JACKSON ANDREW (1767-1845)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le parcours du septième président des États-Unis (1829-1837) est atypique. Contrairement à ses précédesseurs, Andrew Jackson, né le 15 mars 1767 en Caroline, est issu d’un milieu modeste. C’est en autodidacte qu’il devient avocat. Il se lance ensuite dans la spéculation foncière et achète une plantation de coton dans le Tennessee. Il fait partie des pionniers qui bâtissent cet État, dont il est le premier représentant au Congrès des États-Unis en 1796.

Ce sont ses exploits militaires qui lui valent cependant de devenir une figure nationale. Jackson participe aux combats de la guerre d’Indépendance alors qu’il n’a que treize ans. En 1802, il est élu général de la milice du Tennessee. La guerre contre l’Angleterre, appelée aussi seconde guerre d’Indépendance (1812-1815), fait de lui un général de l’armée fédérale. Alors que les Américains peinent face aux assauts des Britanniques et des tribus amérindiennes, Jackson bat les premiers à la bataille de La Nouvelle-Orléans (janvier 1815) tandis que ses victoires contre les Indiens dans le Sud (Creeks et Séminoles) permettent l’acquisition de vastes terres en Alabama et en Georgie puis l’annexion de la Floride au détriment des Espagnols en 1819.

Jackson est un héros national, l’incarnation de l’expansionnisme américain. Comme George Washington en son temps, il brigue la présidence des États-Unis, mais il est battu en 1824 : arrivé en tête du scrutin populaire, il n’obtient pas la majorité des grands électeurs. Se considérant spolié, il crée un nouveau parti, le Parti démocrate, qui défend la libre entreprise, l’expansionnisme, le nationalisme, le droit des États face à l’État fédéral. Ses idées finissent par triompher et il est élu à la présidence en 1828. C’est la première fois qu’un homme de l’Ouest dirige le pays. Son élection marque aussi l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle génération, qui n’a pas participé à la fondation de la nation. Jackson porte également les espoirs des réformateurs qui veulent une plus grande particip [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JACKSON ANDREW (1767-1845)  » est également traité dans :

CLAY HENRY (1777-1852)

  • Écrit par 
  • Marie-France TOINET
  •  • 628 mots

Né en Virginie dans une famille de la petite bourgeoisie, Henry Clay devient avocat à vingt ans. Il s'établit au Kentucky où il mène une carrière professionnelle pleine de succès et une carrière politique au cours de laquelle il représentera cet État tantôt à la Chambre des représentants, tantôt au Sénat pendant près de quarante ans, avec le rôle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-clay/#i_25179

CROCKETT DAVID dit DAVY (1786-1836)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 517 mots

Pendant son premier mandat, Davy Crockett rompt les relations avec Andrew Jackson et le nouveau parti démocrate, car il souhaite que les squatters occupant les terres de l'ouest du Tennessee bénéficient d'un traitement préférentiel. Au départ, les Whigs courtisent Davy Crockett et lui font de la publicité dans l'espoir de créer un politicien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crockett-david-dit-davy/#i_25179

DOLLAR

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 11 211 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Second Bank of the United States, (1816-1836) »  : […] Un conflit éclate entre Nicholas Biddle et le président Andrew Jackson, antifédéraliste, qui s'oppose à l'émergence d'une banque centrale. En 1836, les attaques contre la S.B.U.S. conduisent Jackson à opposer son veto à la prorogation de la charte fédérale votée par le Congrès. À nouveau, le Trésor est la seule institution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dollar/#i_25179

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 193 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Premiers pas dans le monde »  : […] la terreur en brûlant Washington, en envoyant une flotte croiser sur les Grands Lacs, tout en étant battus devant La Nouvelle-Orléans par le jeune général Andrew Jackson qui commence ainsi une brillante carrière. La paix de Gand (1814), avant même cette victoire, confirme le statu quo sans rien régler du droit des neutres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_25179

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 206 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le conformisme unitarien »  : […] autorité d'un fédéralisme unitaire semble se diluer dans un ensemble lâche ; l'accession à la présidence de Andrew Jackson, incarnation pour les conservateurs d'un bonapartisme démagogique, paraît devoir substituer à l'ordre des traditions et des capacités le règne incohérent de la canaille (King Mob) et le système des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_25179

Pour citer l’article

Hélène HARTER, « JACKSON ANDREW - (1767-1845) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrew-jackson/