ALEXANDRE Ier PAVLOVITCH (1777-1825) empereur de Russie (1801-1825)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petit-fils de la Grande Catherine, le jeune Alexandre est, dès son enfance, séparé de son père, qu'il aime en dépit de ses extravagances. L'impératrice se charge de son instruction et le confie, sur la recommandation de Grimm, au Suisse La Harpe, disciple de Diderot et de Voltaire. Elle remet au précepteur des instructions où tout est prévu. Le jeune prince reçoit donc une éducation républicaine. Placé entre son père et sa grand-mère, il doit continuellement cacher ses opinions et, toute sa vie, il restera une énigme pour son entourage. Il n'a pris aucune part effective au meurtre de son père, mais il a cependant trempé dans la conspiration où celui-ci trouva la mort ; il en gardera toute sa vie un sentiment de profond repentir et un désir ardent de réparer sa faute.

Entouré d'anglomanes dans la première partie de son règne, il rêve de réformes, puis il se rapproche de Napoléon à Tilsitt ; mais, quand celui-ci envahit la Russie, Alexandre Ier devient l'animateur de la résistance nationale. En 1814, placé à la tête des affaires européennes et au zénith de sa gloire, il tombe sous l'influence de la baronne de Krüdener et du visionnaire lyonnais Bergasse et désire fonder le bonheur des peuples sur la mystique chrétienne et absolutiste de la Sainte Alliance. Pendant les dernières années de son règne, il accumule les contradictions. Il a pleine confiance dans le général Araktcheïev, auteur du système des villages militaires, parce que celui-ci est le seul collaborateur de son père assassiné qui ne l'ait pas trahi. Le sentiment de contrition l'envahit de plus en plus, et il est très probable que son abandon du trône, son départ pour la Terre sainte et son retour sous le nom du starets Fedor Kouzmitch ne sont pas une légende, mais une vérité historique.

Alexandre Ier, tsar de Russie

photographie : Alexandre Ier, tsar de Russie

photographie

Petit-fils de Catherine II, Alexandre Ier, empereur de Russie de 1801 à 1825, fut l'inspirateur du pacte de la Sainte-Alliance signé à Paris le 26 septembre 1815. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

—  Pierre KOVALEWSKY

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, chargé de conférences à l'université de Paris-III, doyen de l'Institut Saint-Denis, Paris

Classification

Autres références

«  ALEXANDRE I er PAVLOVITCH (1777-1825) empereur de Russie (1801-1825)  » est également traité dans :

CAPO D'ISTRIA JEAN comte de (1776-1831)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 532 mots

Homme d'État grec qui joua un grand rôle dans la diplomatie russe sous le règne d'Alexandre I er et dans la lutte de la Grèce pour son indépendance. Peu après que la Russie et la Turquie eurent chassé les Français des îles Ioniennes et eurent regroupé celles-ci dans la république des îles Ioniennes ou Heptanèse (1799), Capo d'Istria participa à la rédaction de la seconde constitution du nouvel Ét […] Lire la suite

CAULAINCOURT ARMAND AUGUSTIN LOUIS marquis de (1773-1827) duc de Vicence (1808)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 720 mots

Né d'un père qui est lieutenant-général de Louis XVI et sera sénateur et comte de Napoléon, Caulaincourt est déjà sous-lieutenant à seize ans ; sous la Révolution, il connaîtra des fortunes diverses (il accompagnera, par exemple, un ambassadeur de la République à Constantinople) avant d'être remarqué par Talleyrand, qui se chargera de sa carrière — une carrière, tout compte fait, bien plus civile […] Lire la suite

CZARTORYSKI ADAM JERZY (1770-1861)

  • Écrit par 
  • Zofia BOBOWICZ-POTOCKA
  •  • 399 mots

Fils d'Adam Kazimierz et d'Isabelle née Flemming, prince et diplomate, Adam Jerzy Czartoryski est un éminent homme d'État polonais. Après avoir terminé ses études en France et en Angleterre, il prit part, en 1792, à la lutte de la nation polonaise contre les Russes. Après le troisième partage de la Pologne (1795), il se rendit à Saint-Pétersbourg où il devint l'ami et le conseiller du grand-duc Al […] Lire la suite

DÉCEMBRISTES ou DÉCABRISTES

  • Écrit par 
  • Daria OLIVIER
  •  • 1 211 mots

En Russie, et ensuite dans toute l'Europe, on nomma décembristes (ou décabristes, de dekabr , « décembre » en russe) la phalange des officiers nobles et libéraux qui, le 14 décembre 1825, tentèrent de soulever la garnison de Saint-Pétersbourg (Leningrad) pour obtenir du nouveau tsar, Nicolas I er , les réformes de structure indispensables dans une Russie rétrograde. Ce coup d'État militaire n'étai […] Lire la suite

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 976 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La troisième coalition »  : […] Napoléon songeait-il sérieusement à envahir l'Angleterre lorsqu'il massait sur le littoral cent cinquante mille hommes dont le quartier général était établi au camp de Boulogne ? L'entreprise ne pouvait réussir que si l'empereur s'assurait la maîtrise de la Manche pendant six jours. Mais les manœuvres de diversion tentées par Villeneuve échouèrent. En revanche, l'Angleterre réussit à s'assurer l' […] Lire la suite

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 473 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'éveil national »  : […] La période de la présence russe en Finlande fut longtemps plus bénéfique que ne pourrait le laisser penser sa triste fin. Elle fut en effet marquée par l'essor des forces productives, de la vie culturelle et du sentiment national jusqu'au tournant néfaste des années 1890. Le tsar Alexandre I er , souverain réaliste, accorda au pays un statut plutôt favorable, eu égard aux conditions générales de l […] Lire la suite

FRANCE CAMPAGNE DE (1814)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 558 mots

Avant-dernière et, pour certains, la plus belle des campagnes de Napoléon, la campagne de France a fait l'objet d'études détaillées de Jomini et de Clausewitz qui ont analysé toutes les opérations de ce modèle de la « guerre de mouvement ». Lorsque la France est envahie en 1814, deux armées alliées totalisant 250 000 hommes jouent un rôle décisif : l'armée du général prussien Blücher et celle du g […] Lire la suite

KOUTOUZOV MIKHAÏL ILLARIONOVITCH GOLENICHTCHEV (1745-1813) prince de Smolensk

  • Écrit par 
  • Daria OLIVIER
  •  • 575 mots

Sauveur de la patrie et l'un des plus éminents chefs d'armée de toute l'histoire de Russie, Mikhaïl Koutouzov est allié à d'illustres familles. Instruit, polyglotte, il semble destiné à une carrière de courtisan ; mais il choisit l'armée et entre à l'école d'artillerie. Il voue un culte à Pierre le Grand, dont il reçoit un enseignement posthume par l'intermédiaire des grands capitaines qui furent […] Lire la suite

KRÜDENER BARBARA JULIANE DE VIETINGHOFF baronne de (1764-1824)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 1 187 mots

Mariée en 1782 à un homme beaucoup plus âgé qu'elle, Juliane de Vietinghoff, baronne de Krüdener, trouve dans sa Livonie natale une foi vivante en Jésus-Christ. Elle parcourt l'Europe sans vivre beaucoup avec son mari, qui meurt en 1802. En 1803, elle écrit un roman, Valérie , qui est bien loin de manquer de valeur littéraire. Le spectacle des mourants d'Eylau (1807), la lecture des œuvres de Zinz […] Lire la suite

LA HARPE FRÉDÉRIC CÉSAR DE (1754-1838)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 766 mots

Homme politique suisse, originaire du pays de Vaud, Laharpe — il écrira ainsi son nom après la Révolution — est un patriote, souffrant avec impatience la domination bernoise qui pèse sur son pays. Il entre en relations avec Lanskoï, le favori de la tsarine Catherine II, et se rend à Saint-Pétersbourg où la souveraine lui confie, en 1784, l'éducation de ses petits-fils, Alexandre et Nicolas. « Tête […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre KOVALEWSKY, « ALEXANDRE Ier PAVLOVITCH (1777-1825) - empereur de Russie (1801-1825) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-ier-pavlovitch/