JAWLENSKY ALEXEI VON (1864-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre russe. C'est à Munich, où Jawlensky s'est installé en 1896, que cet ancien élève de Repine commence sa vraie carrière. En 1905, lors d'un voyage en France, il rencontre Matisse dont l'influence éclate aussitôt dans ses natures mortes (Vase et pichet, 1909, musée Wallaraf-Richartz, Cologne) et surtout dans ses portraits, d'une somptuosité chromatique débridée (Jeune Fille aux pivoines, 1909, musée de Wuppertal ; Nikita, 1910, musée de Wiesbaden). En 1909, il a pris part avec Kandinsky à la fondation d'un groupe artistique, la Neue Kunstlervereinigung (N.K.V.), il sera proche du Blaue Reiter qui se forme autour de Kandinsky, mais leur alliance ne durera guère. Peut-être sous l'influence du cubisme, il modifie sa peinture en soulignant les formes par des cernes. Cette tendance, dont l'élégance un peu morbide révèle aussi l'apport du Jugendstil, préside à ses paysages et à ses portraits lors de son séjour en Suisse (1914-1921), par exemple dans la Grande Variation, soir et matin (galerie Fricker, Paris). Après son installation définitive à Wiesbaden, le peintre se préoccupe surtout de l'effigie humaine. Bien qu'en 1924 il ait fondé avec Kandinsky, Klee et Feininger le groupe éphémère des Quatre Bleus, sa manière devient rigoureusement individuelle. Dans un premier temps, le visage est réduit à un schéma graphique (deux traits droits ou courbes pour les yeux) et seule la couleur, assourdie, parfois étrangement lunaire, s'y déploie, recréant les identités, ou prêtant vie à des apparitions légendaires. Puis, vers 1934, quand Jawlensky est atteint par une arthrite chronique, il abandonne toute référence géométrique pour une touche plus appuyée et comme empâtée. Les visages qu'il analyse alors sont traités à la façon des anciennes icônes, avec une gravité douloureuse conforme aux préoccupations mystiques qui sont désormais les siennes.

Jeune Fille au chapeau fleuri, A. von Jawlensky

Jeune Fille au chapeau fleuri, A. von Jawlensky

photographie

Alexei von Jawlensky, «Jeune Fille au chapeau fleuri», 1910. Huile sur carton, 67,5 cm × 497 cm. Collection particulière. 

Crédits : AKG

Afficher

—  Gérard LEGRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  JAWLENSKY ALEXEI VON (1864-1941)  » est également traité dans :

BLAUE REITER DER

  • Écrit par 
  • Étiennette GASSER
  •  • 2 890 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Alexei von Jawlensky »  : […] Lié spirituellement au Blaue Reiter, arrivé en 1896 à Munich, où il est un des fondateurs de la N.K.V., Jawlensky connaît les méthodes et principes esthétiques de l'école de Pont-Aven en Bretagne où il peint, en 1905, « ce que je sens et non simplement ce que je vois ». Gauguin, Van Gogh, Matisse, Kandinsky, tels sont ses points de départ. Natures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/der-blaue-reiter/#i_8833

WEREFKIN MARIANNE VON (1860-1938)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 963 mots
  •  • 1 média

En 1891, Marianne van Werefkin noue des relations avec Alexéi Jawlensky, âgé de vingt-sept ans, qui, appelé à accomplir son service militaire à Saint-Pétersbourg, appartient lui aussi au groupe d'élèves privés de Répine. Il exerce sur elle une grande fascination. Quand il est démobilisé, en 1896, elle quitte avec lui la Russie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marianne-von-werefkin/#i_8833

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « JAWLENSKY ALEXEI VON - (1864-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexei-von-jawlensky/