ANTIGONOS MONOPHTALMOS (env. 382-301 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Monarque hellénistique, né en Macédoine d'une famille princière, Antigonos Monophthalmos (Antigone le Cyclope, ou le Borgne) participe aux campagnes de Philippe II. Au début de la conquête d'Alexandre, il est nommé satrape de Phrygie (~ 333). Au partage de Babylone (~ 323), on y ajoute la Lycie. Mais il entre en conflit avec le régent Perdiccas pour s'être dispensé d'aider Eumène de Cardia à se rendre maître de sa satrapie. Il se réfugie en Macédoine et coalise les diadoques contre son adversaire qui est assassiné au cours d'une expédition dirigée contre Ptolémée (~ 321). Antigonos est chargé, lors du partage de Triparadisos, de la guerre contre Eumène, qui avait pris le parti de Perdiccas, et reçoit des pouvoirs très étendus sur l'Asie. Sans détourner son attention des troubles que provoque à l'ouest la mort du nouveau régent Antipatros (~ 319), il pourchasse Eumène à travers toute l'Asie et finit par avoir raison de lui en ~ 316.

Il se conduit alors en maître, s'approprie les trésors royaux, destitue les satrapes. Une de ses victimes, Séleucos, l'accuse auprès des autres diadoques de viser à la domination universelle (ce qui paraît probable, bien qu'on l'ait nié) et forme contre lui une coalition qui le somme de restituer de vastes territoires et de partager les trésors. En réponse, une assemblée militaire à Tyr condamne Kassandros, nomme Antigonos régent et proclame la liberté des cités grecques (~ 315). Ce principe, auquel Antigonos affectera de rester constamment fidèle, n'était qu'une machine de guerre contre ses ennemis, mais il aura un vaste et durable retentissement.

Dans la longue lutte qui commence, le but d'Antigonos est la Macédoine, dont la possession légitimerait ses prétentions. L'ennemi principal est donc Kassandros, qui en est le roi. Tous les autres adversaires ne sont que des obstacles accessoires. De ~ 315 à ~ 311, Antigonos agit vigoureusement dans la mer Égée et en Grèce. Mais la défaite de son fils Démétrios à Gaza (~ 312) l'oblige à une paix de compromis (~ 311) ; car, à la faveur de l'événement, Séleucos a regagné sa satrapie de Babylone. Antigonos veut avoir les mains libres pour l'en chasser. Il n'y parvient pas et doit, au contraire, abandonner à son rival les satrapies orientales dont il s'était rendu maître (env. ~ 308).

La lutte qui reprend en Occident oppose d'abord Antigonos à Ptolémée, qui perd Chypre (~ 306). À cette occasion, il se proclame roi, dévoilant ainsi ses prétentions. Ses adversaires ne tarderont pas à l'imiter. Mais il échoue contre l'Égypte (~ 305) et Démétrios, malgré un siège célèbre, ne peut prendre Rhodes, alliée de Ptolémée (~ 304). Malgré ces échecs, les Antigonides reprennent l'offensive en Grèce même (~ 302). La coalition générale se renoue alors contre eux et porte la guerre en Asie Mineure. La rencontre décisive a lieu à Ipsos : Antigonos y est vaincu et tué (~ 301).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse

Classification

Autres références

«  ANTIGONOS MONOPHTALMOS (env. 382-301 av. J.-C.)  » est également traité dans :

KASSANDROS ou CASSANDROS (env. 358-297 av. J.-C.) roi de Macédoine (305-297 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 166 mots

Roi de Macédoine. Son père, Antipatros, régent de l'empire d'Alexandre, l'ayant écarté de sa succession (~ 319), il conquiert sur le successeur qu'Antipatros s'était donné, Polyperchon, la Macédoine et une partie de la Grèce avec l'aide d'Antigonos. Mais, quand ce dernier manifeste la volonté d'imposer sa domination à tous, Kassandros entre dans la coalition formée contre lui par les autres diadoq […] Lire la suite

LYSIMAQUE (env. 355-281 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 365 mots

Souverain hellénistique, macédonien, né à Pella d'une famille noble. Pendant les campagnes d'Alexandre, dont il était garde du corps, il se distingua à plusieurs reprises. Au partage de Babylone (~ 323), il reçut la Thrace où il fut, pendant plusieurs années, absorbé par des luttes contre le roi indigène Seuthès et par la défense des frontières qui demeura pour lui un souci constant. En ~ 315, il […] Lire la suite

MACÉDOINE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 10 528 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le pouvoir des diadoques »  : […] L'aventure d'Alexandre n'a d'abord eu que peu de conséquences pour la Macédoine. Le jeune roi avait confié le gouvernement à Antipatros, ancien général de Philippe, qui fut chargé de maintenir l'ordre en Grèce. Rappelé par Alexandre, il était encore en Macédoine quand parvint l'annonce de la mort du roi. Les Grecs se révoltèrent. Il fut le vainqueur de cette guerre, appelée « lamiaque », et impos […] Lire la suite

POLYPERCHON (apr. 390-env. 302 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 185 mots

On ignore tout de l'existence de ce noble macédonien jusqu'au règne d'Alexandre où il ne joue qu'un rôle sans éclat. Antipatros, à sa mort (~ 319), lui confie la régence aux dépens de son fils Kassandros qui, n'acceptant pas d'être évincé, ligue contre lui tous les diadoques. Pour trouver des appuis, Polyperchon s'allie à Eumène de Cardia et rend leur liberté aux cités grecques (~ 319). Mais Eumèn […] Lire la suite

PTOLÉMÉE Ier SÔTER (env. 365-282 av. J.-C.) roi d'Égypte (305-282 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joseph MÉLÈZE-MODRZEJEWSKI
  •  • 604 mots

Général d'Alexandre le Grand, satrape (~ 323-~ 305) puis roi d'Égypte (~ 305-~ 282), Ptolémée I er Sôter, fils de Lagos, est le fondateur de la dynastie macédonienne des Ptolémées, ou Lagides, qui gouverne l'Égypte jusqu'à la conquête romaine (août ~ 30). L'un des sept somatophylaques (« gardes de corps ») d'Alexandre le Grand, il devient un de ses diadoques après la mort d'Alexandre (~ 323) ; il […] Lire la suite

SÉLEUCOS Ier NICATOR (env. 356-281 av. J.-C.) roi séleucide (305-281 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 404 mots

Monarque hellénistique, né en Macédoine. Il accompagne Alexandre dans ses campagnes et se distingue en Inde. Au partage de Babylone (~ 323), il est adjoint au régent Perdiccas. Après l'assassinat de celui-ci (dont il est peut-être complice) en ~ 321, il reçoit la satrapie de Babylone. En ~ 315, il en est chassé par Antigonos devenu maître de l'Asie. Il se réfugie en Égypte et incite les diadoques […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DELORME, « ANTIGONOS MONOPHTALMOS (env. 382-301 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antigonos-monophtalmos/