JACKSON ANDREW (1767-1845)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le parcours du septième président des États-Unis (1829-1837) est atypique. Contrairement à ses précédesseurs, Andrew Jackson, né le 15 mars 1767 en Caroline, est issu d’un milieu modeste. C’est en autodidacte qu’il devient avocat. Il se lance ensuite dans la spéculation foncière et achète une plantation de coton dans le Tennessee. Il fait partie des pionniers qui bâtissent cet État, dont il est le premier représentant au Congrès des États-Unis en 1796.

Ce sont ses exploits militaires qui lui valent cependant de devenir une figure nationale. Jackson participe aux combats de la guerre d’Indépendance alors qu’il n’a que treize ans. En 1802, il est élu général de la milice du Tennessee. La guerre contre l’Angleterre, appelée aussi seconde guerre d’Indépendance (1812-1815), fait de lui un général de l’armée fédérale. Alors que les Américains peinent face aux assauts des Britanniques et des tribus amérindiennes, Jackson bat les premiers à la bataille de La Nouvelle-Orléans (janvier 1815) tandis que ses victoires contre les Indiens dans le Sud (Creeks et Séminoles) permettent l’acquisition de vastes terres en Alabama et en Georgie puis l’annexion de la Floride au détriment des Espagnols en 1819.

Jackson est un héros national, l’incarnation de l’expansionnisme américain. Comme George Washington en son temps, il brigue la présidence des États-Unis, mais il est battu en 1824 : arrivé en tête du scrutin populaire, il n’obtient pas la majorité des grands électeurs. Se considérant spolié, il crée un nouveau parti, le Parti démocrate, qui défend la libre entreprise, l’expansionnisme, le nationalisme, le droit des États face à l’État fédéral. Ses idées finissent par triompher et il est élu à la présidence en 1828. C’est la première fois qu’un homme de l’Ouest dirige le pays. Son élection marque aussi l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle génération, qui n’a pas participé à la fondation de la nation. Jackson porte également les espoirs des réformateurs qui veulent une plus grande participation populaire à la vie politique.

Pendant s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  JACKSON ANDREW (1767-1845)  » est également traité dans :

CLAY HENRY (1777-1852)

  • Écrit par 
  • Marie-France TOINET
  •  • 628 mots

Né en Virginie dans une famille de la petite bourgeoisie, Henry Clay devient avocat à vingt ans. Il s'établit au Kentucky où il mène une carrière professionnelle pleine de succès et une carrière politique au cours de laquelle il représentera cet État tantôt à la Chambre des représentants, tantôt au Sénat pendant près de quarante ans, avec le rôle national de speaker (président de la Chambre). Cons […] Lire la suite

CROCKETT DAVID dit DAVY (1786-1836)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 517 mots

Désargenté, le père de David Crockett (né la 17 août 1786 dans l'est du Tennessee) loue son fils à des fermiers. La scolarité du jeune garçon se résume à 100 jours d'enseignement donné par un voisin. Des déménagements successifs l'emmènent de l'ouest vers le centre du Tennessee, non loin de la région où se déroule la guerre creek, au cours de laquelle il se fera un nom entre 1813 et 1815. En 182 […] Lire la suite

DOLLAR

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 11 210 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Second Bank of the United States, (1816-1836) »  : […] Pendant la seconde guerre d'Indépendance, de 1812 à 1815, le Trésor remplace tant bien que mal la F.B.U.S. En ne refusant pas les billets dépréciés des state chartered banks , dont le nombre s'accroît rapidement, il laisse sans contrôle leur surémission. Il n'ose pas exercer les attributions d'une banque centrale et se contente d'exhorter les banques au maintien des paiements en espèces. Rapidemen […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 175 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Premiers pas dans le monde »  : […] À peine nés, les États-Unis se trouvèrent confrontés aux convulsions d'un monde en pleine transformation, du fait de la Révolution française et des guerres franco-anglaises. Sans doute n'avaient-ils pas d'intérêts directs dans un tel conflit. Mais, d'une part, leur position de neutres leur assignait la mission de protéger leur commerce, menacé tantôt par les uns, tantôt par les autres ; d'autre pa […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 198 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le conformisme unitarien »  : […] L'humanisme unitarien, son rationalisme généreux, l'accent mis sur la morale sociale et individuelle dissimulent mal sa fonction idéologique. Système intellectuel, il reflète aussi bien les aspirations d'une aristocratie de talents, de fortune et de naissance en Nouvelle-Angleterre que ses répugnances et ses doutes : l'expansion vers l'Ouest menace les primautés acceptées et établies ; l'autorité […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hélène HARTER, « JACKSON ANDREW - (1767-1845) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrew-jackson/