ANDERSCH ALFRED (1914-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Publié en 1952, Les Cerises de la liberté d'Alfred Andersch compte parmi les trois chefs-d'œuvre de la littérature allemande de l'immédiat après-guerre, avec Jan Lobel de Varsovie de Luise Rinser et Le train était à l'heure de Heinrich Böll. Trois chefs-d'œuvre qui sont trois moments de la conscience d'un peuple, trois signes d'une renaissance au lendemain du désastre : comme si la désertion d'un soldat de la Wehrmacht, le passage d'un juif traqué dans une famille innocente, le rendez-vous avec la mort d'un homme et d'une femme qui, dans leur détresse, donnent une signification à leur destin constituaient les seuls événements pouvant éclairer l'histoire et rendre justice aux vivants et aux disparus.

Les auteurs de ces récits avaient été des témoins ; après la guerre, dans l'Allemagne du miracle économique, ils eurent encore en commun le fait de déplaire aux pouvoirs. Heinrich Böll fut calomnié et persécuté ; Luise Rinser, soumise au même traitement, quitta l'Allemagne fédérale et s'installa en Italie ; Alfred Andersch s'exila en Suisse dès 1958 et obtint en 1973 la nationalité de ce pays, où il est mort le 21 février 1980. Sa vie et son œuvre ont été marquées par la révolte, le refus de l'embrigadement et de l'alignement.

Alfred Andersch est né à Munich ; son père, officier, fut gravement blessé au cours de la Première Guerre mondiale. La République des soviets de soldats et d'ouvriers est condamnée ; le jeune Andersch assiste aux exécutions des communistes. À dix-huit ans, il s'engage dans les Jeunesses communistes et en devient le secrétaire pour le sud de la Bavière. À l'arrivée des nazis au pouvoir, cet engagement lui vaut deux séjours de plusieurs mois à Dachau. En 1944, sur le front d'Italie, il déserte et se rend aux Américains. Après la guerre, il fonde avec Hans Werner Richter le journal Der Ruf, puis il participe activement aux travaux du Groupe 47, dont il est aussi cofondateur. Il lance la revue Texte und Zeichen, découvre Arno Schmidt et [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien directeur littéraire des éditions Casterman, ancien rédacteur en chef de la revue Documents, critique littéraire spécialiste de la littérature allemande

Classification


Autres références

«  ANDERSCH ALFRED (1914-1980)  » est également traité dans :

GROUPE 47

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 2 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les hasards d'une origine »  : […] Souvent, les écrivains qui veulent innover se regroupent autour d'une revue. Paradoxalement, le Groupe 47 naît de l'interdiction d'une revue, L'Appel ( Der Ruf ), fondée en août 1946, à Munich, par H. W. Richter et Alfred Andersch. Ceux-ci se rencontrent dans des camps de prisonniers allemands aux États-Unis et diffusent parmi leurs compatriotes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-47/#i_89417

Pour citer l’article

René WINTZEN, « ANDERSCH ALFRED - (1914-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-andersch/