ABOU JIHAD (1935-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Que devons-nous faire de la population civile ? », demanda le commandant Rabin à Ben Gourion. « Chassez-les », répondit en substance le Premier ministre d'Israël. Nous sommes en juillet 1948 et la jeune armée juive vient de s'emparer des villes arabes de Ramleh et Lydda (l'actuelle Lod). Obéissant, Itzhak Rabin donna les ordres en conséquence : des dizaines de milliers de Palestiniens expédiés au-delà des lignes du front devinrent des « réfugiés ».

Parmi eux, un jeune garçon de treize ans : « Ils nous ordonnèrent de quitter nos maisons et de nous rassembler en certains points de la route. Ils dirent qu'ils préparaient des autobus pour nous emmener à Ramallah. Nous passâmes là trois jours au bord du chemin. » L'enfant ne s'appelle pas encore Abou Jihad, mais jamais il n'oubliera cette scène. Khalil al Wazir était né le 10 octobre 1935 à Ramleh dans une famille de petits commerçants ; réfugié à Ramallah avec les siens, il ne tarde pas à rejoindre Gaza, sous administration égyptienne.

Les premiers temps sont très durs et le jeune Khalil doit se faire marchand ambulant de confiseries. Puis il peut poursuivre ses études secondaires dans une école de l'U.N.R.W.A., l'office des Nations unies pour les réfugiés palestiniens. Il s'engage rapidement dans l'action politique et est élu secrétaire de l'Union des étudiants palestiniens de Gaza.

C'est très jeune qu'il adhère aux Frères musulmans, très puissants à l'époque en Égypte. Il reçoit un entraînement militaire de l'organisation mais sera arrêté en 1954 par les autorités nassériennes pour sa participation à des opérations de commandos contre Israël.

À la rentrée de 1956, il s'inscrit à l'université d'Alexandrie mais n'achève pas son année et part comme enseignant en Arabie Saoudite.

Avant, il a eu le temps de faire la connaissance d'un jeune ingénieur palestinien vivant au Caire, Yasser Arafat ; ils se retrouvent à Koweït en 1957. C'est l'année suivante que les deux hommes jettent les bases de ce qui sera le Fath, le Mouvement de libération de la Palestine qui publie, à partir de 1959, Falistinouna (Notre Palestine) dont Khalil al Wazir sera responsable, devenant le premier permanent du mouvement.

Mais ce n'est qu'en 1962, avec la constitution du premier comité central de dix membres, auquel participe Khalil al Wazir, que le Fath prend sa pleine dimension. L'organisation s'efforce, dans un contexte arabe peu favorable, de faire triompher ses vues : la libération de la Palestine doit être l'œuvre des Palestiniens eux-mêmes, et la lutte armée demeure la seule voie pour y parvenir.

La victoire du F.L.N. et l'indépendance algérienne en 1962 ont pesé lourd dans la définition de cette stratégie ; et, en novembre 1963, Abou Jihad est chargé d'ouvrir à Alger le premier bureau du Fath dans une capitale arabe. Les autorités algériennes acceptent aussi des étudiants palestiniens à l'académie militaire et la mise sur pied d'un camp d'entraînement. En outre, Abou Jihad établit les premiers contacts avec des pays socialistes et, en 1964, se rend en Chine, au Vietnam du Nord et en Corée du Nord.

Cette même année, il regagne Damas pour organiser avec Yasser Arafat le déclenchement de la lutte armée : le 11 janvier 1965, le Fath mène sa première opération armée contre Israël. Après la défaite arabe de juin 1967, le Fath a le vent en poupe : ses capacités militaires se renforcent et, en février 1969, Yasser Arafat devient le président de l'Organisation de libération de la Palestine (O.L.P.).

Abou Jihad assume des fonctions de plus en plus importantes, en particulier sur le plan militaire. Commandant en chef adjoint des forces militaires du Fath, il est nommé en 1973 responsable de l'activité de cette organisation en Cisjordanie et à Gaza. Durant la guerre civile libanaise de 1975-1976, il dirige les forces palestiniennes face aux Phalanges d'abord, aux Syriens ensuite.

Numéro deux du Fath, il participe activement au tournant politique pris par l'organisation en 1974 : reconnaissance de l'importance du terrain politique et diplomatique ; acceptation du principe d'un État palestinien en Cisjordanie et à Gaza. Abou Jihad est de tous les combats politiques et militaires et se tient aux côtés de Yasser Arafat d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ABOU JIHAD (1935-1988)  » est également traité dans :

ARAFAT YASSER (1929-2004)

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU
  •  • 1 390 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps de la lutte armée »  : […] Le Mouvement de libération de la Palestine, communément appelé Fatah (la conquête), naît en réalité de la fusion de plusieurs groupuscules qui ont vu le jour dans le Golfe. Le mouvement, qui obtient le soutien initial de l'Irak et de l'Algérie de Ben Bella, lance sa première opération de commando en janvier 1965 sous l'impulsion de Khalil al-Wazir (le futur Abou Jihad), le seul à avoir déjà fait […] Lire la suite

Les derniers événements

5-21 août 2012 Égypte – Israël. Attaque d'un poste-frontière par un commando islamiste

Le 5, un commando venu d'Égypte pénètre en territoire israélien à bord d'un véhicule blindé, après avoir attaqué le poste-frontière de Karm Abou Salem entre Israël, l'Égypte et la bande de Gaza, et tué seize gardes-frontières égyptiens. Les membres du commando sont tués par l'armée israélienne. L'armée égyptienne met en cause des activistes islamistes venus de la bande de Gaza et du Sinaï, et décide de fermer le point de passage de Rafah entre l'Égypte et la bande de Gaza. […] Lire la suite

1er-25 juillet 2006 Irak. Glissement du pays vers la guerre civile

Le 23, l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch publie un rapport portant sur la période 2003-2005, qui dénonce l'usage de la torture par l'armée américaine en Irak, même après la révélation des sévices infligés à des détenus dans la prison d'Abou Ghraib. Des témoignages de soldats rentrés d'Irak montrent que les conventions de Genève n'étaient pas appliquées et que le recours à la torture, loin d'être exceptionnel, avait un caractère admis et régulier Le 25, le président George W. […] Lire la suite

11-20 juillet 1988 Grèce. Attaque terroriste contre les passagers du « City-of-Poros »

Le 13, à Beyrouth, une mystérieuse Organisation des martyrs de la révolution populaire en Palestine, unité Abou Jihad, revendique l'attentat. En fait, l'enquête piétine et la « guerre des polices » grecques ne fait qu'accroître la confusion. Ainsi, la photo d'une jeune touriste française, Élisabeth Bismuth, qui se révélera être une des victimes de l'attaque, est diffusée aux postes frontières comme étant celle d'une des terroristes. […] Lire la suite

16-25 avril 1988 Proche-Orient. Assassinat d'Abou Jihad et reprise du dialogue syro-palestinien

Le 16, Abou Jihad, l'un des chefs historiques de la résistance palestinienne, numéro deux du Fath, principale composante de l'O.L.P., est assassiné dans sa résidence de Sidi Bou Saïd, près de Tunis. De son vrai nom Khalil el Wazir, ce très proche collaborateur de Yasser Arafat était l'organisateur de la force armée palestinienne et de ses réseaux clandestins ; il était aussi le responsable, au sein de l'O. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain GRESH, « ABOU JIHAD (1935-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abou-jihad/