HIRSCHMAN ALBERT OTTO (1915-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Albert Otto Hirschman naît le 7 avril 1915 dans une famille juive non pratiquante de la moyenne bourgeoisie berlinoise. Le jeune homme est élève au lycée français et adhère à l'âge de seize ans aux jeunesses sociales-démocrates. Étudiant à Berlin durant l'année 1932-1933, la mort de son père et l'arrivée d'Hitler au pouvoir l'incitent au départ. Il poursuit alors ses études en France (École des hautes études commerciales, Institut de la statistique de la Sorbonne) puis au Royaume-Uni (London School of Economics). En 1936, il s'engage quelques mois en Espagne dans les Brigades internationales. Jusqu'en 1938, il occupe un poste d'assistant à l'université de Trieste où il soutient une thèse sur le franc Poincaré. De retour en France, Hirschman s'enrôle dans l'armée. Installé à Marseille après la débâcle, il s'implique dans un réseau d'aide aux réfugiés. En décembre 1940, il doit se résoudre une nouvelle fois à l'exil, et gagne les États-Unis. En 1941, boursier de la fondation Rockefeller à l'université Berkeley, il travaille à son premier ouvrage, National Power and the Structure of Foreign Trade, qui paraît quatre ans plus tard. Devenu citoyen américain en 1943, il s'engage dans l'armée, qui l'envoie combattre en Afrique du Nord puis en Italie. En 1946, il rejoint le Bureau de la réserve fédérale et travaille dans le cadre du plan Marshall. En 1952, il part en mission en Colombie en tant que conseiller financier du Bureau national de planification puis devient consultant dans le secteur privé. À partir de 1956, il revient enseigner à l'université, d'abord à Yale, puis à Columbia, Harvard et, enfin, Princeton où il prend sa retraite en 1985. Il meurt à Ewing (New Jersey) le 10 décembre 2012.

L'œuvre d'Hirschman rayonne largement au-delà de l'économie, vers les sciences politiques et la sociologie en particulier. Elle est à la fois brillante, hétérodoxe et porteuse d'une exigence démocratique sans faille. Les premiers travaux sur le développement doivent beaucoup à l'expérience colombienne, où le jeune économiste constate avec irritation que les experts américains ne font qu'appliquer des schémas technocratiques sans tenir compte de la réalité du pays et de la rationalité cachée de ses habitants. Hirschman propose un paradigme alternatif dont il livre les clés dans The Strategy of Economic Developement (1958), Journeys Towards Progress (1963), Development Projects Observed (1967) et enfin A Bias for Hope (1971). Pour faciliter le développement, il importe moins de combiner de façon optimale les facteurs de production et d'assurer la croissance conjointe de toutes les branches d'activité que de cultiver le déséquilibre. À cette fin, les « effets de liaisons » sont d'utiles alliés. Le fait de favoriser la croissance d'un secteur particulier n'est pas une absurdité puisque celle-ci peut entraîner, par induction, celle de branches d'activités complémentaires. De même, contrairement à ce qui est habituellement préconisé, Hirschman suggère d'équiper les pays sous-développés en outillage complexe et exigeant, de manière à faire croître très rapidement, presque sous contrainte, la qualification de leurs utilisateurs. Il n'existe pas, ajoute Hirschman, un modèle unique, linéaire et optimal de développement.

La capacité d'Hirschmann à se jouer des croyances dominantes et des frontières académiques révèle à nouveau toute sa vertu heuristique dans l'un de ses ouvrages les plus connus, paru en 1970, Exit, Voice and Loyalty. L'essai s'inspire de l'échec des chemins de fer nigérians, impuissants face à la concurrence de la route. En ce cas, constate Hirschman, le marché aggrave les problèmes plutôt qu'il n'aide à les résoudre, preuve que les systèmes économiques, politiques et sociaux n'utilisent pas nécessairement au mieux leurs ressources. Fort d'une telle conviction, Hirschman porte intérêt aux forces du relâchement qui minent les sociétés humaines ainsi qu'aux mécanismes qui permettent d'endiguer le déclin. Quand une organisation, que ce soit une entreprise ou un parti politique, connaît des défaillances, ses responsables enregistrent les manifestations du mécontentement de deux façons. Ses clients ou ses membres peuvent d'abord la quitter. C'est la solution de la défection (Exit). Ce mécanisme de marché est celui que théorisent les économistes. Pour la grande majorité d'entre eux, il s'agit du seul mode de régulation efficace. Ce n'est pourtant pa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers

Classification

Autres références

«  HIRSCHMAN ALBERT OTTO (1915-2012)  » est également traité dans :

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 558 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Approche phénoménologique : intérêt propre et divertissement »  : […] Un essai classique de Albert O. Hirschman, Les Passions et les intérêts , a montré comment, avec le déclin de l'idée de « gloire », s'est développée, du xvi e au xviii e  siècle, une stratégie visant à assurer le contrôle de l'intérêt sur la passion. Bien que purement égoïste en son principe, l'intérêt a été en outre appelé à se développer en intérêt collectif, sous le couvert de l'axiome de l'ha […] Lire la suite

INTÉRÊT (sociologie)

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 1 333 mots

Les usages les plus anciens du mot « intérêt » en français, attestés dès le xiii e  siècle, sont d’ordre financier (profit du prêt d'argent) ou juridico-économique (dommages et intérêts). Ce n’est qu’au xvi e  siècle, que réapparaît le sens large issu du latin : « Ce qui importe, ce qui convient en quelque manière que ce soit, ou à l'honneur, ou à l'utilité, ou à la satisfaction de quelqu'un », se […] Lire la suite

LES ANTIMODERNES (A. Compagnon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 019 mots

Depuis que l'on a proclamé la fin des avant-gardes, la modernité a été périodiquement l'objet de débats où se mêlent mises en accusation et plaidoyers teintés de nostalgie. Professeur de littérature à la Sorbonne et à Columbia University, Antoine Compagnon a déjà consacré plusieurs essais à cette question, notamment Les Cinq Paradoxes de la modernité (1990), où il s'en prenait aux doctrines qui v […] Lire la suite

MACROÉCONOMIE - Emploi

  • Écrit par 
  • Bernard GAZIER
  •  • 9 588 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Les théories alternatives de l'emploi »  : […] Si, depuis longtemps, bien des travaux ont insisté sur les composantes conflictuelles de la relation d'emploi, à commencer par les analyses célèbres de Karl Marx sur l'exploitation de la force de travail et l'aliénation du salarié, deux références américaines datant du début des années 1970 constituent, pour l'essentiel, les fondements modernes des théories alternatives de l'emploi. Tout d'abord, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel LALLEMENT, « HIRSCHMAN ALBERT OTTO - (1915-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-otto-hirschman/