APPELFELD AHARON (1932-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réinventer le langage

En 1962, Appelfeld publie son premier recueil de nouvelles : 'Ashan (Fumée) qui sera suivi de quatre autres recueils au cours de la décennie suivante, dont Be-Komat Ha-Karka (Au rez-de-chaussée) en 1968. Certaines de ces nouvelles, ancrées au xixe siècle, reflètent les épreuves subies par le peuple juif auquel semble s'attacher une malédiction séculaire. D'autres ont pour toile de fond les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale. Appelfeld y évoque le monde de son enfance, cette société de la petite bourgeoisie juive assimilée et inconsciente de l'imminence de la catastrophe. À partir de 1971, les textes qu'il publie adoptent la forme du roman.

D'une manière générale, Appelfeld situe ses œuvres, les nouvelles comme les romans, dans un monde indéfini aussi bien dans le temps que dans l'espace. C'est ce que Hanna Ya'oz, spécialiste de la littérature de la Shoah, nomme la « littérature transhistorique », soit une expression littéraire de la Shoah caractérisée avant tout par l'absence de références à une époque historique et la disparition des repères temporels. Appelfeld évoque, notamment dans son roman Tsili (1983), le quotidien du juif pourchassé qui cherche un refuge au fond des forêts ou parmi les chrétiens, essayant de se fondre parmi ces derniers. Après la guerre, les rescapés sortis des camps, des bunkers, ou des forêts où ils se sont cachés, sont sauvés physiquement mais blessés spirituellement. Déracinés, dépourvus de leur identité, ils apparaissent sans défense contre le travail de destruction favorisé par l'isolement et la peur. La déchéance progressive est évoquée par des métaphores : le fugitif traqué, ne pouvant plus assumer sa condition d'être humain au fond des caves ou au sein de la nature, n'a d'autre ressource que de devenir un animal ou un végétal. Quant au survivant, incapable de trouver les mots adéquats pour relater son vécu, il a recours à d'autres formes de langage, tel celui du corps, du regard ou du vêtement.

En effet, les mots du langage traditionnel ont per [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences habilitée en littérature hébraïque moderne et contemporaine à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  APPELFELD AHARON (1932-2018)  » est également traité dans :

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « Le roman dans l'histoire »  : […] Profondément intégrés à la vie du kibboutz, ces écrivains s'attachent à l'exaltation des valeurs collectives. Leurs héros, à la fois bâtisseurs et combattants, font délibérément le sacrifice de leur vie pour défendre leur idéal. Ils n'ont pratiquement pas d'existence en dehors du microcosme du kibboutz. Les auteurs les plus en renom sont Yigal Mossinsohn (1917-1994) [ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_12570

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 488 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Réverbérations au loin »  : […] Face au séisme qui ébranle la littérature européenne, celle des États-Unis, où s'affirment des romanciers juifs, ne peut qu'en subir les contrecoups. Ainsi, Edward Lewis Wallant fait de Sol Nazerman, son Prêteur sur gages (1961), un rescapé de Dachau et de Bergen-Belsen, un membre de cette société secrète qui passe ses nuits à combattre les fantômes surgis du passé. Cependan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_12570

Pour citer l’article

Michèle TAUBER, « APPELFELD AHARON - (1932-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aharon-appelfeld/