SANT'ELIA ANTONIO (1888-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'apport de l'Italien Sant'Elia à l'architecture moderne est difficile à évaluer, car son expérience d'architecte n'a connu qu'un développement limité.

Ses conceptions théoriques retiennent l'attention : dans le climat de confusion de l'éclectisme italien, sa position suggère une nouvelle problématique critique. Sa production figurative nous est connue à partir des années 1910-1911, au cours desquelles il fréquente l'Académie Brera et se lie aux milieux artistiques milanais. Il construit, en 1911, près de Côme, la villa Elisi, œuvre au demeurant assez peu significative. À partir de 1913, ses dessins se libèrent graduellement de la dépendance à l'égard du répertoire Art nouveau et aboutissent aux schémas des Dynamismes architectoniques, purgés de tout esprit décoratif. En mai 1914 paraît Le Message et, deux mois après, le Manifeste de l'architecture futuriste, tous deux signés de Sant'Elia ; cependant que ses dessins (La Ville nouvelle, Gares, Ponts) sont exposés pour la première fois à Milan. Les prédictions du Message et du Manifeste relatives à un nouvel espace urbain se reflètent dans ces interprétations purement idéologiques de l'architecture ; le caractère même de sa théorie ne lui permet pas la formulation nette de principes figuratifs : « L'architecture, comme art de disposer les formes des édifices selon des critères fixés d'avance, est morte. L'architecture doit [...] faire du monde des choses une projection directe du monde de l'esprit. D'une architecture ainsi conçue ne peut naître aucune habitude plastique et linéaire, car l'architecture futuriste sera fondamentalement transitoire et périssable. Les choses dureront moins que nous. Chaque génération devra construire sa ville. »

Étude de bâtiment

Étude de bâtiment

photographie

Antonio Sant'Elia, Étude de bâtiment, plume et encre sur papier , 1913. 

Crédits : Accademia Italiana, London, Bridgeman Images

Afficher

Les dessins de La Ville nouvelle, fragments de scène urbaine et non pas projets consistants d'urbanisme, montrent comment la ville futuriste est une image parfois suggestive mais surtout littéraire. L'insistance sur ce thème, chez les artistes du premier futurisme, souligne le caractère d'un mouvement imaginatif qui fut, plus que tout autre, citadin. Il est impossible de parler d'architecture futuriste sinon en termes de programme et de poétique, mais l'expérience de Sant'Elia est inséparable du contexte général du mouvement. Après sa mort, les éléments virtuellement positifs de ses intuitions ne sont pas approfondis et le mouvement se dégrade rapidement dans les vaines scénographies de Virgilio Marchi et l'exaltation rhétorique de l'univers machiniste.

—  Marilù CANTELLI

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SANT'ELIA ANTONIO (1888-1916)  » est également traité dans :

CHIATTONE MARIO (1891-1957)

  • Écrit par 
  • Marilù CANTELLI
  •  • 587 mots

Peintre actif dans le milieu pré-futuriste, familier de Boccioni dont son père collectionnait les œuvres, Mario Chiattone s'était formé à Milan, à l'Académie de Brera, où il connut l'architecte Antonio Sant'Elia. En 1913 et 1914, ils partagent le même studio. Chiattone présente, en mai 1914, trois dessins pour La Città nuova à l'exposition du groupe Nuove Tendenze, proche de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mario-chiattone/#i_13064

FUTURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI, 
  • Claude FRONTISI, 
  • Claude KASTLER
  •  • 5 047 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Antonio Sant'Elia (1888-1916) »  : […] Issu du groupe avant-gardiste Nuove Tendenze, Antonio Sant'Elia adhère au mouvement en 1914 et publie le Manifeste de l' architecture futuriste . Sa pensée architecturale n'a pu s'exprimer que dans les projets conçus pour la Città nuova, vision « aveniriste » de métropole géante. Les pièces maîtresses – immeubles à gradins, complexes de communication te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/futurisme/#i_13064

TERRAGNI GIUSEPPE (1904-1943)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 740 mots

La ville de Côme, haut lieu de la Lombardie touristique, mériterait aussi l'hommage des amateurs d'histoire de l'architecture moderne. C'est en effet ici que vécurent deux figures emblématiques du rationalisme constructif en Italie au xx e siècle, Antonio Sant'Elia (1888-1916) et Giuseppe Terragni. Tous deux firent leurs études secondaires à Côme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-terragni/#i_13064

USINES DU MOUVEMENT MODERNE (PROJETS ET RÉALISATIONS) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 651 mots

1901-1904 Cité industrielle, Tony Garnier (projet théorique). L'usine principale de la Cité industrielle, qui est aussi sa raison d'être, est une usine métallurgique, formée essentiellement de hauts-fourneaux. Elle est desservie par une gare ferroviaire et une gare d'eau, et les différents bâtiments sont séparés par des avenues plantées d'arbres en quinconce. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/usines-du-mouvement-moderne-projets-et-realisations-reperes-chronologiques/#i_13064

Pour citer l’article

Marilù CANTELLI, « SANT'ELIA ANTONIO - (1888-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-sant-elia/