PUNTA DEL ESTE CONFÉRENCES DE (1961 et 1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La première Conférence de Punta del Este (Uruguay), qui réunit en 1961 les États membres de l'Organisation des États américains, fut marquée par la signature de la Charte créant l'Alliance pour le progrès. Ce pacte fut présenté par le président Kennedy comme l'instrument de nouveaux rapports, fondés sur une coopération plus efficace, entre les États-Unis et les États latino-américains.

La Charte subordonnait l'aide américaine à la réalisation par les pays latino-américains de réformes de structures, dans le domaine agraire et dans le système fiscal notamment, où l'injustice et l'archaïsme constituaient de sérieux obstacles au développement. Elle posait aussi le principe que la planification devait être le moyen essentiel du développement économique et des politiques d'industrialisation. Tout en imposant une rigueur plus grande dans celles-ci, la planification devait les rendre plus efficaces en conférant un rôle accru aux gouvernements dans le fonctionnement et l'évolution des économies.

Ces réformes de base se heurtèrent à l'opposition des bénéficiaires (intérieurs au pays ou extérieurs) de l'état antérieur. Elles furent donc vivement combattues et rendues soit impossibles, soit inopérantes. La Conférence des chefs d'État de 1967 renonça donc à poursuivre dans cette voie et rechercha dans l'intégration économique des États latino-américains un autre moyen de vaincre les difficultés rencontrées sur la voie de l'industrialisation. L'intégration devait permettre de coordonner les politiques, de rationaliser les productions, d'élargir les marchés et débouchés, de développer les échanges. En même temps, la Conférence fut marquée par une certaine distance prise par les États latino-américains à l'égard de leur allié nord-américain.

—  Jean MAILLET

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Grenoble, doyen honoraire de la faculté de droit et des sciences économiques, Grenoble.

Classification


Autres références

«  PUNTA DEL ESTE CONFÉRENCES DE (1961 et 1967)  » est également traité dans :

ALLIANCE POUR LE PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 920 mots

Créée le 13 mars 1961 à Washington, l'Alliance pour le progrès (Alianza para el progreso) est lancée en août par la conférence de Punta del Este qui définit ses objectifs et ses organes d'exécution. L'effort entrepris s'inscrit dans la ligne politique inaugurée par les États-Unis, en 1895, lors de la première conférence panaméricaine de Washington et prolongée juridiquement par l'adoption en avril […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alliance-pour-le-progres/#i_36806

PANAMÉRICANISME

  • Écrit par 
  • René Jean DUPUY
  •  • 4 055 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Dissensions interaméricaines »  : […] Les institutions panaméricaines n'ont pas toutes fonctionné avec un égal bonheur. Certes, sur le plan administratif, une œuvre non négligeable a été accomplie, particulièrement au niveau de la qualification du droit international privé. Les rouages et procédures mis en place à Rio et à Bogotá ont permis de résoudre pacifiquement divers conflits survenus, notamment, entre pays d'Amérique centrale. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/panamericanisme/#i_36806

Pour citer l’article

Jean MAILLET, « PUNTA DEL ESTE CONFÉRENCES DE (1961 et 1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conferences-de-punta-del-este/