POUCHKINE ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH (1799-1837)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre de la maturité

En juin 1824, Pouchkine a été assigné à résidence dans le domaine paternel de Mikhaïlovskoïé, près de Pskov. Bien qu'il ait été tenu à l'écart de la conspiration qui, à la mort d'Alexandre Ier, a abouti, en décembre 1825, à une tentative de coup d'État sévèrement réprimée par le nouveau tsar Nicolas Ier, Pouchkine ne reniera jamais les décembristes, dont quelques-uns sont ses proches amis. Cependant, s'il a partagé leurs aspirations libérales, il ne semble pas qu'il ait fait siennes leurs illusions : leur échec contribuera encore à lui faire considérer la situation politique de la Russie en historien réaliste plus qu'en révolutionnaire. D'autre part, il se sentira personnellement engagé vis-à-vis de Nicolas Ier qui, en 1826, a mis fin à son exil et lui a proposé d'être son seul censeur, le plaçant en fait sous le contrôle du comte Benkendorf, chef de la police politique. Cela, du reste, ne le délivrera ni des enquêtes ouvertes sur des œuvres plus anciennes, réputées subversives (comme l'Ode à André Chénier) ou impies (comme La Gabriéliade, Gavriiliada, proche de la Guerre des dieux de Parny), ni d'une surveillance policière secrète.

Son mariage en 1831 avec la belle Nathalie Gontcharova ne fait qu'accroître une dépendance humiliante à l'égard de la cour, où il doit accepter en 1833 les fonctions, inhabituelles à son âge, de « Kammerjunker ». Cette dépendance si contraire à l'idée qu'il se fait de la dignité du poète et du caractère sacré de sa mission est à l'origine du duel où il trouve la mort, victime d'un jeune courtisan français, le baron d'Anthès, qu'il a provoqué à la suite de lettres anonymes calomnieuses.

L'un des premiers écrivains russes à vivre, au moins partiellement, de sa plume, Pouchkine s'est employé, depuis son retour d'exil, à animer la vie littéraire de son pays et à en élever le niveau : les notes, comptes rendus, études critiques qu'il écrit pour la Gazette littéraire de son ami Delvig (1830-1831), puis pour Le Contemporain qu'il fonde et dirige (1836-1837), sont, plus encore que d'un critique, d'un éducateur soucieux d'in [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  POUCHKINE ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH (1799-1837)  » est également traité dans :

BORIS GODOUNOV (M. P. Moussorgski)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 223 mots
  •  • 1 média

Créé au théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg le 27 janvier (ancien style) / 8 février (nouveau style) 1874, Boris Godounov – opéra en un prologue et quatre actes sur un livret du compositeur d'après le drame historique d'Alexandre Pouchkine – confère ses lettres de noblesse à la représentation du peuple sur une scène d'opéra. Plus encore que Boris, le tsar infanticide qui se meurt rongé par le […] Lire la suite

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 631 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « En Russie »  : […] Le cas de Pouchkine est caractéristique de ces écrivains qui tentent de créer un drame national. Son Boris Godounov (1826) est une « histoire dramatique », une « chronique de nombreuses turbulences », un grand tableau historique dramaturgiquement peu construit. Là encore il faudra que l'opéra et Moussorgski lui donnent pleinement vie . En 1830, Pouchkine écrit une série de drames courts très bril […] Lire la suite

EUGÈNE ONÉGUINE, Alexandre Pouchkine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 1 265 mots

Eugène Onéguine est un « roman en vers » qui comporte huit chapitres, plus le brouillon d'un chapitre  x et celui d'un « Voyage d'Onéguine dans le Sud ». Pouchkine (1799-1837) avait vingt-quatre ans lorsqu'il entreprit de rivaliser – en russe et sur un sujet russe – avec les épopées humoristiques de Byron, Don Juan (1819-1824) et surtout Beppo (1817). Il venait d'acquérir la gloire avec une ép […] Lire la suite

GLINKA MIKHAÏL IVANOVITCH (1804-1857)

  • Écrit par 
  • Piotr KAMINSKI
  •  • 1 942 mots

Dans le chapitre « Les deux opéras »  : […] En 1835, Glinka épouse Maria Petrovna Ivanova – erreur funeste ! – et se lance dans la composition de son premier opéra, fondé sur l'histoire d'un paysan russe qui, lors du retrait des armées polonaises, en 1613, sacrifia sa vie pour sauver celle du premier tsar de la nouvelle dynastie des Romanov. Le nom du paysan, Ivan Soussanine, donna le premier titre de l'opéra, qui devint par la suite La Vi […] Lire la suite

GOGOL NICOLAS VASSILIÉVITCH (1809-1852)

  • Écrit par 
  • Sylvie LUNEAU
  •  • 3 271 mots

Dans le chapitre « La jeunesse »  : […] La biographie de Gogol est intérieure. Il n'a pas participé à de grands événements ; il s'en est même peut-être instinctivement préservé, pour mettre à l'abri un bien précieux : sa vision tout originale des hommes. Nicolas Vassiliévitch Gogol est né le 19 mars 1809 (1 er avril du calendrier grégorien) à Sorotchintsy, dans la province de Poltava. Ses parents étaient des petits hobereaux. Enfant ma […] Lire la suite

LERMONTOV MIKHAÏL IOURIEVITCH (1814-1841)

  • Écrit par 
  • Sophie LAFFITTE
  •  • 2 385 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vie »  : […] Mikhaïl Iouriévitch Lermontov naquit à Moscou où son père était officier ; sa mère, Marie Mikhaïlovna Arseniev, descendait de la riche et puissante famille Stolypine. Une grande inégalité sociale et intellectuelle existait entre ses parents. Autant son père était un être léger, instable, borné et alcoolique, autant sa mère était fine, sensible, cultivée, enthousiaste. Elle mourut lorsque son fils […] Lire la suite

MOUSSORGSKI MODEST PETROVITCH

  • Écrit par 
  • Myriam SOUMAGNAC
  •  • 2 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Boris Godounov » »  : […] « C'est le peuple russe que je veux peindre [...]. Le passé dans le présent, voilà ma tâche ! » Dans le même temps qu'il polit l'ivoire de ses statuettes enfantines, Moussorgski est exalté par la composition de son opéra, Boris Godounov , archétype génial dont la prodigieuse architecture absorbe la somme des idées nationalistes et réalistes du mouvement progressiste russe du xix e siècle. Plus co […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 101 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de l'intelligentsia (1825-1890) »  : […] Soumise jusque-là à des canons littéraires étrangers, la littérature russe doit son émancipation à trois écrivains qui ont subi et dépassé, chacun à sa manière, l'influence du romantisme et dont l'œuvre constituera, pour les auteurs du xix e  siècle, un système de normes et de références nationales. Alexandre Pouchkine (Puškin, 1799-1837) crée, avec Evgenij Onegin (1823-1830), le prototype du hér […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel AUCOUTURIER, « POUCHKINE ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH - (1799-1837) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-sergueievitch-pouchkine/