APPEL COMME D'ABUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Voie tendant à la cassation ou à l'annulation d'une décision abusive d'une juridiction sortant du domaine de sa compétence, l'appel comme d'abus est un procédé de droit employé par la royauté dans sa lutte pour assurer la suprématie du pouvoir juridictionnel, à l'encontre des juridictions ecclésiastiques, au même titre que la saisie du temporel et que le système des cas privilégiés. Apparu assez tardivement dans l'Ancien Régime, il prend, dès le début de son application, à la suite de l'affaire de la pragmatique sanction de Bourges de 1438, une très grande extension et, très rapidement, devient pour le pouvoir royal un moyen d'une efficacité certaine pour amoindrir l'autorité et la combativité des juridictions ecclésiastiques, particulièrement au moment de l'affaire des libertés gallicanes.

Cette forme d'appel trouve son fondement dans la nécessité de maintenir chaque ordre de juridiction dans le domaine qui lui a été réservé ; toutefois, la pratique démontre que l'appel comme d'abus joue dans une proportion bien plus importante en faveur des juridictions laïques. Les auteurs l'expliquaient et le justifiaient en disposant que les juridictions laïques étant les juridictions de droit commun, il était normal qu'elles agissent dans toutes les affaires, y compris celles où étaient impliqués des ecclésiastiques, libre pour les juridictions ecclésiastiques, véritables juridictions d'exception, de revendiquer celles pour lesquelles elles s'estimaient être compétentes, et à charge pour le parlement de trancher le litige en décidant laquelle de ces deux juridictions devait emporter la connaissance de l'affaire.

En fait, il ne fut jamais possible à la justice ecclésiastique, faute d'organisation, de personnel, d'une solide assiette territoriale, de s'élever contre les ingérences que pouvaient commettre les juridictions royales à leur égard. La lutte pour la conquête du monopole de la justice était si âpre, du côté du pouvoir royal, qu'il était bien connu qu'un individu qui contestait une décision ecclésiastique voyait son affaire é [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  APPEL COMME D'ABUS  » est également traité dans :

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les cultes »  : […] Le catholicisme est religion d'État. Au Moyen Âge, le royaume de France, comme tous les royaumes occidentaux, était dans l'Église. À partir du xv e  siècle, l'universalisme de la Chrétienté a vécu, l'Église gallicane fait partie du royaume de France et, au siècle suivant, le succès de la Réforme accentuera l'évolution. La papauté ne conserve plus qu'une autorité spirituelle. L'Église de France res […] Lire la suite

RELIGION - Religion et État

  • Écrit par 
  • Louis de NAUROIS
  •  • 8 429 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] La tendance des États à dominer les Églises et à limiter leur influence par des mesures légales est fort ancienne. On la voit apparaître en Occident avec l'empereur Constantin. Devenu chrétien, celui-ci se dit « évêque du dehors » et, à ce titre, s'arroge en matière religieuse un rôle et des droits qui servent ses intérêts politiques, temporels par conséquent. Son lointain successeur Charlemagne f […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Jugement de l’affaire « Jeanne-Riwal ». 16 juin 2020

lors des élections législatives de 2012. Le Rassemblement national, héritier du FN, est condamné à 18 750 euros d’amende pour recel d’abus de biens sociaux. L’eurodéputé RN Jean-François Jalkh est condamné, en tant que « concepteur » de l’escroquerie, à deux ans de prison dont six mois ferme […] Lire la suite

France. Condamnation des époux Fillon. 10-29 juin 2020

de La Revue des Deux Mondes en 2012-2013. Il juge tout aussi fictifs les emplois d’assistants parlementaires occupés en 2005-2007 […] Lire la suite

France – Guinée équatoriale. Alourdissement de la peine visant Teodorin Obiang. 10 février 2020

Dans l’affaire des « biens mal acquis », la cour d’appel de Paris condamne le vice-président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang, fils du président Teodoro Obiang Nguema, à la même peine d’emprisonnement qu’en première instance, en octobre 2017, soit trois ans de prison avec sursis, mais ôte […] Lire la suite

France. Relaxe du cardinal Philippe Barbarin. 30 janvier 2020

La cour d’appel de Lyon relaxe le cardinal Philippe Barbarin du délit d’entrave à la justice pour lequel le tribunal correctionnel l’avait condamné à six mois de prison avec sursis en mars 2019, l’accusant de n’avoir pas dénoncé les abus sexuels sur mineurs commis par le père Bernard Preynat. La cour d’appel estime que le délit d’entrave à la justice n’est pas constitué, la prescription des faits considérés interdisant leur poursuite. […] Lire la suite

Roumanie. Condamnation de Liviu Dragnea. 27 mai 2019

La Haute Cour de cassation et de justice confirme en appel son jugement de juin 2018 qui condamnait le président de la Chambre des députés et chef du Parti social-démocrate au pouvoir, Liviu Dragnea, à trois ans et demi de prison ferme pour abus de pouvoir dans une affaire d’emplois fictifs. Celui […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël GREGOGNA, « APPEL COMME D'ABUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/appel-comme-d-abus/