant être soumis à l'appel comme d'abus, le pouvoir royal s'arrogea vite le droit d'annuler purement et simplement de véritables actes administratifs émanant de la puissance ecclésiastique ; l'appel comme d'abus en arriva pratiquement à perdre son caractère de voie de cassation et d'annulation pour devenir une véritable voie d'appel simple.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  APPEL COMME D'ABUS  » est également traité dans :

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les cultes »  : […] Le catholicisme est religion d'État. Au Moyen Âge, le royaume de France, comme tous les royaumes occidentaux, était dans l'Église. À partir du xv e  siècle, l'universalisme de la Chrétienté a vécu, l'Église gallicane fait partie du royaume de France et, au siècle suivant, le succès de la Réforme accentuera l'évolution. La papauté ne conserve plus qu'une autorité spirituelle. L'Église de France res […] Lire la suite

RELIGION - Religion et État

  • Écrit par 
  • Louis de NAUROIS
  •  • 8 429 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] La tendance des États à dominer les Églises et à limiter leur influence par des mesures légales est fort ancienne. On la voit apparaître en Occident avec l'empereur Constantin. Devenu chrétien, celui-ci se dit « évêque du dehors » et, à ce titre, s'arroge en matière religieuse un rôle et des droits qui servent ses intérêts politiques, temporels par conséquent. Son lointain successeur Charlemagne f […] Lire la suite

Les derniers événements

5-30 avril 2021 Israël – Autorité palestinienne. Début de la procédure de formation du gouvernement.

Le 5 s’ouvre à Jérusalem le procès du Premier ministre Benyamin Nétanyahou qui est accusé de corruption, fraude et abus de confiance. Le 6, le président Reuven Rivlin confie la tâche de former un gouvernement à Benyamin Nétanyahou, dont le parti est arrivé en tête aux élections législatives de mars. Le 23, quelques centaines de militants juifs radicaux manifestent dans le centre de Jérusalem aux cris de « mort aux Arabes », à l’appel de l’organisation suprémaciste Lehava, en réaction à des agressions de juifs ultraorthodoxes par de jeunes Palestiniens. […] Lire la suite

3-15 juillet 2020 France. Démission du gouvernement d'Édouard Philippe et nomination de Jean Castex.

Le 10, des centaines de personnes manifestent à Paris et dans d’autres villes contre les nominations de Gérald Darmanin et d’Éric Dupond-Moretti, à l’appel d’associations féministes. La cour d’appel de Paris a ordonné en juin la reprise des investigations relatives à une accusation de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance visant le ministre de l’Intérieur depuis 2009, dont le classement sans suite en février 2018 pourrait être entaché d’un vice de procédure. […] Lire la suite

10-29 juin 2020 France. Condamnation des époux Fillon.

Il désigne François Fillon comme l’instigateur de ces délits et le condamne à cinq ans de prison dont trois avec sursis et dix ans d’inéligibilité, pour détournement de fonds publics et complicité de ce délit, ainsi que pour complicité d’abus de biens sociaux. Penelope Fillon est condamnée à trois ans de prison avec sursis et cinq ans d’inéligibilité pour complicité ou recel des mêmes délits. […] Lire la suite

6-25 septembre 2017 Espagne. Montée des tensions en Catalogne avant le référendum d'autodétermination.

Le texte, qui définit le peuple catalan comme « sujet souverain », précise que le résultat du référendum sera contraignant quel que soit le taux de participation. Le 7, le Tribunal constitutionnel suspend la loi votée la veille par le Parlement catalan. Le parquet général de l’État dépose plainte contre le bureau du Parlement et le gouvernement catalans pour « désobéissance, abus de fonction et malversation de fonds publics ». […] Lire la suite

1er-28 mars 2017 France. Mise en examen de François Fillon.

Le 24, le suppléant de François Fillon à l’Assemblée, Marc Joulaud, qui avait également rémunéré Penelope Fillon comme assistante parlementaire, est mis en examen pour « détournement de fonds publics ». Le 28, Penelope Fillon est à son tour mise en examen pour « complicité et recel de détournement de fonds publics, complicité et recel d’abus de biens sociaux, et recel d’escroquerie aggravée ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël GREGOGNA, « APPEL COMME D'ABUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/appel-comme-d-abus/