Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TOURVILLE ANNE HILARION DE COTENTIN comte de (1642-1701)

Chevalier de Malte à quatorze ans, Tourville, jusqu'en 1667, guerroya en Méditerranée contre les Turcs et les Barbaresques, fut décoré et félicité par le doge de Venise et par Louis XIV qui le nomma capitaine de vaisseau. Envoyé à Candie en 1669, il devint en 1671 commandant d'un des vaisseaux de l'escadre du comte d'Estrées contre les Hollandais. Sous les ordres de Duquesne, il contribua à la victoire d'Augusta (1676), bataille au cours de laquelle l'amiral Michiel de Ruyter fut mortellement blessé. Il reçut alors le grade de chef d'escadre et partagea son temps entre la guerre contre les ennemis européens de Louis XIV et la lutte contre les corsaires barbaresques qui gênaient le commerce français en Méditerranée. Vainqueur en 1677 des Espagnols et des Hollandais, près de Palerme, il détruisit en 1682 l'escadre des Tripolitains, bombarda Chio et Alger et participa en 1684 au bombardement qui anéantit Gênes. En 1688, il s'illustra dans la prise de navires hollandais et, en 1689, vice-amiral des mers du Levant, commandant vingt vaisseaux armés à Toulon, il fit sa jonction avec les bâtiments de l'escadre de Brest pour mettre en fuite les Anglo-Hollandais et permettre de ravitailler l'Irlande. L'année suivante, commandant soixante-six vaisseaux, il rencontra cent douze navires ennemis au large de l'île de Wight et après huit heures de combat réussit à mettre hors de course la flotte anglo-hollandaise. Louis XIV résolut alors de rétablir Jacques II sur le trône et rassembla la flotte sur les côtes de la Manche. Tourville resta bloqué par les vents contraires à Brest pendant que les Anglais et les Hollandais opéraient leur jonction et se trouvaient avec quatre-vingt-huit vaisseaux au large de La Hougue. Louis XIV, informé de cette sortie, commanda à Tourville de se porter vers eux avec quarante-quatre navires seulement. La brume était si épaisse que l'escadre de Tourville se trouva fort près des Anglais et ne put faire autre chose que de livrer bataille. Après un extraordinaire combat de seize heures, il se résolut à une prudente retraite qui fut rendue difficile successivement par la brume, la marée et les vents. Douze bateaux ne purent échapper aux Anglais et furent incendiés. On rendit cependant hommage au courage de Tourville. Maréchal de France en 1693, il reçut du roi le commandement de soixante et onze bâtiments qui interceptèrent un convoi anglo-hollandais et il fit perdre aux alliés quatre-vingts bateaux. Il abandonna la mer en 1697 et termina ses jours à Paris.

Tourville avait pris une grande part à l'organisation de la marine militaire et commerciale. Il élabora une doctrine militaire et navale, que rédigea le père Lhoste, aumônier des vaisseaux des maréchaux d'Estrées et Tourville, sous le titre : Traité de tactique navale. Les signaux dont il avait fait usage restèrent en vigueur jusqu'en 1756.

— Jean-Marie CONSTANT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BATAILLES NAVALES (âge de la voile) - (repères chronologiques)

    • Écrit par Michèle BATTESTI
    • 1 040 mots

    31 juillet-8 août 1588 La Armada Grande (l'Invincible Armada), forte de 130 vaisseaux (dont 60 galions et caraques de guerre) et 30 000 hommes, est envoyée en mai par Philippe II pour envahir l'Angleterre. Harcelée depuis Plymouth par les Anglais, désorganisée par des brûlots, elle livre bataille...

  • LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)

    • Écrit par Victor-Lucien TAPIÉ
    • 10 435 mots
    • 10 médias
    ...l'Empire, l'Espagne et la Savoie. Louis XIV crut qu'il la dissocierait par des victoires sur l'Angleterre. Mais sa flotte de guerre, victorieuse d'abord ( Tourville au cap Beveziers, 1690) fut dispersée au désastre de la Hougue. Il y eut alternances d'avantages et de revers dans la guerre de course, les luttes...

Voir aussi