ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949)L'Allemagne unie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique fédérale d'Allemagne (DE)
Chef de l'ÉtatFrank-Walter Steinmeier (depuis le 19 mars 2017)
Chef du gouvernementOlaf Scholz (depuis le 8 décembre 2021)
CapitaleBerlin 3
Note : Certains ministères sont installés à Bonn. La Cour constitutionnelle siège à Karlsruhe
Langue officielleallemand

Les années Schröder (1998-2005)

Gerhard Schröder, alors ministre-président de Basse-Saxe et candidat du S.P.D., est porté au pouvoir lors des élections fédérales de septembre 1998, mettant ainsi fin au long règne de Helmut Kohl. Il est réélu de justesse aux élections de 2002 et finalement perd les élections fédérales anticipées qu'il a convoquées en septembre 2005. Paradoxalement, le bilan des sept années du gouvernement Schröder est bien meilleur que ne le laissent croire à la fois les élections nationales et les scrutins régionaux, notamment durant le second mandat, l'effritement du S.P.D. dont une fraction rejoint la gauche radicale, et la désaffection de l'opinion publique. Ce sont les réformes mises en œuvre par la coalition rouge-verte, notamment les réformes Hartz, du nom de la commission qui les recommande (ou également appelées « Agenda 2010 »), qui détourne d'elle une partie de son électorat et de l'opinion publique.

Des réformes aux résultats tardifs

Lorsque le premier gouvernement Schröder succède à Helmut Kohl en octobre 1998, l'économie allemande est en récession : la croissance stagne, le P.I.B. est inférieur à ce qu'il était au début de la décennie et le taux de chômage atteint près de 9 p. 100 de la population active, alors même que le travail à temps partiel des femmes est très répandu. L'Allemagne passe pour « l'homme malade de l'Europe ». La réunification est en partie responsable de cette situation, du fait des ponctions sociales, du chômage, d'une moindre productivité et de la désindustrialisation des nouveaux Länder issus de l'ex-R.D.A. Le fossé entre l'Est et l'Ouest n'est toujours pas comblé malgré les aides et les transferts.

L'« Agenda 2010 », un programme de rénovation du système social

Un des principaux chantiers du chancelier Schröder est de mener une politique économique qui donne aux entrepreneurs, notamment au Mittelstand – les petites et moyennes entreprises qui constituent la colonne vertébrale de l'économie allemande – les moyens d'un redéploiement national et international. Pour cela, il lance une réforme fiscale destinée à alléger le fardeau qui pèse sur les entreprises et, dans une moindre mesure, sur les particuliers. Le gouvernement met en place la baisse des taux d'imposition des entreprises et la diminution progressive de l'impôt sur le revenu des particuliers, le financement partiel des cotisations sociales par l'introduction d'une taxe écologique, et la maîtrise des dépenses de santé. Une série de mesures est également introduite afin de favoriser l'entreprenariat : ainsi, dans l'artisanat, le brevet de maîtrise n'est plus obligatoire en toutes circonstances.

Les quatre réformes Hartz, ou « Agenda 2010 », bouleversent le marché du travail, tout en réformant le service public de placement. Désormais, les chômeurs sont pratiquement contraints d'accepter les emplois offerts par les agences de placement ; des subventions à la création d'entreprises individuelles (Ich-AG) sont instaurées ; des allégements de charges sociales sur les bas salaires (Kombilöhne) sont mis en œuvre afin de rendre l'embauche plus attractive. Enfin, la réforme Hartz IV, la plus connue, instaure la fusion, le plafonnement et la limitation dans le temps des diverses formes d'assurance-chômage et d'aide sociale. D'autres évolutions du marché du travail sont le fruit des entreprises qui, après la réunification allemande, instaurent plus de flexibilité du temps de travail (réduit en période de stagnation, augmenté en période d'expansion), en prévoyant un compte épargne-temps.

Les réformes gouvernementales sont toutefois prises trop tardivement pour porter leurs fruits à court terme : alors que Gerhard Schröder a, en 1998, dénoncé la politique économique du chancelier Kohl, il est lui-même battu aux élections de 2005 tandis que le taux de chômage a passé la barre des 10 p. 100 dès 2003. La baisse du chômage ne s'amorcera qu'à partir de 2007. Néanmoins, l'activité économique reprend : en 2004, l'économie affiche une nouvelle fois une croissance modérée, oscillant entre 1,5 et 2 p. 100, et la part des exportations dans le P.I.B. passe du quart à près de la moitié de 1996 à 2007. La place de l'Allemagne en tant que premier exportateur mondial est ainsi confortée, même si cette situation la rend vulnérable aux soubresauts économiques et politiques internationaux.

Des mesures contre le déficit démographique

Les fondements de l'économie a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALLEMAGNE  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Géographie) - Aspects naturels et héritages

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 8 234 mots
  •  • 5 médias

L'Allemagne, qui s'affirme au xixe siècle comme une grande puissance économique, surtout après la victoire de 1870-1871 sur la France, connaît à cette époque une explosion industrielle et urbaine. De nouvelles villes apparaissent dans les Reviere (régions industrielles). La Gründerzeit fait croire que l'expansio […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 12 050 mots
  •  • 7 médias

L'Allemagne de Berlin : différente et semblable : le titre de l'ouvrage du politologue Alfred Grosser (2002) exprime les paradoxes de la construction historique du pays et renvoie à leurs multiples implications sur l'organisation territoriale. Finalistes et déterministes, les théories explicatives du Sonderweg (la « voie particulière ») ne suffisent pas à ex […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 149 mots
  •  • 7 médias

Plus de six siècles séparent la Germanie héritée des Carolingiens de cette « fédération de princes » qu'est l'Allemagne de la Réforme. L'histoire de cette longue période offre le contraste entre une politique vainement hantée par l'idée d'empire et la lente formation de la société allemande.Le […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 502 mots
  •  • 6 médias

Entre 1519 et 1648 apparaissent en Allemagne de profondes transformations. Pendant qu'à l'ouest s'opère l'élaboration de puissantes monarchies, Espagne, France, Angleterre, persiste en Allemagne l'état féodal marqué par les progrès de l'oligarchie réduisant l'Empereur à l'impuissance et le peuple à la servitude. S'y ajoute au début du siècle la division religieuse, aux résonances sociales rapideme […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

On ne saurait exagérer l'importance de la date de 1648 dans l'histoire de l'Allemagne. Non que les traités de Westphalie, en dépit d'une légende tenace, aient instauré un « nouvel ordre européen » : ils sont avant tout un règlement des questions allemandes à l'issue de la longue période – quelque 1 […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

La Deutsche DemokratischeRepublik (D.D.R., en français R.D.A.) s'est comportée, de sa création en 1949 à la chute du Mur de Berlin en 1989, comme la démocratie populaire la plus fidèle à […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Stabilité et changement rythment l'évolution de la république fédérale d'Allemagne (R.F.A.), fondée en 1949.Stabilité n'est pas synonyme d'immobilité. Le jeu des partis politiques allemands s'est considérablement simplifié en passant du pluralisme au tripartisme, en évoluant du centre droit vers le centre gauche après 1969 puis en revenant au centre droi […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - Le processus de réunification

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 2 709 mots
  •  • 4 médias

Pour la seconde fois en cent vingt ans, l'Allemagne retrouve son unité, en 1990. C'est la Prusse qui a unifié le pays après les guerres contre le Danemark, l'Autriche et la France. L'unité n'a été proclamée ni à Berlin ni même sur le territoire allemand, mais dans la galerie des Glaces du château de Versailles, le 18 janvier 1871, pendant que les troupes prus […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'économie allemande depuis la réunification

  • Écrit par 
  • Hans BRODERSEN
  •  • 6 021 mots
  •  • 7 médias

La réunification économique interallemande de 1990 est-elle un échec, un semi-échec ou une réussite ? Quel bilan économique tirer après plusieurs décennies d'efforts pour intégrer les territoires de l’ancienne république démocratique allemande (RDA) dans la compétition mondiale ? L'Allemagne a-t-elle digéré ces efforts et sera-t-elle en mesure de maintenir, voire d'accroître, ses positions alors q […] Lire la suite

ALLEMAGNE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHOTT
  •  • 4 225 mots

Les institutions de la république fédérale d’Allemagne sont définies par la Loi fondamentale (L.F.), ou Grundgesetz, du 23 mai 1949. Pensé à l’origine comme une Constitution provisoire pour l’Allemagne de l’Ouest, le Grun […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22-25 mai 2014 Union européenne. Élections européennes

– Allemagne, 96 sièges : Union chrétienne-démocrate, 29 ; Parti social-démocrate, 27 ; Verts, 11 ; Die Linke (gauche radicale), 7 ; Alternative pour l'Allemagne (conservateur eurosceptique), 7 ; Union chrétienne-sociale (conservateur bavarois), 5 ; Parti libéral-démocrate, 3 ; Électeurs libres (conservateur), 1 ; Parti pirate (protection de la vie privée), 1 ; Parti de la protection des animaux, 1 ; Parti national-démocrate d'Allemagne (néonazi), 1 ; Parti de la famille (conservateur), 1 ; Parti écologiste démocrate (droite écologiste), 1 ; Le Parti (satirique), 1. […] Lire la suite

9-12 juin 1994 Union européenne. Élections européennes

– Allemagne, 99 sièges (+ 18). La majorité C.D.U.-C.S.U. du chancelier Helmut Kohl remporte un franc succès avec 38,8 p. 100 des suffrages et 47 sièges (+ 15). Avec 32,2 p. 100 des voix et 40 élus (+ 9), les sociaux-démocrates subissent un échec. Les Verts se maintiennent avec 10,1 p. 100 des suffrages et 12 députés (+ 4). Les Républicains (extrême droite) et les libéraux du F. […] Lire la suite

3-19 avril 1990 États-Unis – U.R.S.S. La Lituanie et l'O.T.A.N. au centre des discussions

Les deux hommes évoquent – sans réels progrès – la crise lituanienne, le désarmement et les problèmes régionaux, notamment l'appartenance de l'Allemagne unie à l'O.T.A.N. Ils annoncent l'avancée de la date du prochain sommet Bush-Gorbatchev, qui se tiendra aux États-Unis du 30 mai au 3 juin. Le 10, à Toronto, le président George Bush entame une série d'entretiens dans la perspective de ce sommet : il obtient l'appui du Premier ministre canadien Brian Mulroney à sa politique vis-à-vis de l'Est. […] Lire la suite

15-18 juin 1989 C.E.E. Élections européennes

La Gauche unie est le seul parti qui progresse en voix (de 5,3 à 6 p. 100) et en sièges (4, + 1), tandis que le reste des suffrages se disperse sur des listes régionales (basques, andalous). Le 18, les électeurs des autres pays votent à leur tour : – Allemagne fédérale : quatre-vingt-un sièges. La participation progresse par rapport à 1984 (61,5 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anne-Marie LE GLOANNEC, « ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-politique-et-economie-depuis-1949-l-allemagne-unie/