NIKOLAIS ALWIN (1910-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une nouvelle conception du spectacle de danse

Après la guerre, il se fixe à New York et devient l'assistant d'Hanya Holm puis, en 1949, son successeur à la tête du Henry Street Playhouse. Là, durant vingt-deux ans, il va présenter ses créations pour la Playhouse Dance Company – rebaptisée, en 1956, Nikolais Dance Company puis, en 1968, Nikolais Dance Theatre. Entouré de jeunes danseurs qu'il a formés, tels Murray Louis, Phyllis Lamhut, Gladys Bailin, il restaure ce lieu et y accueille les enfants du quartier en proposant des cours de percussions, d'improvisation, de jeu scénique et des spectacles populaires humoristiques comme Lobster quadrille (1949), d'après Lewis Carroll.

Rejetant l'expressionnisme dramatique cher à Mary Wigman, il va puiser son inspiration dans l'abstraction en créant en 1956 Kaleïdoscope, un titre emblématique comme celui de Masks, Props and Mobiles (1953), et utilise ingénieusement des accessoires (disques et objets divers) qui lui semblent faire partie intégrante du corps des danseurs. Son travail avec les marionnettes lui a déjà permis de constater l'absence d'expression faciale des poupées dont le pouvoir émotionnel se concentre dans le seul mouvement corporel. Il renonce à différencier hommes et femmes, et conçoit des costumes unisexes pour ses danseurs. Il porte également un intérêt particulier aux éclairages allant par la suite jusqu'à modifier également grâce à eux les proportions et le rythme des corps en mouvement.

Tout en développant une thématique élémentaire fondée sur l'abstraction parfois suggestive du réel, Nikolais bouleverse, à partir des années 1950, les codes traditionnels qui marquent les différents styles de danse et de spectacle chorégraphique. Souvent empreinte d'implications philosophiques, son inspiration procède toujours de la libre association des images en mouvement. En 1966, il déclare : « Je considère cette polygamie du mouvement, de la forme, de la couleur et du son comme un savoir-faire fondamental du théâtre. » Mais il reconnaît : « Pour moi, le mouvement n'élimine pas l'émotion. » Pourtant, en élaborant sa conception de la danse, il demande sans cesse à ses interprètes : « Motion, no emotion ». Il allie étroitement le mouvement corporel, éventuellement métamorphosé par le costume jusqu'à la totale déshumanisation, au jaillissement des couleurs, des sons, des illusions visuelles engendrées par ses complexes projections.

Dans Prism (1956), il effectue ainsi pour la première fois des projections lumineuses sur le corps du danseur, qu'il fragmente ; dans Allegory (1959), il utilise des costumes élastiques et compose un accompagnement musical très sophistiqué à base de synthétiseurs. Durant les années 1960, Nikolais va poursuivre ses recherches dans Totem (1960), Imago (1963) et Vaudeville of the Elements (1963). Dans Somniloquy (1967), il imagine d'orienter la projection sur les danseurs d'un carrousel de diapositives.

Dès 1962, il dirige aussi des stages d'été à Salt Lake City, où il découvre Carolyn Carlson, qui deviendra son interprète emblématique. La télévision et le film expérimental lui ouvrent alors une nouvelle voie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France, écrivain et critique

Classification

Autres références

«  NIKOLAIS ALWIN (1910-1993)  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Greffe expressionniste »  : […] Aux États-Unis, la greffe expressionniste allemande se prolonge après guerre. Alwin Nikolaïs, un ancien montreur de marionnettes, va y subir cette influence ainsi que celle de Oskar Schlemmer, fort évidente dans un ballet comme Triad en 1976. Par la suite, ses ballets seront marqués par l'abstraction théâtrale et le désir de rivaliser sur la scène avec l'art du sculpteur et du cinéaste. Murray Lo […] Lire la suite

CARLSON CAROLYN (1943- )

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 472 mots

Dans le chapitre « De la Californie vers l'Europe »  : […] Carolyn Carlson est née en 1943 à Oakland, Californie. Elle commence l'étude de la danse classique à sept ans, puis entre à l'école du San Francisco Ballet et intègre ensuite le département de danse moderne de l'université de l'Utah où elle rencontre Alwin Nikolaïs en 1965. Diplômée de Fine Arts la même année, elle est aussitôt engagée au Nikolaïs Dance Theatre à New York. Elle sera la figure emb […] Lire la suite

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 069 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] Lire la suite

LOUIS MURRAY (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Lise OTT
  •  • 803 mots

Dans le chapitre « Des débuts éblouissants »  : […] Murray Louis Fuchs, dit Murray Louis, est né le 4 novembre 1926 à Brooklyn au sein d'une famille modeste de cinq enfants. Dans un contexte de dépression économique et après le décès de sa mère, son père le place, à l'âge de huit ans et jusqu’à douze ans, dans un orphelinat où il se passionne pour la musique et la littérature. Sa sœur Ethel, qui étudie la danse, l'entraîne souvent à des représentat […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Françoise CHRISTOUT, « NIKOLAIS ALWIN - (1910-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alwin-nikolais/