Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

APACHE

Ethnie amérindienne du sud-ouest de l'Amérique du Nord, qui joua un rôle important dans l'histoire de cette région pendant la seconde moitié du xixe siècle. Menés par des chefs tels que Cochise, Mangas Coloradas, Geronimo et Victorio, les Apache vivaient en Arizona, au Colorado, au Nouveau-Mexique, au Texas, ainsi qu'au nord de Chihuahua et de Sonora, dans l'actuel Mexique. Les ancêtres des Apache arrivèrent probablement dans le Sud-Ouest, vers l'an mille. Dès que le cheval fit son apparition, ces Indiens et d'autres Apache des plaines furent fortement repoussés vers le Sud et l'Ouest par les Comanche et les Ute.

Du point de vue culturel, on divise les Apache en deux groupes : les Apache de l'Est (Mescalero, Jicarilla, Chiricahua, Lipan, Apache Kiowa) et les Apache de l'Ouest (Cibecue, Mimbreno, Coyotero, Tonto du Nord et du Sud, qu'on appelle aussi Apache Mogollon). L'absence d'organisation tribale centralisée est la principale caractéristique des Apache de l'Est et des Apache de l'Ouest, exception faite des Apache Kiowa. Rassemblement autonome de petits groupes locaux, à l'intérieur d'une région déterminée, la « bande » formait le groupe politique fondamental ainsi que le groupe de base pour les guerres et les raids ; le chef le plus puissant à l'intérieur des groupes locaux devenait de facto celui de la bande, et plusieurs bandes pouvaient être réunies sous la direction d'un leader.

Rituel de passage

Rituel de passage

Les shamans apaches avaient pour fonction de guérir les malades et d'assurer le bien-être de la tribu. Les Apache pensaient que les filles avaient, au moment de la puberté, des pouvoirs spéciaux qui procuraient la fertilité et la santé à toute la tribu, si bien que les rites de passage des filles à la puberté formaient une partie importante de leur rituel. Ils vivaient de la chasse et de la cueillette des plantes sauvages, mais aussi des produits de la culture et du pillage. Ainsi, les Jicarilla cultivaient du maïs et d'autres légumes, mais, comme d'autres Indiens des plaines, ils s'adonnaient aussi à la chasse au bison. Les Mescalero avaient un régime alimentaire reposant surtout sur le « mescal » dont ils tiennent leur nom. De tous les Apache qui vivaient à l'ouest du Río Grande, les Chiricahua étaient peut-être les plus belliqueux et leur mode de vie présentait les traits de nomadisme les plus marqués ; depuis leur repaire des montagnes du Dragon, ils étendaient leurs raids de pillage jusqu'au nord du Mexique, en Arizona et au Nouveau-Mexique. Quant aux Apache de l'Ouest, ils semblent avoir été beaucoup plus sédentaires que leurs parents de l'Est.

Reddition de Geronimo

Reddition de Geronimo

De toutes les guerres qui eurent lieu à la frontière, les guerres apaches furent parmi les plus sauvages. Et pourtant, les Indiens essayèrent d'abord d'entretenir de bons rapports avec les Espagnols, avec les Mexicains et, plus tard, avec les Américains. Cependant, dès le xviie siècle, les Apache organisèrent des raids contre les missions espagnoles et furent peut-être en partie les instigateurs de la révolte pueblo de 1860. Une paix fut conclue au cours d'une réunion, en 1858, entre Américains et Chiricahua, à la Passe-Apache dans les montagnes du Dragon. Cochise y mit fin en 1861. À la fin de la guerre de Sécession, en 1865, le gouvernement américain tenta de limiter les territoires et de surveiller les mouvements des Apache. Des troubles très sérieux éclatèrent lorsque les Chiricahua furent forcés d'abandonner leurs territoires et de rejoindre les Apache de l'Ouest. La dernière guerre se termina en 1886, par la reddition de Géronimo et de ses derniers compagnons. Toute la tribu des Chiricahua fut chassée de l'Ouest ; les Indiens furent gardés vingt-sept ans prisonniers en Floride, en Alabama et à Fort Sill en Oklahoma ; et c'est seulement en 1913 que l'on consentit aux membres de la tribu certains terrains[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Rituel de passage

Rituel de passage

Reddition de Geronimo

Reddition de Geronimo

Autres références

  • AMÉRINDIENS - Amérique du Nord

    • Écrit par Marie-Pierre BOUSQUET, Universalis, Roger RENAUD
    • 10 380 mots
    • 6 médias
    ...au Canada en remontant les affluents du Mississippi, les Français remontèrent vers l'ouest. Dans les Plaines, un commerce s'était développé entre les Apaches et les Espagnols installés alors au Nouveau-Mexique depuis 1598 : contre chevaux et marchandises, les Apaches fournissaient peaux de bisons et...
  • ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

    • Écrit par Julien BONHOMME
    • 4 200 mots
    ...le fait de s’abstenir de parler est une situation significative pour les participants. Keith Basso a par exemple étudié les situations dans lesquelles les Apaches d’Arizona jugent socialement approprié de rester silencieux : lorsque des étrangers se rencontrent pour la première fois (leur silence pouvant...
  • ATHAPASCAN

    • Écrit par Agnès LEHUEN
    • 384 mots

    La plus répandue des familles linguistiques indiennes d'Amérique du Nord : côte arctique et Nouveau-Mexique, côte pacifique, près de la baie d'Hudson et du rio Colorado à l'embouchure du rio Grande.

    Les langues de la famille athapascan ont toutes des points communs, tant du...

  • CHIRICAHUA

    • Écrit par Agnès LEHUEN
    • 355 mots
    • 1 média

    Tribu apache particulièrement crainte lors des guerres apaches du xixe siècle, les Chiricahua vivaient dans les montagnes de Chiricahua et du Dragon (sud-est de l'Arizona), ainsi qu'à la frontière du Nouveau-Mexique et dans la région de Chihuahua. Le mode de vie de ces Indiens était encore plus...

  • Afficher les 9 références

Voir aussi