AÏT AHMED HOCINE (1926-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef « historique » du Front de libération nationale (F.L.N.), qui décide d’une insurrection contre la France en novembre 1954, Hocine Aït Ahmed incarnera, après l’indépendance de l’Algérie, la figure de l’opposant irréductible aux différents pouvoirs en place.

Né le 20 août 1926 à Aïn el-Hammam (ex-Michelet) en Grande Kabylie, Hocine Aït Ahmed appartient à une grande famille de marabouts (saints musulmans qui font l’objet d’un culte local) déclassés par la colonisation française. Titulaire de la première partie du baccalauréat, il mène de front d’excellentes études et une activité politique précoce. Il adhère au Parti du peuple algérien (P.P.A., parti indépendantiste fondé en 1937 par Messali Hadj) alors qu’il est encore très jeune lycéen, en 1943, à Tizi Ouzou. Le credo républicain, porteur de liberté et de progrès, dont il a été imprégné pendant sa scolarité laisse en lui une impression durable.

Après les événements sanglants de Sétif en mai-juin 1945, il se montre très actif en Kabylie, gravit rapidement les échelons des responsabilités politiques et ses premiers écrits sont très remarqués. Il rédige un rapport en 1948 pour la réunion du comité central de la principale formation nationaliste, le P.P.A.-M.T.L.D. (fondé également par Messali Hadj en 1946, le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratique réclame, comme le P.P.A., l’indépendance de l’Algérie) où il insiste sur « l’importance de la lutte armée liée au facteur politique ». Il est coopté au bureau politique, chargé de l’« Organisation spéciale » (O.S.) clandestine, qui préparera une insurrection armée. Mais, l’année suivante, le climat se dégrade dans l’organisation. Hocine Aït Ahmed est accusé de « séparatisme » berbère et destitué en 1949 de son poste de dirigeant de l’O.S. au profit d’Ahmed Ben Bella.

Recherché par la police française, il gagne Le Caire en 1951. Au moment de la scission du P.P.A.-M.T.L.D. entre partisans et adversaires de Messali Hadj en 1954, il se prononce pour l’action armée et participe à la création du Front de libération nationale (F.L.N.), proclamé comme organisation [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AÏT AHMED HOCINE (1926-2015)  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'expérience autogestionnaire (1963-1965) »  : […] Le 20 mars 1963, Ahmed Ben Bella présente à la radiotélévision le décret portant organisation et gestion des entreprises industrielles ainsi que des exploitations agricoles jugées vacantes du fait du départ des Européens. Le 1 er  octobre de la même année, il annonce la nationalisation des dernières propriétés appartenant à des colons français. L'objectif du nouveau pouvoir est de « rattraper le r […] Lire la suite

BEN BELLA AHMED (1916-2012)

  • Écrit par 
  • Benjamin STORA
  •  • 934 mots
  •  • 1 média

Ahmed Ben Bella fut la figure marquante de la guerre d'indépendance de l'Algérie et le premier président de la République algérienne (1963-1965). Sa vie est intimement liée au destin de ce pays. Né le 25 décembre 1916 (mais sa date de naissance n'a jamais été établie avec certitude, l'état civil de cette époque n'étant pas fiable) à Marnia dans l'Ouest algérien, Ahmed Ben Bella effectue ses études […] Lire la suite

Les derniers événements

Algérie. Victoire du F.L.N. aux élections législatives. 10 mai 2012

et 68 élus. Les deux partis détiennent la majorité absolue au Parlement. L'Alliance verte, coalition de trois partis islamiques menée par Bouguerra Soltani, arrive en troisième position, avec 6,2 p. 100 des suffrages et 49 députés. Elle dénonce des fraudes. Le Front des forces socialistes d'Hocine Aït […] Lire la suite

Algérie. Des élections législatives marquées par une forte abstention. 30 mai 2002

des forces socialistes de Hocine Aït Ahmed et le Rassemblement pour la culture et la démocratie de Saïd Saadi –, principales forces d'opposition, avaient appelé au boycottage du scrutin à la suite de la crise qui agite la Kabylie depuis avril 2001. Ex-parti unique, le Front de libération nationale […] Lire la suite

Algérie. Manifestations contre le régime, à la suite des émeutes en Kabylie. 1er-31 mai 2001

de protestation non autorisée, organisée à l'appel du Front des forces socialistes (F.F.S.) de Hocine Aït Ahmed – autre parti kabyle –, rassemble, sans incidents, plusieurs dizaines de milliers de personnes dans les rues d'Alger. Le 21, alors que le climat reste tendu en Kabylie, des centaines de milliers […] Lire la suite

Algérie. Élection d'Abdelaziz Bouteflika, candidat unique, à la présidence de la République. 14-16 avril 1999

candidats annoncent leur retrait et déclarent qu'ils ne reconnaîtront pas la légitimité des résultats. Il s'agit de Mouloud Hamrouche (réformateur), Ahmed Taleb Ibrahimi (nationaliste islamiste), Hocine Aït Ahmed (socialiste kabyle), Youcef El Khateb (héros de la guerre d'indépendance), Mokdad Sifi […] Lire la suite

Algérie. Poursuite des massacres et appel au cessez-le-feu de l'A.I.S. 6-26 septembre 1997

du secrétaire général de l'O.N.U., Kofi Annan, en août, le pouvoir paraît divisé entre partisans et adversaires de la réhabilitation d'une partie des islamistes. Le gouvernement, qui reste silencieux sur les tueries, interdit la marche nationale pour la paix que le Front des forces socialistes d'Hocine Aït […] Lire la suite

Pour citer l’article

Benjamin STORA, « AÏT AHMED HOCINE - (1926-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hocine-ait-ahmed/