MÉDECINES ALTERNATIVES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'application de la méthode expérimentale en biologie et l'approche mécaniste et physiopathologique de la pharmacologie ont permis à la médecine conventionnelle d'effectuer des progrès certains, en particulier dans la lutte contre les maladies infectieuses majeures. Parallèlement à cette médecine officielle existent de nombreuses thérapeutiques et des pratiques médicales différentes. Elles reposent souvent sur un ensemble de connaissances d'origine traditionnelle, plus éprouvées par le temps et l'usage que par l'approche expérimentale, et accordent au malade et à son état de santé général une importance réelle, sans négliger pour autant l'indispensable démarche diagnostique. Même si elles se fondent, pour certaines d'entre elles, sur des principes ou des postulats éloignés des bases rationnelles de la pensée scientifique, ces thérapeutiques différentes sont utilisées par une majorité de patients dans le monde, et leur cohabitation avec la médecine officielle est une réalité que les systèmes de santé de tous les pays ne peuvent ignorer. Ainsi, les États-Unis ont intégré concrètement ce fait social et culturel en créant en 1993 un Bureau pour l'étude des pratiques médicales non conventionnelles dans le cadre des instituts nationaux de la santé. Ce bureau a vu son statut s'améliorer en 1999 en devenant Centre national pour les médecines alternatives et complémentaires, son budget annuel passant de 20 millions à 50 millions de dollars. Cette augmentation budgétaire est corrélée à une plus grande utilisation par les patients : aux États-Unis, 42 p. 100 de la population avait utilisé au moins une fois une pratique médicale alternative en 1997, contre 33,8 p. 100 en 1990. En Europe, où l'évolution est sensiblement la même, le Parlement européen a, en 1997, demandé à la Commission européenne de réaliser des études sur l'innocuité, l'opportunité, le champ d'application et le caractère complémentaire ou alternatif de chaque discipline non conventionnelle. En France, le conseil de l'Ordre des médecins a pris position en faveur de la création d'un diplôme interuniversitaire en homéopathie, diplôme existant déjà pour l'acupuncture.

Classification

Les thérapeutiques et pratiques médicales différentes des thérapeutiques classiques ou conventionnelles recouvrent plusieurs ensembles qui se recoupent :

– celui des médecines « traditionnelles », encore très développées en Chine, en Afrique, en Inde, en Amérique latine, et toujours présentes dans les pays développés ;

– celui des médecines « alternatives » et/ou complémentaires, utilisées par les médecins et différents praticiens ;

– celui des médecines « douces », ainsi définies par les patients en opposition avec la thérapeutique classique, dont l'efficacité peut s'accompagner d'effets secondaires.

La définition la plus juste est celle de médecines non conventionnelles, utilisée actuellement par l'O.M.S., le bureau des médecines alternatives du N.I.H. aux États-Unis, et les commissions de l'Union européenne.

Quatre thérapeutiques sont globalement les plus utilisées, de façon variable selon les continents et pays : ce sont l'acupuncture, l'homéopathie, la phytothérapie et les thérapies manuelles. Les controverses scientifiques sont elles-mêmes variables : très faibles pour la phytothérapie, qui fait l'objet d'études pharmacologiques « classiques », en régression pour l'acupuncture, et toujours vives pour l'homéopathie.

En fonction de plusieurs enquêtes effectuées aux États-Unis, en Australie, en Europe, et des travaux de l'O.M.S., de la Commission européenne et du Parlement européen, une classification peut être effectuée.

Thérapeutiques médicamenteuses

– Phytothérapie : elle a recours aux plantes médicinales.

– Aromathérapie : technique thérapeutique utilisant les huiles essentielles végétales par voie interne (orale, pulmonaire ou rectale) ou externe.

– Homéopathie.

– Anthroposophie : doctrine fondée sur une connaissance philosophique de l'homme qui serait constitué de quatre corps : physique, végétatif (éthérique), psychique, spirituel. Elle situe l'homme dans ses rapports avec la nature et l'Univers. En matière thérapeutique, elle utilise des éléments minéraux, végétaux et animaux, prescrits en fonction de critères chronologiques. Les médicaments sont préparés par un p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Thermalisme

Thermalisme
Crédits : Patrice Thebault/ Only France/ AFP

photographie

Acupuncture

Acupuncture
Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Plantain

Plantain
Crédits : evdohaspb/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : docteur en médecine, secrétaire général de l'Association française de recherche en homéopathie
  • : docteur en médecine, docteur ès sciences, président de l'Association française pour la recherche en homéopathie

Classification

Autres références

«  MÉDECINES ALTERNATIVES  » est également traité dans :

ACUPUNCTURE AURICULAIRE ou AURICULOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Michel MARIGNAN
  •  • 995 mots

L' acupuncture auriculaire, ou auriculothérapie, est une méthode thérapeutique du domaine des réflexothérapies pour laquelle le pavillon de l'oreille est utilisé à des fins thérapeutiques mais aussi diagnostiques. Technique médicale en première apparence semblable à l'acupuncture chinoise – on a similairement recours à la piqûre de points à l'aide d'aiguilles stériles –, elle en diffère fortement […] Lire la suite

AROMATHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Jean VALNET
  •  • 1 632 mots
  •  • 1 média

Traitement des maladies par les arômes végétaux, c'est-à-dire les essences aromatiques appelées huiles essentielles (H.E.) dans le langage médical, l'aromathérapie est une branche de la phytothérapie (du grec yuzov , plante) et, comme telle, l'une des thérapeutiques les plus anciennes du monde avec l'argile, l'eau et les procédés manuels (massages et reboutement, magnétisme curatif). Pendant des m […] Lire la suite

HAHNEMANN CHRISTIAN FRIEDRICH SAMUEL (1755-1843)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 823 mots
  •  • 1 média

Médecin allemand, fondateur de l’homéopathie, Christian Friedrich Samuel Hahnemann est né le 10 avril 1755 à Meissen, en Saxe, ville où son père était peintre sur porcelaine. Samuel étudie d’abord à l'école municipale, où il montre de grandes dispositions pour les langues anciennes (grec et latin) et modernes (français et anglais). Remarqué pour ses capacités, il est admis à l’école princière Sai […] Lire la suite

HOMÉOPATHIE

  • Écrit par 
  • Olivier FAURE
  •  • 7 629 mots
  •  • 5 médias

Selon le dictionnaire Le Robert , l’homéopathie « est une méthode thérapeutique médicale qui consiste à soigner les malades au moyen de remèdes (à doses infinitésimales obtenues par dilution) capables à des doses plus élevées de produire sur l’homme sain des symptômes semblables à ceux de la maladie à combattre ». « Guérir par le même » donne son nom à la pratique (homéo- est dérivé du grec homoi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard CHEMOUNY, Bernard POITEVIN, « MÉDECINES ALTERNATIVES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/medecines-alternatives/