SANDOZ ACCIDENT DE L'USINE DE BÂLE (31 octobre 1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la nuit du 31 octobre 1986, le feu se déclarait dans un hangar des établissements Sandoz, à Schweizer-Halle près de Bâle, en Suisse. Cet entrepôt contenait, entre autres, des produits chimiques et agrochimiques : insecticides, pesticides, mercure, etc. L'incendie provoqua dans un premier temps un épais nuage de gaz toxique qui conduisit les autorités bâloises à déclencher dans la nuit un plan d'urgence prévu pour ce type de catastrophe. Le 1er novembre, l'alerte est levée car, comme le signalera en France un rapport d'expertise commandé par le ministre de l'Environnement de l'époque (Alain Carignon), les conditions météorologiques exceptionnellement favorables ont permis une dissipation rapide des polluants.

Si l'inquiétude s'est portée sur la pollution du milieu où nous évoluons, l'air, la contamination affecta en fait un autre milieu, l'eau, notamment le Rhin qui s'écoule à proximité de l'endroit du sinistre. En effet, les tonnes d'eau déversées pour venir à bout de l'incendie ont entraîné dans le fleuve, par dilution, 1 200 tonnes d'insecticides et de pesticides, 2 tonnes de mercure, 15 tonnes de bleu de Berlin et de Rhodamine B.

Le Rhin à Sankt Goarshausen

Le Rhin à Sankt Goarshausen

Photographie

La vallée du Rhin à Sankt Goarshausen, le château de Katz et, au second plan, la roche de la Lorelei (Palatinat, Allemagne). Aux périls du fleuve dont les poètes romantiques firent la légende, notre époque a superposé les risques dus à la pollution chimique. En 1986, lorsque les médias... 

Crédits : S. Studd/ Getty Images

Afficher

Les effets de la pollution du Rhin se sont ressentis quasi immédiatement sur la vie de la faune piscicole ; quelques heures seulement après l'accident, plusieurs centaines de milliers d'anguilles ont été ramassées mortes jusqu'à Mayence, soit plus de 250 kilomètres en aval de l'origine de la pollution. La microflore et la microfaune – petits crabes d'eau douce, larves d'insectes, minuscules crevettes d'eau douce, etc. – ont été totalement détruites, mettant en danger toute la chaîne écologique du Rhin. Dans le même temps, les habitants riverains se sont vus privés d'eau potable, les eaux approvisionnées par les réseaux étant polluées, les brasseries et les industries agroalimentaires ont cessé momentané [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  SANDOZ ACCIDENT DE L'USINE DE BÂLE (31 octobre 1986)  » est également traité dans :

REACH (Registration, Evaluation and Authorization of Chemicals)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 8 032 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Catastrophes industrielles »  : […] L 'industrie chimique a un lourd passif de catastrophes dont plusieurs ont marqué les esprits. À Minamata (Japon), une unité de production d'acétaldéhyde (ou éthanal) CH 3 CHO de la société Shin Nippon Chisso utilisait du sulfate de mercure comme catalyseur. Rejeté dans la mer de 1932 à 1968, le mercure, sous la forme de chlorure de méthylmercure CH 3 HgCl toxique, contamina la chaîne alimentaire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reach/#i_85981

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « SANDOZ ACCIDENT DE L'USINE DE BÂLE (31 octobre 1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/accident-de-l-usine-de-bale-sandoz/