BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

SYNAPSES

Afficher la liste complète (13 médias)

Chaque neurone du système nerveux entre en contact avec un ou, le plus souvent, avec plusieurs autres neurones ; on appelle synapse chacun des éléments, généralement nombreux, de l'ensemble des contacts ainsi réalisés. Le terme fut forgé en 1897 par un helléniste, à la demande du grand physiologiste anglais Sherrington, pour donner un nom (dont la traduction française pourrait être « agrafe ») à un concept plus qu'à l'image d'une réalité reconnue, car à cette époque plus d'un cytologiste niait l'individualité cellulaire du neurone et croyait à la continuité, non à la contiguïté, des liaisons interneuronales (cf. système nerveux - Le tissu nerveux). En fait, les techniques alors pratiquées ne permettaient pas d'affirmer qu'elles fussent discontinues, et la déconcertante plasticité des activités nerveuses complexes favorisait plutôt la théorie réticulariste.

En étudiant sur le chien décérébré comment se déroulent les réflexes moteurs dépendant de la seule moelle épinière, Sherrington put cependant démontrer que les diverses modalités de leurs manifestations extérieures pouvaient s'expliquer clairement en supposant que chaque synapse de la population des neurones impliqués dans un réflexe donné est le siège de micro-événements, ou « états d'excitation » graduables, qui restent latents jusqu'à ce que, un seuil ayant été atteint – généralement par sommation temporelle ou spatiale –, cette synapse participe à l'émission d'un message nerveux porteur d'information (cf. réflexes, système nerveux). À ces états hypothétiques d'excitation élémentaire il parut bientôt nécessaire à Sherrington d'associer leurs contraires, c'est-à-dire des « états d'inhibition », et d'admettre que le bilan final résultait de l'addition algébrique de ces deux états dans l'ensemble des synapses intéressées.

Cette théorie magistrale des bases de l'activité réflexe, aujourd'hui classique, s'étend au cerveau aussi bien qu'aux ganglions. Cela confère à la synapse et à ses propriétés une importance primordiale po […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  12 pages…

Pour citer cet article

Alfred FESSARD, Patrice GUYENET, Michel HAMON, Jacques TAXI, « SYNAPSES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/synapses/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« SYNAPSES » est également traité dans :

ACÉTYLCHOLINE

Écrit par :  Paul MANDEL

Dans le chapitre "Rôle de l'acétylcholine"  : …  *Chaque neurone libère, au niveau de toutes ses terminaisons synaptiques, une seule substance jouant le rôle de transmetteur ; ceux qui libèrent de l'ACh sont appelés cholinergiques ; on les distingue par exemple des neurones adrénergiques libérant de la noradrénaline. Selon la théorie classique, les médiateurs sécrétés au niveau de l'élément… Lire la suite
AUDITION - Acoustique physiologique

Écrit par :  Pierre BONFILSYves GALIFRETDidier LAVERGNE

Dans le chapitre "Innervation de l'organe de Corti"  : …  ganglion spiral. Ces neurones sont bipolaires et les terminaisons de leur branche dendritique font *synapse avec les cellules ciliées. On en distingue deux types selon qu'ils innervent les c. c. int. (type I) ou les c. c. ext. (type II). Les neurones de type I représentent 90 à 95 p. 100 de l'effectif des afférences. Chaque c. c. int. reçoit, à sa… Lire la suite
BIOLOGIE - L'être vivant

Écrit par :  Andrée TÉTRY

Dans le chapitre "Problématique fonctionnelle"  : …  programme comportemental du système nerveux résultant de la traduction du programme génétique. Les* synapses ou connexions entre neurones sont fort nombreuses ; un gène ne régit pas chaque synapse ; des dispositifs plus souples doivent présider à la mise en place des synapses. Une nouvelle information acquise par une expérience s'inscrit dans un… Lire la suite
CERVEAU HUMAIN

Écrit par :  André BOURGUIGNONJean-Claude DUPONTCyrille KOUPERNIKPierre-Marie LLEDOBernard MAZOYERJean-Didier VINCENT

Dans le chapitre "Du programme génétique à l'épigenèse"  : …  de neurones, sans parler de la masse encore plus grande (1014 à 1015) des *synapses. Il faut rappeler enfin qu'une fois arrivés à destination, les neurones subissent une réduction numérique plus ou moins importante selon les régions du cerveau. C'est là un phénomène analogue à celui que nous décrirons plus loin sous le nom… Lire la suite
CERVELET

Écrit par :  Jean MASSION

Dans le chapitre "Synapses excitatrices et inhibitrices"  : …  L'*analyse électrophysiologique conduite systématiquement par Eccles et son école (voir J. C. Eccles, M. Ito et J. Szentagothai, 1968) a permis de préciser la nature excitatrice ou inhibitrice des différentes synapses du cortex et des noyaux cérébelleux. Ito a montré le premier que les cellules de Purkinje sont toutes inhibitrices des noyaux… Lire la suite
COUTEAUX RENÉ (1909-1999)

Écrit par :  Jacques TAXI

…  de développements en microscopie électronique sur l'ultrastructure de la jonction myo-tendineuse (1959). *La découverte par Katz et ses collaborateurs (1950) du caractère quantique de la libération de l'acétylcholine de la plaque motrice fut bientôt suivie de celle des vésicules synaptiques dans les terminaisons nerveuses présynaptiques faite… Lire la suite
DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement animal

Écrit par :  Marc-Yves FISZMANThomas HEAMSLieba LAZARDAndras PALDIAlain PRIVATPatricia SIMPSON

Dans le chapitre "La neurogenèse"  : …  et l'articulation de ces cellules, très spécialisées morphologiquement, par des jonctions appelées *synapses unissant l'axone en amont avec le dendrite en aval (ou avec un autre « effecteur »). Les cellules de la névroglie jouent des rôles variés de nutrition, de soutien et d'isolement des neurones. Le système nerveux d'un vertébré adulte résulte… Lire la suite
DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

Écrit par :  Jacques-Michel ROBERT

Dans le chapitre "Les neurones"  : …  « explorer » leur environnement immédiat à la recherche de leurs voisins, pour établir avec eux* les synapses. On pense qu'en général un neurone engendre au début beaucoup plus de liaisons (par ses dendrites) qu'il n'en aura l'usage plus tard. Certaines synapses en surnombre pourraient disparaître. L'activité fonctionnelle régulière d'une… Lire la suite
ECCLES JOHN CAREW (1903-1997)

Écrit par :  Pierre BUSER

… niveau de la fibre motrice qu'il commande. Découverte fondamentale qui consacrait la singularité de *la jonction synaptique. Devenu en 1943 professeur de physiologie à Dunedin (Nouvelle-Zélande), Eccles s'intéressa aux synapses du système nerveux central, en particulier au niveau des motoneurones, neurones moteurs de la moelle qui commandent les… Lire la suite
ÉLECTROPHYSIOLOGIE

Écrit par :  Max DONDEYJean DUMOULINAlfred FESSARDPaul LAGETJean LENÈGRE

Dans le chapitre "Potentiels synaptiques, potentiels de jonction"  : …  comme précédemment en termes de variations de la perméabilité ionique des membranes, au niveau des *synapses nerveuses et des jonctions entre nerfs et organes effecteurs (muscles, glandes ou organes électriques) ; mais ici l'agent déclencheur est le plus souvent un médiateur chimique qui trouve dans la membrane son récepteur spécifique ; et comme… Lire la suite
EXCITABILITÉ

Écrit par :  Alfred FESSARD

Dans le chapitre "L'excitation nerveuse"  : …  et dans les centres, là où les neurones entrent en contact et forment ce qu'on appelle des « * synapses », c'est le plus souvent un agent chimique spécifique de chaque type de synapses (un « médiateur ») qui transmet l'excitation. Dans d'autres cas, celle-ci se transmet par voie électrique. Enfin, l'excitation qui anime les muscles, les… Lire la suite
GAMMA-AMINOBUTYRIQUE ACIDE (GABA)

Écrit par :  Philippe COURRIÈRE

… *En 1950, J. Awapara et ses collaborateurs, E. Roberts et S. Frankel, ont réussi à isoler du système nerveux central le GABA, un acide aminé Ils identifièrent aussi l'enzyme de synthèse : l'acide glutamique décarboxylase (AGD), enzyme particulièrement abondante au niveau des terminaisons nerveuses présynaptiques. Peu à peu, on démêlait l'ensemble du… Lire la suite
INHIBITION

Écrit par :  Pierre BUSERPierre KAUFMANNDaniel WIDLÖCHER

Dans le chapitre "Du neurone à l'intégration sensorimotrice"  : …  il n'est pas certain que toutes les actions inhibitrices dans les centres soient du type postsynaptique.* Un autre processus, dit inhibition présynaptique, fut identifié peu après que les mécanismes postsynaptiques aient été clairement décrits (1960). L'inhibition présynaptique reposait non sur une hyperpolarisation de la membrane… Lire la suite
KANDEL ERIC (1929- )

Écrit par :  Universalis

… *Neurobiologiste américain d'origine autrichienne, Prix Nobel de pharmacologie ou médecine en 2000 (conjointement à Arvid Carlsson et Paul Greengard), pour la découverte du rôle central joué par les synapses dans la mémoire et l'apprentissage. Eric Kandel est né le 7 novembre 1929 à Vienne (Autriche). Il obtient son diplôme de médecine à la faculté… Lire la suite
MEMBRANES CELLULAIRES (DYNAMIQUE DES)

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

Dans le chapitre "L'imperméabilité sélective de la membrane plasmique"  : …  de Singer connaît désormais de nombreuses variantes. Une des plus spectaculaires est certainement* l'organisation de la membrane plasmique post-synaptique. La membrane y est épaissie, enrichie en cholestérol et en lipides particuliers, et surtout invaginée de manière à amplifier sa surface, elle-même tapissée d'un grand nombre de molécules du… Lire la suite
MÉMOIRE

Écrit par :  Serge BRIONJean-Claude DUPONTAlain LIEURY

Dans le chapitre "Les mécanismes de la plasticité"  : …  marin, l'aplysie. Ces modifications du comportement dépendent d'altérations plastiques dans les *synapses du circuit nerveux contrôlant le réflexe de rétraction de la branchie de cet animal. Kandel a montré, sur ce modèle, l'intervention directe des médiateurs, et reconstitué les modifications métaboliques consécutives dans la synapse. Depuis… Lire la suite
NERVEUX (SYSTÈME) - Neurogenèse et évolution

Écrit par :  Paul LAGET

Dans le chapitre "Théorie du neurone et origine des éléments nerveux"  : …  de cellules d'autre nature (musculaire, glandulaire, etc.), et que l'aire de ce contact (*synapse ou jonction) possède des particularités structurales et fonctionnelles remarquables. Grâce à ces dernières, le signal bio-électrique fourni par la cellule nerveuse entraîne la naissance soit d'un autre signal électrique similaire dans les… Lire la suite
NERVEUX (SYSTÈME) - Le neurone

Écrit par :  Michel HAMONClément LÉNA

Dans le chapitre "La transmission synaptique"  : …  L'effet d'un potentiel d'action dans une terminaison nerveuse dépend du type de *synapse que forme l'axone avec ses cellules cibles. Il existe des synapses électriques et des synapses chimiques. Les premières sont constituées par des canaux qui mettent en communication le milieu intracellulaire du neurone avec celui de la cellule cible, de sorte que… Lire la suite
NERVEUX (SYSTÈME) - Agencement des réseaux et circuits neuronaux

Écrit par :  Pierre BUSER

Dans le chapitre " Propriétés fondamentales des ensembles polyneuronaux"  : …   » d'un ensemble polyneuronique commencent, en revanche, à apparaître, au moment où l'on considère *l'articulation de deux neurones (ou synapse) et les mécanismes de transmission de l'excitation qui s'y produisent. Cette intervention de la synapse revêt deux aspects complémentaires. D'une part, la synapse impose à titre individuel une discontinuité… Lire la suite
NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

Écrit par :  Jean-Marc GOAILLARDMichel HAMONAndré NIEOULLONHenri SCHMITT

Dans le chapitre "Neurotransmission"  : …  de façon à constituer des chaînes ou des réseaux, ce qui leur permet de véhiculer des informations. *Entre deux cellules consécutives existent une ou plusieurs jonctions appelées synapses. Il existe à leur niveau un phénomène de transmission de l'information entre deux neurones consécutifs car toute synapse représente une discontinuité anatomique… Lire la suite
NEUROLOGIE

Écrit par :  Raymond HOUDARTHubert MAMOJean MÉTELLUS Universalis

…  nous est connue depuis que Sherrington en 1897 a introduit en neurologie le terme de *synapse (du grec sunapsis, « liaison », « attache ») pour désigner les jonctions entre deux cellules nerveuses, et depuis que Otto Loewi en 1921 a apporté la preuve de la transmission chimique en irriguant deux cœurs de grenouille par un même liquide de… Lire la suite
NEUROVÉGÉTATIF SYSTÈME

Écrit par :  Paul DELL

Dans le chapitre "Historique"  : …  La *suggestion d'une transmission de nature chimique au niveau des synapses nerveuses a été émise la première fois par Elliot en 1905. Une démonstration expérimentale de cette hypothèse a été donnée par les expériences de O. Loewi (1921) et par W. B. Cannon et Uridil (1921). Loewi utilisait un dispositif, schématisé sur la figure, qui lui permettait… Lire la suite
SENSIBILITÉ

Écrit par :  Yves GALIFRET

Dans le chapitre "Les processus centraux d'intégration sensorielle"  : …  parcouru se caractérise par l'existence de structures simultanément divergentes (la même fibre fait *synapse avec plusieurs neurones) et convergentes (le même neurone reçoit les terminaisons synaptiques de plusieurs fibres). Les terminaisons peuvent être excitatrices ou inhibitrices, et il existe de plus des neurones assurant des liaisons… Lire la suite
SÉROTONINE

Écrit par :  Michel HAMON

Dans le chapitre "Distribution"  : …  situés d'arrière en avant dans la zone médiane du bulbe mésencéphale (région du raphé). Dans les* terminaisons synaptiques, la 5-HT est surtout localisée dans des granules ou vésicules synaptiques. Au niveau de la membrane présynaptique et des vésicules existent des systèmes de capture qui permettent le transport actif et le stockage de l'amine… Lire la suite
VENINS

Écrit par :  Jean-Philippe CHIPPAUXMax GOYFFON

Dans le chapitre "Les neurotoxines"  : …  par une structure commune qui ressemble à trois doigts dressés (structure dite à trois doigts). *Les neurotoxines curarisantes sont dites post-synaptiques puisqu'elles se fixent sur des récepteurs cellulaires localisés sur la membrane post-synaptique de la jonction neuromusculaire. Actives seulement sur le système nerveux périphérique, elles n'… Lire la suite
VISION - Neurophysiologie visuelle

Écrit par :  Jean BULLIER

Dans le chapitre "Réponses on et off et interactions entre centre et pourtour"  : …  un cône à une cellule ganglionnaire de type bêta dans la partie fovéale de la rétine (fig. 5). *Le cône possède deux types de synapses avec deux types de cellules bipolaires : les synapses excitatrices (ou plus exactement des synapses qui maintiennent le signe de la modification du potentiel de membrane ; signe + sur la figure 5) font… Lire la suite

Afficher la liste complète (26 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média