ACUPUNCTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Points et/ou méridiens

Selon les données de l'acupuncture classique, l'effet thérapeutique dépend du respect de la précision du point excité. Lors de certaines affections, les points « malades », à puncturer, deviennent sensibles à la pression.

De nombreuses hypothèses ont été formulées concernant le substratum physiologique des points d'acupuncture. Une observation mal comprise concerne la mise en évidence d'une variation de la résistance électrique cutanée à leur niveau (Niboyet). Progressivement, la notion de point paraît évoluer vers celle d'une zone plus étendue, de site où, pour des raisons anatomiques, la stimulation peut facilement exciter une branche ou un tronc nerveux (Bossy).

On a tenté de retrouver la spécificité du point chinois en comparant les effets respectifs de stimulations appliquées à son niveau et sur un site voisin. Les résultats ne montrent pas de différence significative. Par exemple, les effets de la stimulation d'un point situé dans le premier espace interosseux de la main sont analogues à ceux de la stimulation d'une zone localisée au niveau de l'espace entre les deuxième et troisième doigts. Ces résultats indiquent que le respect des emplacements des points d'acupuncture n'est pas indispensable pour observer un effet hypoalgésique. La stimulation de zones d'innervation comparable produit des effets identiques.

Un fait clinique notable est la concordance entre les emplacements des points d'acupuncture et ceux des points ou zones douloureuses localisées décrites en Occident sous les noms de points de Valleix, points gâchettes musculaires, points moteurs, zones de Head. Ces observations sont importantes car elles permettent d'émettre des hypothèses sur le support anatomo-physiologique du « point d'acupuncture ».

L'interprétation neurophysiologique des zones douloureuses périphériques fait appel à deux types de mécanismes : d'une part, la convergence d'origines anatomiques diverses (cutanée, musculaire, viscérale) sur les mêmes neurones de relais, d'autre part, des mécanismes réflexes musculaires ou sym [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : chef de travaux, assistant en neurophysiologie à l'hôpital Saint-Antoine, Paris

Classification


Autres références

«  ACUPUNCTURE  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - La médecine en Chine

  • Écrit par 
  • Florence BRETELLE-ESTABLET
  •  • 8 506 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les thérapies : la prévention et l'acuponcture »  : […] Contrairement aux manuscrits de Manwangdui qui proposaient un large éventail de pratiques préventives et curatives dont la pharmacopée, le Huangdi Neijing et le Nanjing négligent les approches pharmaceutiques et mettent l'accent sur la saignée et l'acuponcture . L'origine de l'acuponcture comme des points d'acuponcture du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-medecine-en-chine/#i_31993

DOULEUR

  • Écrit par 
  • François BOUREAU, 
  • Jean-François DOUBRÈRE
  •  • 4 956 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Neurostimulation transcutanée et acupuncture »  : […] La neurostimulation transcutanée a pour objet de renforcer ou de suppléer un mécanisme inhibiteur défaillant. Il est donc logique de la proposer dans les douleurs neurologiques par désafférentation, dont le mécanisme physiopathologique peut être compris comme un défaut d'inhibition. Ses indications les plus intéressantes sont les douleurs neurogènes. Il suffit de placer des électrodes sur le ter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/douleur/#i_31993

MÉDECINES ALTERNATIVES

  • Écrit par 
  • Bernard CHEMOUNY, 
  • Bernard POITEVIN
  •  • 1 652 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Indications »  : […] Les thérapeutiques non conventionnelles sont potentiellement indiquées dans toutes les modifications de l'état de santé. Leur champ d'application est très vaste : elles peuvent constituer un traitement réellement complémentaire de thérapeutiques lourdes mais nécessaires dans le traitement de maladies graves, ou s'inscrire dans le cadre d'une hygiène thérapeutique ou préventive largement répandue ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecines-alternatives/#i_31993

Pour citer l’article

François BOUREAU, « ACUPUNCTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/acupuncture/