BADIOU ALAIN (1937- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le multiple pur

La philosophie d'Alain Badiou se présente donc comme une nouvelle doctrine de la vérité, étayée sur une théorie générale de l'événement. Mais cette pensée de l'exception, de la césure, est aussi une pensée de l'immanence radicale. En effet, les vérités (elles-mêmes multiples et non totalisables) ne sont nullement séparées du multiple, bien qu'elles ne se confondent pas avec lui. Elles coïncident avec la production, au sein de situations données, de multiples d'un genre spécial : les singularités quelconques (ou « génériques »), « innommables » parce qu'échappant à l'« encyclopédie » des propriétés énonçables dans une langue bien faite. Alain Badiou voit dans la « volonté générale » de Rousseau, indépendante de tout intérêt particulier et de toute détermination explicite, un exemple de ces ensembles génériques. L'excès ou la césure de l'événement par rapport à l'être, d'où provient une vérité, ne nous fait donc jamais sortir du multiple. Qu'il puisse y avoir excès sans que par là se réintroduise une transcendance, il revient à l'ontologie du multiple pur de l'établir.

En refusant toute forme de transcendance, le platonisme de Badiou se veut fidèle à l'événement de la « mort de Dieu » annoncé par Nietzsche. Il trouve son principe dans la proposition du Parménide : « l'Un n'est pas ». L'être pensé comme multiplicité infinie ne peut jamais se rassembler en Un, ni être ressaisi comme « étant en totalité ». Ce caractère non totalisable, littéralement « inconsistant » du multiple pur, est le motif initial déployé par L'Être et l'événement. En témoignent à leur manière les apories suscitées par l'idée d'un ensemble de tous les ensembles (paradoxe de Russell), ou encore le fait que l'ensemble des parties ou sous-ensembles d'un ensemble donné est toujours plus grand que lui (théorème de Cantor), ce qui ouvre le champ à une hiérarchie d'infinis de puissance croissante. Délivrée du thème de l'Un ou du Tout, l'ontologie ne peut être que « soustractive ». Elle se confond avec les mathématiques ensemblistes, qui prennent déso [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, professeur dans le secondaire et à l'École nationale des beaux-arts de Lyon, membre du Centre international d'étude de la philosophie française contemporaine, École nationale supérieure, Paris

Classification


Autres références

«  BADIOU ALAIN (1937- )  » est également traité dans :

ÉVÉNEMENT, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 927 mots

Dans le chapitre « L'événement contre la métaphysique »  : […] Dans cette redécouverte de la notion d'événement, la phénoménologie contemporaine n'est pas en reste. Ce qui retient l'attention des phénoménologues, ce ne sont pas les événements anonymes de la nature ou de l'histoire, attestant que quelque chose s'est passé. Certains événements rendent possible une scansion du temps chronologique. Tout n'est pas également mémorable. C'est en référence à des évé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-philosophie/#i_42571

Pour citer l’article

Elie DURING, « BADIOU ALAIN (1937- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-badiou/