STRADIVARIUS ANTONIO (1643 env.-1737)

Célèbre luthier italien, à l'apogée de la facture pour instruments à cordes. Antonio Stradivarius ainsi que ses deux fils Francesco (1671-1743) et Omobono (1679-1742) signèrent quelques-uns des plus prestigieux violons de l'histoire de cet instrument. « Il apporte avec lui le métier le plus achevé, la curiosité la plus ouverte, la plus inlassable patience, la plus rare alliance de la méthode et de l'instinct » (Marc Pincherle, Les Instruments du quatuor). Il naquit et vécut à Crémone, fief d'une des grandes écoles de facture italienne, rivale notamment de celle de Brescia. Nicola Amati (1596-1684), lui aussi luthier remarquable d'une dynastie fameuse, forma de nombreux élèves, dont Andrea Guarneri (1626-1698), ses fils Pietro Giovanni Guarneri (1655-env. 1698) et Giuseppe Giovanni Battista, son frère (1666-env. 1738), en même temps qu'Antonio Stradivari, lequel collabora avec son maître jusqu'en 1680. La première période de production stradivarienne dure une vingtaine d'années, de 1665 à 1685, dans l'orbite d'Amati. De 1685 à 1700 environ, il perfectionne le style de facture dit « amatisé » (amatizzato) ; il abandonne les instruments aux voûtes très hautes et, peut-être sous l'influence de Giovanni Paolo Maggini (1580-apr. 1630), luthier de Brescia, il crée les longuets, au patron plus étroit, plus élancé et de format plus grand : il cherche une formule personnelle. Après 1700, Stradivari (ou Stradivarius) revient à un format moyen, dont la merveilleuse justesse de proportions établit sa réputation : ce sont les plus beaux violons qui sortirent de ses mains. Leur sonorité est à la fois ample et mélodieuse, chaude et somptueuse. Stradivari aurait construit quelque trois mille instruments, dont plus de cinq cents violons, douze altos, cinquante violoncelles sont identifiés et âprement convoités par les virtuoses ou les collectionneurs. Les chimistes se sont penchés avec passion sur ces joyaux de la facture, en particulier afin d'analyser les vernis qu'employait le luthier. Beaucoup de ces instruments portent un nom ; ainsi connaît-on, d'après le virtuose qui s'en servit, le


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  STRADIVARIUS ANTONIO (1643 env.-1737)  » est également traité dans :

INSTRUMENTS DE MUSIQUE - Facture instrumentale

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Anne PENESCO
  •  • 6 785 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les cordes frottées : le violon »  : […] car l'instrument perdrait en sonorité. Certains, convaincus que la sonorité des Stradivarius est due principalement à leur vernis, ont cherché à découvrir le « secret » du luthier italien. Il semble cependant plus raisonnable de penser que la sonorité dépend avant tout du choix des bois et de leur forme, le vernis n'ayant une influence que sur la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instruments-de-musique-facture-instrumentale/#i_45896

INSTRUMENTS DE MUSIQUE - Restauration des instruments

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI
  •  • 2 561 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'instrument, objet de collection et de spéculation »  : […] Le mythe Stradivarius demeure inchangé depuis le début du xixe siècle, le prestige de son nom est tel qu'il est devenu symbole de la lutherie, symbole du violon, dans le grand public. Il est hors de doute que ce luthier a produit des instruments d'une qualité incomparable, véritables miracles de timbre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instruments-de-musique-restauration-des-instruments/#i_45896

VIOLON, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 269 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Amati (vers 1540-1607) et Girolamo Amati (vers 1561-1630) – poursuivent son œuvre. Antonio Stradivari (entre 1644 et 1649-1737), également luthier à Crémone et probablement disciple de Nicolò Amati (1596-1684), mettra à profit un siècle de tradition pour produire les plus prestigieux des violons, dont quelque 600 subsistent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violon-en-bref/#i_45896

VIOLON

  • Écrit par 
  • Émile LEIPP
  •  • 3 954 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] Le violon, à l'époque de Stradivarius, était un membre de toute une « famille » : violon, alto, ténor, basse et contrebasse. Le ténor, qui se jouait sur les genoux, disparut de bonne heure. On notera que les dimensions relatives entre les membres de la famille découlent d'expériences empiriques et sont liées aux propriétés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violon/#i_45896

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « STRADIVARIUS ANTONIO (1643 env.-1737) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-stradivarius/