WEREFKIN MARIANNE VON (1860-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appartenant à une famille de l'aristocratie russe, Marianne von Werefkin est née le 29 août 1860 près de Moscou, dans le palais du gouverneur de Toula. Sa mère était peintre d'icônes. Son père, baron comptant parmi les favoris du tsar, commandait un régiment. Huit ans plus tard, il fut nommé en Lituanie, à Vilna (aujourd'hui Vilnius), et l'enfance de sa fille se déroula dans une riche propriété de la région de Kovno.

Ses dons inhabituels ayant été reconnus, Marianne est inscrite par ses parents, à quatorze ans, dans une école de dessin. Puis, en 1883, elle suit les cours que donne Illarion Mikaïlovitch Prianichnikov, un peintre membre des Ambulants, groupe se réclamant d'un réalisme qui renoue avec le patrimoine populaire. Mais en 1888, à la suite d'un accident de chasse, elle est gravement blessée à la main droite. Il lui faudra une longue rééducation pour qu'elle puisse à nouveau s'en servir, non sans maladresse. Mais son obstination est fructueuse. En 1889, ses parents déménageant à Saint-Pétersbourg, elle devient l'une des élèves d'Ilya Répine, l'un des peintres les plus importants du « réalisme » russe, et ses efforts lui permettent de parvenir à des dessins d'une extraordinaire perfection dans leur fidélité au réel.

En 1891, Marianne van Werefkin noue des relations avec Alexéi Jawlensky, âgé de vingt-sept ans, qui, appelé à accomplir son service militaire à Saint-Pétersbourg, appartient lui aussi au groupe d'élèves privés de Répine. Il exerce sur elle une grande fascination. Quand il est démobilisé, en 1896, elle quitte avec lui la Russie.

Tous deux vont continuer leurs études à Munich, où elle loue un vaste appartement dans le quartier des artistes, à Schwabing. Grâce à l'héritage de son père, transformé en une pension annuelle qu'elle reçoit de Russie, elle peut vivre sans connaître des soucis d'argent. L'un et l'autre fréquentent l'école privée que dirige le peintre Anton Azbé. Ils y rencontrent, en 1897, Wassili Kandinsky. Pour sa part, Marianne von Werefkin se consacre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Lionel RICHARD, « WEREFKIN MARIANNE VON - (1860-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marianne-von-werefkin/