Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROBBE-GRILLET ALAIN (1922-2008)

Une littérature au troisième degré

À compter de cette date, Robbe-Grillet va radicalement changer la nature des formants narratifs à partir desquels il opère ses montages textuels. Coupant court avec un matériel devenu trop propice aux récupérations critiques et aux réductions de sens, délaissant l'arsenal à pièges de la littérature dite des profondeurs, il trouve, dans une vulgate sado-érotique faite d'obsessions personnelles, de fantasmes stéréotypés et de « mythologies populaires », les nouveaux éléments de construction de ses textes. Débute alors ce qui sera une véritable tétralogie : La Maison de rendez-vous (1965), Projet pour une révolution à New York (1970), Topologie d'une cité fantôme (1975) et Souvenirs du Triangle d'or (1978).

Ces quatre romans emploient une même toile de fond : les paysages urbains abstraits, un environnement empreint d'une violence quelque peu elliptique, des maisons réservées à des usages particuliers, des molosses dressés à des fins curieuses, des enlèvements d'innocentes nymphettes, les expériences spéciales de médecins fous, parents de Mabuse ou de Caligari : bref toute une liaison de thèmes érotiques et d'agencements textuels qu'André Gardies a baptisés du nom d'« érotuelles ». Ces mêmes éléments se retrouvent dans la création cinématographique de Robbe-Grillet. Celui-ci, scénariste d'Alain Resnais dans L'Année dernière à Marienbad, a réalisé de nombreux films : L'Immortelle (1963), Trans-Europ-Express (1967), L'homme qui ment (1968), L'Eden et après (1970), Glissements progressifs du plaisir (1974), Le Jeu avec le feu (1975) et La Belle Captive (1983). Films auxquels leur montage savamment agencé n'ôte pas une malice primesautière qui n'est pas loin, parfois, de la gaudriole.

Ceci n'est pas faire injure à Robbe-Grillet. Révolutionnaire jovial, iconoclaste facétieux, il n'a jamais sombré dans l'esprit de sérieux. Simplement, son humour est toujours à prendre au deuxième ou au troisième degré et présuppose, de la part du lecteur, quelques connaissances livresques. La meilleure preuve de sa fantaisie est qu'il ne s'est jamais laissé engluer dans de pontifiantes redites. Djinn (1981) – ouvrage commandité par une université américaine et destiné à être, sous forme de fiction, une initiation progressive aux difficultés de la langue française – compose un savoureux autopastiche en même temps qu'un pot-pourri de tous les éléments thématiques entrant, à titre d'ingrédients, dans l'alchimie de ses compositions narratives. Autre renouvellement : sous le titre général de Romanesques, l'écrivain donne une trilogie d'inspiration autobiographique (Le miroir qui revient, 1985 ; Angélique, ou l'Enchantement, 1988 ; Les Derniers Jours de Corinthe, 1994) qui multiplie les jeux de miroirs et mêle à plaisir l'espace du récit et celui du souvenir.

En 2001, Robbe-Grillet revient au roman et livre peut-être le plus malicieux de ce qu'il appelle ses « petits travaux ». La Reprise désigne la tentative toujours recommencée du narrateur, un agent secret envoyé en mission dans le Berlin en ruines de l'après-guerre, pour rendre compte d'une réalité qui lui échappe. Sans cesse forcé de « reprendre » ou de « repriser » son récit, celui-ci ne fait que se répéter, mais en distribuant ses paramètres de façon différente. L'action reste la même, mais se déroule dans d'autres lieux, selon une autre chronologie, avec des personnages changeant d'identité ou de rôle. La Reprise, c'est aussi le désir de l'auteur de reprendre des éléments empruntés à l'ensemble de ses récits, qu'ils soient du côté de Kafka ou du côté de chez Sade, et de « les faire travailler sans des directions, des combinaisons nouvelles, le livre naissant devenant[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • LA REPRISE et LE VOYAGEUR (A. Robbe-Grillet)

    • Écrit par Jean-Didier WAGNEUR
    • 1 011 mots

    Étonnant Robbe-Grillet ! Ce sentiment aura été partagé par une presse unanime à célébrer aujourd'hui une littérature qu'elle vilipendait jadis : le nouveau roman. L'histoire en a été rabâchée et immortalisée depuis longtemps dans les manuels de littérature française du ...

  • LE VOYEUR, Alain Robbe-Grillet - Fiche de lecture

    • Écrit par Philippe DULAC
    • 1 091 mots

    Salué dès sa parution, en 1955, par des articles demeurés fameux de Roland Barthes et de Maurice Blanchot, Le Voyeur fut plutôt froidement accueilli par la critique de l'époque qui alla jusqu'à voir dans ce texte sans héros et presque sans intrigue une manière d'aberration mentale. Il est vrai que...

  • AUTOFICTION

    • Écrit par Jacques LECARME
    • 2 426 mots
    • 2 médias
    ...le préfixe auto- et l'autre, le substantif fiction. Doubrovsky, en dépit de sa revendication romancière, reste rivé au geste autobiographique ; Alain Robbe-grillet, lui, fuit par tous les moyens, et les plus rusés, le réalisme référentiel. Dans toute la saga doubrovskienne, il n'y a pas un seul...
  • BUTOR MICHEL (1926-2016)

    • Écrit par Jean ROUDAUT
    • 2 924 mots
    • 1 média
    ...des auteurs, en particulier de Nathalie Sarraute ou de Robert Pinget, qui ne jugeaient pas utile de théoriser leur pratique. Les seules proclamations d' Alain Robbe-Grillet, puis de ses disciples, à savoir que le texte, sans origine ni fin hors de lui, n'avait d'existence que littérale, que sa seule vérité...
  • DESCRIPTION, notion de

    • Écrit par Elsa MARPEAU
    • 985 mots

    La description permet de donner à voir en imagination, grâce au langage. Elle constitue une pause, un contretemps dans le flux du récit. Sa finalité représentative semble ainsi l'opposer aux visées narratives de ce dernier. Toutefois, cette distinction théorique est plus complexe dans la pratique,...

  • ÉROTISME

    • Écrit par Frédérique DEVAUX, René MILHAU, Jean-Jacques PAUVERT, Mario PRAZ, Jean SÉMOLUÉ
    • 19 774 mots
    • 7 médias
    ...provoqué un premier scandale en 1973. Sortent quelques mois plus tard plusieurs films, parmi lesquels Glissements progressifs du plaisir (d'Alain Robbe-Grillet), Contes Immoraux (de Walerian Borowczyk) et Emmanuelle (de Just Jaeckin) dont l'aura sulfureuse apparaît aujourd'hui bien dérisoire....
  • Afficher les 14 références

Voir aussi