WAHID ABDURRAHMAN (1940-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef religieux et président de l'Indonésie de 1999 à 2001. Surnommé Gus Dur par la population, Abdurrahman Wahid est un intellectuel musulman libéral et modéré dont les grands-parents ont fondé la plus grande organisation musulmane traditionaliste, le Nahdatul Ulama (N.U., Renouveau des oulémas). Il étudie le Coran dans un pensionnat religieux puis à Jakarta lorsque son père entre au cabinet du ministre de la Religion. Il entreprend, en 1963, des études des textes sacrés à l'université Al-Azhar au Caire, et revient en Indonésie au début des années 1970, sans diplôme mais initié au marxisme et célèbre pour ses écrits religieux. Il est nommé secrétaire général du N.U. en 1984 et préside un groupe de discussion politique, Forum Demokrasi, qui rassemble des dissidents et militants des droits de l'homme. Partisan du dialogue entre les religions, il est critiqué pour ses sympathies pro-israéliennes et pour avoir défendu Salman Rushdie. Les partisans de Suharto au sein du N.U. tentent, en vain, de le destituer de son poste. À la suite de la démission forcée de Suharto en mai 1998 et de l'intérim assuré par son dauphin Bacharrudin Jusuf Habibie jusqu'en octobre 1999, il est élu président par l'Assemblée consultative du peuple issue d'élections libres, face à Megawati Sukarnoputri, la fille de Sukarno, père de l'indépendance. Toutefois, sans majorité de gouvernement, soupçonné de corruption et confronté à une grave crise économique et à des violences séparatistes et intercommunautaires, notamment à Atjeh ou dans les îles Moluques, le président Wahid est destitué par le Parlement dès juillet 2001. En dépit d'une mauvaise santé, presque aveugle, il reste actif à la tête du Nahdatul Ulama. Figure historique de l'opposition à Suharto, il a, malgré son court mandat, réussit à mettre en œuvre des réformes politiques visant à réduire le rôle de l'armée et à renforcer la démocratie.

Abdurrahman Wahid et Suharto, 2000

photographie : Abdurrahman Wahid et Suharto, 2000

photographie

Ouléma tolérant et érudit, Abdurrahman Wahid (à gauche) est élu président de la République indonésienne en 1999 après la démission forcée du dictateur Suharto, au pouvoir depuis 1967, qu'il n'a eu de cesse de critiquer. Ici, en mars 2000, les deux hommes se rencontrent à Jakarta. 

Crédits : Weda/ AFP

Afficher

—  Universalis

Classification

Autres références

«  WAHID ABDURRAHMAN (1940-2009)  » est également traité dans :

INDONÉSIE - L'Indonésie contemporaine

  • Écrit par 
  • Romain BERTRAND, 
  • Françoise CAYRAC-BLANCHARD
  •  • 17 689 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les élections du 7 juin 1999 et la présidence Wahid  »  : […] Au matin du 21 mai 1998, Suharto annonça qu'il « se retirait du pouvoir tel un renonçant ». La charge suprême échut au vice-président, Bacharrudin Jusuf Habibie, « fils adoptif » et dauphin désigné de Suharto. Habibie annonça quelques semaines plus tard qu'il convoquerait des élections anticipées et amenderait les lois électorales de l'Ordre nouveau pour restaurer le multipartisme concurrentiel. […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 428 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Entre radicalisation et modération »  : […] Toutefois, l'Ordre nouveau instauré par le général Suharto après 1965 a peu à peu perdu le support de certains éléments musulmans qui, après l'avoir accueilli de leurs vœux, ont pris ombrage de son ouverture à l'Ouest trop radicale. Les « bourgeoisies » islamiques regrettent l'invasion des capitaux et des produits étrangers, qui concurrencent dangereusement les investissements nationaux, et les ou […] Lire la suite

SUKARNOPUTRI MEGAWATI (1947- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 632 mots

Femme politique indonésienne, Megawati Sukarnoputri a été présidente de l'Indonésie de 2001 à 2004. Née le 23 janvier 1947 à Jakarta, Dyah Permata Megawati Setiawati Sukarnoputri est la fille de Sukarno, le premier président de l'Indonésie. Elle étudie la psychologie et l'agriculture à l'université mais n'obtient aucun diplôme. Entrée en politique en 1987, elle est élue à l'Assemblée consultative […] Lire la suite

TIMOR ORIENTAL

  • Écrit par 
  • Françoise CAYRAC-BLANCHARD, 
  • Frédéric DURAND, 
  • Universalis
  •  • 4 716 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Indépendance et terreur  »  : […] Plus de 98 p. 100 des 450 000 électeurs recensés par l'O.N.U. sont, malgré cela, venus voter dès les premières heures du jour. Dès la publication des résultats, le 4 septembre – 78,5 p. 100 de oui pour l'indépendance –, une violence inouïe se déchaîne. Les milices attaquent à la machette les indépendantistes mais aussi les témoins : journalistes étrangers et membres de l'Unamet (Mission des Nation […] Lire la suite

Les derniers événements

Indonésie. Revers pour le pouvoir aux élections législatives. 5 avril 2004

national de l'ancien président Abdurrahman Wahid obtient 10,6 p. 100 des voix et 52 sièges, le Parti du développement uni du vice-président Hamzah Haz 8,1 p. 100 et 58 élus et le Parti du mandat national d'Amien Raïs 6,4 p. 100 et 52 sièges. […] Lire la suite

Indonésie. Destitution du président Abdurrahman Wahid. 23-26 juillet 2001

Le 23, l'Assemblée consultative du peuple rejette à l'unanimité le décret présidentiel visant à suspendre les institutions représentatives, et destitue Abdurrahman Wahid, chef de l'État depuis octobre 1999. Objet, dès février, d'une « réprimande » de la part de l'Assemblée nationale […] Lire la suite

Indonésie. Crise politique. 2-9 février 2001

Le 2, l'Assemblée nationale adopte une « réprimande » à l'encontre du président Abdurrahman Wahid, qu'elle accuse d'être impliqué dans deux scandales financiers sans toutefois produire de preuves tangibles contre lui. Ce vote est obtenu grâce au soutien du Parti démocratique indonésien (P.D.I.-P […] Lire la suite

Indonésie. Abandon des poursuites contre l'ancien président Suharto. 28 septembre 2000

de Suharto ont eu lieu les mois précédents. La décision de la cour provoque de violents affrontements entre partisans et adversaires de Suharto ainsi qu'entre les manifestants et la police. Elle contribue à fragiliser le régime du président Abdurrahman Wahid, déjà affecté par la poursuite des désordres au Timor et par les tensions indépendantistes dans plusieurs territoires de l'archipel. […] Lire la suite

Indonésie. Assassinat de trois membres du H.C.R. à Timor occidental. 6-19 septembre 2000

Timor occidental. Le président Abdurrahman Wahid réclame du temps, mais promet d'agir. Le 19, les autorités annoncent le prochain désarmement des milices, mais rejettent la proposition de l'O.N.U. de dépêcher à Timor occidental une mission d'enquête sur l'assassinat des trois fonctionnaires du H.C.R. Celle-ci risquerait, selon elles, de provoquer un regain de nationalisme. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« WAHID ABDURRAHMAN - (1940-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abdurrahman-wahid/