BEN BELLA AHMED (1916-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ahmed Ben Bella fut la figure marquante de la guerre d'indépendance de l'Algérie et le premier président de la République algérienne (1963-1965). Sa vie est intimement liée au destin de ce pays.

Ahmed Ben Bella, 1981

Ahmed Ben Bella, 1981

Photographie

Ahmed Ben Bella, président de la République algérienne à partir de 1963, a également été élu au secrétariat politique du F.L.N. en 1964. Renversé par Boumediene lors du coup d'État de 1965, il est emprisonné jusqu'en 1980, année où il sera gracié par le nouveau président algérien,... 

Crédits : Getty

Afficher

Né le 25 décembre 1916 (mais sa date de naissance n'a jamais été établie avec certitude, l'état civil de cette époque n'étant pas fiable) à Marnia dans l'Ouest algérien, Ahmed Ben Bella effectue ses études secondaires à Tlemcen. Il est le fils de paysans marocains, berbères de la région de Marrakech émigrés en Algérie au début du xxe siècle.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il combat avec les Forces françaises libres au sein du 5e Régiment de tirailleurs marocains. Lors de la campagne d'Italie en 1943, il participe à la terrible bataille de Monte Cassino, puis à la libération de la France en 1944, et à la campagne d'Allemagne en 1945. Promu adjudant, il est cité quatre fois, dont deux à l'ordre de l'Armée et décoré de la Médaille militaire par le général de Gaulle. Passionné de football, il joue dans l'équipe de France militaire, et certains biographes avancent sa participation à l'équipe de l'Olympique de Marseille avant la guerre.

Bouleversé par les massacres de Sétif et de Guelma en mai-juin 1945, Ahmed Ben Bella adhère à l'organisation nationaliste algérienne radicale dirigée par Messali Hadj, le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (M.T.L.D.). Il est l'un des responsables, avec Hocine Aït Ahmed, de l'Organisation spéciale (O.S.), laquelle est chargée par le M.T.L.D. de préparer la lutte armée. Ahmed Ben Bella est arrêté par la police française et condamné à sept ans de prison. Il s'évade en 1952 pour rejoindre Le Caire. De là, il prépare avec d'autres responsables l'insurrection contre la France. Ahmed Ben Bella est un des neuf « chefs historiques » du Comité révolutionnaire pour l'unité et l'action (C.R.U.A.), le futur Front de libération nationale (F.L.N.), qui lance l'insurrection contre la France le 1er novembre 1954. Il [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BEN BELLA AHMED (1916-2012)  » est également traité dans :

AÏT AHMED HOCINE (1926-2015)

  • Écrit par 
  • Benjamin STORA
  •  • 1 006 mots

Chef « historique » du Front de libération nationale (F.L.N.), qui décide d’une insurrection contre la France en novembre 1954, Hocine Aït Ahmed incarnera, après l’indépendance de l’Algérie, la figure de l’opposant irréductible aux différents pouvoirs en place. Né le 20 août 1926 à Aïn el-Hammam (ex-Michelet) en Grande Kabylie, Hocine Aït Ahmed appartient à une grande famille de marabouts (saints […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hocine-ait-ahmed/#i_32204

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Un pays au bord de la guerre civile »  : […] Le 3 juillet 1962, à la suite d'un référendum portant sur l'autodétermination du pays, l'Algérie accède officiellement à l'indépendance. Les Européens quittent en masse le nouvel État, déchiré dès sa naissance par des luttes féroces pour le pouvoir. Ahmed Ben Bella, un des fondateurs du F.L.N., emprisonné de 1956 à 1962 par les autorités françaises, et ses partisans créent à Tlemcen un « bureau p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/#i_32204

BOUMEDIENE HOUARI (1932?-1978)

  • Écrit par 
  • Emile SCOTTO-LAVINA
  •  • 1 056 mots
  •  • 2 médias

Houari Boumediene fut un militaire et homme politique algérien. Il fut le deuxième président de la République algérienne (1965-1978). L'austérité, l'amour de la solitude et du travail sont les traits dominants de la personnalité de Mohammed Bou Kharouba (devenu dans la clandestinité le colonel Houari Boumediene, « grand vieux jeune homme mince et fin »), qui assume, après l'éviction de son rival A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/houari-boumediene/#i_32204

FARÈS ABDERRAHMAN (1911-1991)

  • Écrit par 
  • Emile SCOTTO-LAVINA
  •  • 447 mots

Notaire à Koléa, conseiller général d'Alger, membre de la première Assemblée constituante française de 1946, membre puis président de l'Assemblée algérienne, Abderrahman Farès a été un des représentants les plus actifs de la bourgeoisie libérale algérienne. Imprégné de culture française, il est un moment regardé, en raison de son hostilité aux méthodes de la rébellion, comme la dernière chance du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abderrahman-fares/#i_32204

Les derniers événements

1er-22 novembre 1994 • AlgérieDurcissement de la répression et amorce d'un dialogue indépendant du gouvernement.

de Hocine Aït Ahmed, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme présidée par Abdennour Ali Yahya et le Mouvement pour la démocratie en Algérie de Ahmed Ben Bella – se réunissent à Rome, sous l'égide de la communauté catholique Sant'Egidio, afin d'élaborer une plate-forme de négociation. Le gouvernement dénonce cette « diplomatie parallèle ».  [...] Lire la suite

15 février - 3 mars 1994 • AlgériePersistance de l'insécurité et élection de Liamine Zéroual comme chef de l'État à la suite de la Conférence nationale.

– Front de libération nationale d'Abdelhamid Mehri, Front des forces socialistes de Hocine Aït Ahmed, Rassemblement pour la culture et la démocratie de Saïd Sadi, Mouvement pour la démocratie en Algérie d'Ahmed Ben Bella – n'y participe. Le 24, un amendement au projet de plate-forme nationale avait [...] Lire la suite

27 septembre 1990 • AlgérieRetour d'Ahmed Ben Bella.

L'ancien président Ahmed Ben Bella, destitué par le colonel Boumediène en juin 1965 et qui, après quinze ans de prison, vivait en exil en Suisse, rentre en Algérie. Il est accueilli à Alger par une foule beaucoup moins nombreuse que prévu, à peine vingt mille personnes. Dès son arrivée, il souhaite l'avènement d'un « consensus national », ainsi qu'« une recomposition du paysage politique ».  [...] Lire la suite

12 juin 1990 • AlgérieVictoire des islamistes aux élections locales.

pour le F.L.N., le parti au pouvoir. L'abstention recommandée par Aït-Ahmed et Ben Bella s'élève à 40,24 p. 100 des inscrits. Ces chiffres sont contestés par le mouvement islamiste, tandis que le président du F.I.S., Abassi Madani, réclame l'organisation rapide d'élections législatives anticipées. Le président Chadli acceptera cette demande, le 29 juillet, en fixant le scrutin au début de 1991.  [...] Lire la suite

18-26 octobre 1986 • FranceExpulsion de cent un Maliens et menace sur treize opposants algériens

résidant en France, tous membres du Mouvement démocratique algérien (M.D.A.) de l'ancien président Ahmed Ben Bella, sont arrêtés, puis placés en instance d'expulsion, après une opération, menée à Paris, Arras et Lyon. Le 26, les treize Algériens sont remis en liberté, mais ils sont assignés à [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Benjamin STORA, « BEN BELLA AHMED - (1916-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmed-ben-bella/