LOUNATCHARSKI ANATOLI VASSILIEVITCH (1875-1933)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Brillant intellectuel marxiste, auteur fécond allant du journalisme à la dramaturgie en passant par les traités d'esthétique, Lounatcharski est, du début du régime soviétique et jusqu'en 1929, commissaire du peuple à l'Éducation.

Après des études secondaires à Kiev, il fréquente l'université de Zurich et entre en contact avec le groupe Libération du travail dirigé par Plekhanov. De retour en Russie, il milite au comité de Moscou du P.O.S.D.R. avec Anna Elizarova, sœur de Lénine. Arrêté, exilé, il entre dans un cercle d'intellectuels marxistes. À la fin de sa déportation, il adhère au parti bolchevique sous l'influence de son beau-frère Bogdanov. Il émigre en Suisse, ne rentrant en Russie que pour participer à la révolution de 1905. En Suisse, il collabore aux publications bolcheviques, rompt avec Lénine en 1907, faisant partie de la fraction des « bolcheviks de gauche », partisans du boycott des élections à la troisième douma, et regroupés autour de Bogdanov ; ce sont eux qui animent, en 1909, les écoles du parti à Capri et à Bologne. Lounatcharski est alors à l'origine de la théorie de la « nouvelle religion ». Son livre, Religion et socialisme, qui fait l'effet d'une bombe dans le milieu socialiste russe, tente de définir la place du socialisme par rapport aux systèmes religieux, concept que développe Gorki sous le nom de Bogostroitelstvo (Construction-de-Dieu). Installé à Paris en 1911, internationaliste pendant la guerre, Lounatcharski amorce en 1915 sa réconciliation avec Lénine qui s'accomplit lors de la révolution de Février. En 1917, il est l'un des orateurs bolcheviques les plus populaires. Arrêté à l'issue des journées de juillet, il est nommé, après l'insurrection d'Octobre, commissaire du peuple à l'éducation, démissionne quand il apprend comment s'est déroulée la conquête de Moscou, reprend sa démission à la demande de Lénine. Resté à Petrograd alors que le gouvernement s'installait à Moscou, il est envoyé, pendant la guerre civile, comme [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LOUNATCHARSKI ANATOLI VASSILIEVITCH (1875-1933)  » est également traité dans :

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes »  : […] Il n'en reste pas moins que le cinéma soviétique a été créé par des enfants terribles : de jeunes artistes d'avant-garde, soutiens enthousiastes de la révolution, souvent inspirés par le mouvement futuriste, ralliés autour de Meyerhold, de Maïakovski et du groupe « formaliste » LeL  (front gauche de l'art), sous la protection du ministre de l'Éduc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-russe/#i_41550

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de la révolution »  : […] Trois ans de guerre civile consomment la rupture avec le passé. La majorité des écrivains connus, en particulier les prosateurs réalistes, liés à la gauche libérale ou révolutionnaire (Bounine, Kouprine, Léonide Andréïev, et même Gorki), voient dans le coup d'État de Lénine la ruine des espoirs démocratiques nés de la révolution de février. La plup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_41550

RUSSIE (Arts et culture) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN, 
  • Nicole ZAND
  •  • 8 636 mots

Dans le chapitre « La révolution des formes scéniques »  : […] En 1920, l'« Octobre théâtral » lancé par Meyerhold, devenu membre du Parti communiste en 1918, développe un programme radical : affirmation du rôle politique du théâtre, refus des normes de l'esthétique bourgeoise, soutien au théâtre amateur, simplification des décors, ouverture sur la place publique et sur la rue. C'est dans ses mises en scène qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-le-theatre/#i_41550

RUSSIE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 7 médias

Le cinéma soviétique naît officiellement du décret de nationalisation signé par Lénine le 27 août 1919. Pendant soixante-dix ans, ce cinéma va être affaire d'État, pour le meilleur et pour le pire. Pour le meilleur : par l'indifférence à peu près constante aux questions de rentabilité, qui en fait un cas uniqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-le-cinema/#i_41550

SOCIALISTES ART DANS LES PAYS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Louis MARCORELLES, 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 12 580 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Réalisme, stalinisme, jdanovisme »  : […] On se tromperait si l'on pensait que les tendances réalistes jaillirent ex nihilo après la mort de Lénine et que le réalisme socialiste naquit seulement en 1934, lors du premier Congrès des écrivains soviétiques. Théoriquement, ce qui deviendra plus tard le jdanovisme se manifesta bien avant 1917, puisque Plekhanov considérait que l'art, « moyen d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-dans-les-pays-socialistes/#i_41550

Pour citer l’article

Claudie WEILL, « LOUNATCHARSKI ANATOLI VASSILIEVITCH - (1875-1933) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anatoli-vassilievitch-lounatcharski/