APPELFELD AHARON (1932-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le retour à la maison

L'art de conter de l'écrivain est tout entier empreint de cette sculpture si particulière de la langue qui prend racine sur des bribes de mémoire involontaire, points de départ à de multiples reconstructions. Appelfeld reconnaît lui-même que le peu de souvenirs qu'il ait de son enfance lui permet cependant de tisser les liens qui le ramènent à ses parents, ses grands-parents, et à tout ce monde disparu auquel, grâce à la littérature, il peut de nouveau avoir accès. Comme on le voit dans Le garçon qui voulait dormir (2010), ces années d'écriture s'apparentent à une quête continuelle de la maison familiale, symbole du monde juif d'Europe centrale que l'écrivain s'attache à faire revivre. Les racines de sa mémoire sont essentiellement dynamiques : selon Appelfeld, une œuvre en ébauche ne peut s'inspirer d'une mémoire « achevée ». En revanche, elle prend sa source à partir d'une mémoire « vive », en renouvellement permanent, dont l'écrivain invente les détails au fur et à mesure qu'il les écrit.

L'œuvre de Kafka est à l'origine de ce « retour à la maison ». En le lisant, Appelfeld découvre que l'allemand de Kafka fait partie de son être le plus intime, et qu'il s'agit bien de la langue « juive-allemande » familière de son enfance. De plus, Kafka incarne une sorte de maître en ce qui concerne le judaïsme populaire, le yiddish, et l'hébreu. Enfin, Appelfeld est totalement à l'unisson du langage intérieur de l'écrivain pragois et de l'importance qu'il accorde aux événements infimes du quotidien.

Ce lien entre le langage intérieur et la structure minimaliste de ses œuvres rattache Appelfeld à des écrivains hébraïques tels que Yosseph Hayim Brenner (1881-1921), Uri Nissan Gnessin (1879-1913), David Vogel (1891-1944) et Samuel Joseph Agnon (1888-1970). La poétique impressionniste et la primauté du « je » de Gnessin et Vogel ont influencé Appelfeld. La nostalgie de la religiosité chez Agnon correspond au désir d'Appelfeld d'exprimer sa propre compréhen [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences habilitée en littérature hébraïque moderne et contemporaine à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  APPELFELD AHARON (1932-2018)  » est également traité dans :

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 495 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Réverbérations au loin »  : […] Face au séisme qui ébranle la littérature européenne, celle des États-Unis, où s'affirment des romanciers juifs, ne peut qu'en subir les contrecoups. Ainsi, Edward Lewis Wallant fait de Sol Nazerman, son Prêteur sur gages (1961), un rescapé de Dachau et de Bergen-Belsen, un membre de cette société secrète qui passe ses nuits à combattre les fantômes surgis du passé. Cependant, pour la plupart de […] Lire la suite

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 723 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Le roman dans l'histoire »  : […] Profondément intégrés à la vie du kibboutz, ces écrivains s'attachent à l'exaltation des valeurs collectives. Leurs héros, à la fois bâtisseurs et combattants, font délibérément le sacrifice de leur vie pour défendre leur idéal. Ils n'ont pratiquement pas d'existence en dehors du microcosme du kibboutz. Les auteurs les plus en renom sont Yigal Mossinsohn (1917-1994) [ Gris comme un sac ], Moshé Sh […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michèle TAUBER, « APPELFELD AHARON - (1932-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aharon-appelfeld/