BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

SYMBOLE

Traditionnellement, le terme de symbole recouvre trois ensembles de significations nettement distincts.

Le sens courant attribue à la notion de symbole un sens proche de celui d'analogie emblématique. La colombe est le symbole de la paix, le lion est le symbole du courage, la croix latine est le symbole du christianisme, le sceptre et la couronne sont les symboles de la royauté, ou du pouvoir. On peut dire de manière générale que ce sens se confond avec celui d'une concrétisation (objet, animal, figure...), d'une réalité abstraite (vertu, état, pouvoir, croyance...)

Le sens étymologique du mot grec σ́υμϐολον, dérivé du verbe συμϐ́αλλω, « je joins », définit un objet partagé en deux, la possession de chacune des deux parties par deux individus différents leur permettant de se rejoindre et de se reconnaître. Lorsqu'on est condamné à vivre dans la clandestinité, ou en d'autres occasions similaires, le partage en deux d'un billet de banque permet la reconnaissance et la sécurité de parole à deux personnes ne se connaissant pas : les deux parties du billet ou, plutôt, le dispositif lié qu'elles permettent, sont au sens propre un symbole. Il en est de même, à un niveau plus abstrait, de la pratique du « mot de passe », ainsi que, d'une manière encore plus élaborée, de toute formule dont la possession et la locution permettent à des membres d'une même communauté de se reconnaître comme tels : le Symbole des Apôtres (le Credo), par exemple, a eu ce rôle dans le christianisme.

Ces deux premiers sens ont entre eux d'évidentes relations, qui seront à élucider. Ils n'ont pas de rapport semblable avec la troisième signification, celle du symbole logico-mathématique, par lequel on entend tout signe graphique, ou bien indiquant une grandeur donnée, ou bien prescrivant une opération précise sur ces grandeurs. Ainsi, dans la formule :

(f), yx, l'exposant 2 de x, le signe + et le signe − sont des symboles. Le symbole se définit ici en relation avec l'algorithme, « ensemble de règles opératoires propre […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  8 pages…

Pour citer cet article

Dominique JAMEUX, « SYMBOLE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbole/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« SYMBOLE » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

Écrit par :  Claire BOULLIERGeneviève CALAME-GRIAULEMichèle COQUETFrançois NEYT Universalis

Dans le chapitre "La vision du monde"  : …  de la création un message destiné aux humains. C'est la « parole du monde » (aduno so),* c'est-à-dire le symbole, base de la classification des êtres et des choses en « familles », réunies entre elles par un système de correspondances qui constituent une explication de l'Univers. Cette lecture symbolique de leur environnement constitue… Lire la suite
ALCHIMIE

Écrit par :  René ALLEAU Universalis

Dans le chapitre "L'univers symbolique du Grand Œuvre"  : …  *La littérature alchimique et son langage, tels que le corpus traditionnel occidental en présente les témoignages, ont eu pour but principal de transmettre, sous le voile de leurs structures particulières et grâce à elles, une révélation et une illumination qui dépendaient d'un seuil d'éveil intérieur. En le franchissant, le néophyte… Lire la suite
ALLÉGORIE

Écrit par :  Frédéric ELSIGJean-François GROULIERJacqueline LICHTENSTEINDaniel POIRIONDaniel RUSSOGilles SAURON

Dans le chapitre "La Renaissance"  : …  qui fondent la notion d'allégorie : le symbole, la personnification et l'exemplification. Le* terme « symbole », dont l'acception varie selon les domaines d'application, désigne ici un signe qui, composé le plus souvent d'éléments physiques relevant de catégories infra-humaines, renvoie à diverses significations, généralement d'ordre… Lire la suite
ANTIQUITÉ - Le christianisme primitif

Écrit par :  Jean PÉPIN

Dans le chapitre "La véritable portée des influences païennes"  : …  pour des esprits moyens ne peut exprimer ses croyances les plus hautes que par le secours de *symboles ; mais le choix de ces symboles et la signification qui leur est assignée ne sont pas arrêtés arbitrairement ; ils sont donnés par avance, commandés par des archétypes qui constituent la structure même de l'esprit humain. C'est le mérite de… Lire la suite
BESTIAIRES

Écrit par :  Françoise ARMENGAUDDaniel POIRION

…  réels ou imaginaires, dont les propriétés, généralement merveilleuses, sont présentées comme *symboles moraux ou religieux. Ainsi, dans le Physiologus, au xiie siècle, les bestiaires, rédigés en latin ou en français, constituent des documents précieux pour l'étude de la mentalité médiévale. Ils apportent un… Lire la suite
BONNET PHRYGIEN ou BONNET ROUGE

Écrit par :  Hervé PINOTEAU

… *Coiffure de diverses formes, portée d'abord par les Phrygiens, le bonnet qui porte le nom de ce peuple devint signe d'affranchissement à Rome, mais la mise du pileus sur la tête de l'esclave affranchi n'était qu'un aspect accessoire de la cérémonie. Signe de liberté, un bonnet ou chapeau figurant sur des médailles d'argent, rappellera sous… Lire la suite
CASSIRER ERNST (1874-1945)

Écrit par :  Gilbert DURAND

Dans le chapitre "La construction d'un univers humain"  : …  du système cassirérien repose sur le primat et l'extension de la fonction symbolique ; la notion de *symbole recouvre « la totalité des phénomènes qui, sous quelque forme que ce soit, manifestent un sens au sein du sensible [...] et où quelque chose de sensible est représenté comme le revêtement d'un sens ». Aucune signification ne peut cependant… Lire la suite
CENTRE, symbolisme

Écrit par :  Alain DELAUNAY

… *Méditant sur le symbolisme du centre, C. G. Jung évoque une image qui, dans l'hindouisme, présente Maya comme une araignée tissant, au centre de sa toile, le monde illusoire des sens. Il s'agit selon lui d'une image adéquate pour exprimer la peur de la conscience restreinte au moi, devant les processus inconscients. Le symbole du centre, symbole d'… Lire la suite
CERCLE, symbolisme

Écrit par :  Alain DELAUNAY

… *Le cercle est une figure qui exerce une réelle fascination sur l'imagination humaine. Ce fait ne peut être réduit à une simple dimension subjective ; il reflète tout autant une dimension objective, constituant ainsi l'un des archétypes les plus universels. C'est à travers la révélation de sa forme que Parménide a fondé la métaphysique occidentale,… Lire la suite
CHEMIN, symbolisme

Écrit par :  Alain DELAUNAY

… *Dans toute tradition religieuse ou métaphysique, l'image du chemin est un symbole de la quête de l'Être. Il s'agit probablement d'une des images les plus sacrées — ce qu'exprime bien la parole du Christ : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jean XIV, 6). De fait, que ce soit par la médiation des arts plastiques ou par celle de la… Lire la suite
CIEL SYMBOLISME DU

Écrit par :  Gilbert DURAND

…  s'agit de classer d'abord si l'on veut bien comprendre toute l'importance de cet archétype majeur.* On pourrait dire que le Ciel est le symbole de la Toute-Puissance, parce qu'il allie l'altitude de la transcendance, la coexistence harmonieuse de contraires et de pluralités, et la régularité exemplaire de ses phases. Transcendance, solution… Lire la suite
COULEURS, histoire de l'art

Écrit par :  Manlio BRUSATIN

Dans le chapitre "Perception, représentation et production de la couleur dans les civilisations antiques"  : …  des sensations associées à des significations morales. C'est ainsi que le grand-prêtre revêt les *symboles des douze tribus d'Israël : la sardoine (rouge) équivaut au courage ; l'émeraude (vert) sert d'antidote au poison ; la topaze (jaune) suscite la douceur ; l'escarboucle (orange) agit sur la chaleur du corps ; le jaspe (vert intense)… Lire la suite
EAUX SYMBOLISME DES

Écrit par :  Gilbert DURAND

Au premier abord, le symbolisme des eaux semble le type même du symbolisme pluriel,* voire du rassemblement de symboles contradictoires : Bachelard a bien montré dans un essai célèbre, L'Eau et les rêves, combien les axes de symbolisation proposés par l'élément liquide étaient divergents. À l'eau calme s'oppose l'eau rapide… Lire la suite
ÉSOTÉRISME

Écrit par :  Serge HUTIN

Dans le chapitre "La tradition et les traditions"  : …  et discursive, une seule possibilité se trouve ouverte pour les atteindre : le maniement des *symboles. Dans ses Aperçus sur l'initiation, Guénon précise : « L'enseignement concernant l'inexprimable ne peut évidemment que le suggérer à l'aide d'images appropriées, qui seront comme les supports de la contemplation [...] Cela revient à… Lire la suite
ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

Écrit par :  Raymond William FIRTH

Dans le chapitre "La cohésion du groupe et son symbolisme"  : …  valeur émotionnelle du symbole a de puissance et plus grand sera le loyalisme à l'égard du groupe. *Symbole d'union fréquent et efficace, le chef signifie à la fois bien-être et fécondité pour la société ; il est ainsi sacralisé et reçoit d'importantes fonctions rituelles. À la limite, on le considérera comme l'incarnation d'une divinité. Parfois,… Lire la suite
EXÉGÈSE ALLÉGORIQUE

Écrit par :  Hervé SAVON

Dans le chapitre "L'explication d'Homère et de Virgile"  : …  les poèmes homériques, fut considéré comme recélant un sens caché, soit cosmologique, soit moral. *La guerre des dieux devint la lutte des éléments ; l'union de Jupiter et de Junon, la fécondation de la terre par le ciel ; Ulysse aux mille ruses, le symbole de l'âme exilée, en quête de sa patrie céleste. Cette exégèse descendait aux détails et… Lire la suite
FÊTE

Écrit par :  François-André ISAMBERTJean-Pierre MARTINON

Dans le chapitre "Fonction expressive de la fête"  : …  chose, même si l'objet est futile en apparence (une rencontre, un avancement, etc.). Le rôle du *symbole n'est pas alors de simplement signifier l'objet, l'événement, mais de le célébrer (en donnant à ce terme la signification la plus large, profane aussi bien que religieuse), d'utiliser tous les moyens d'expression pour faire apparaître la… Lire la suite
FEU SYMBOLISME DU

Écrit par :  Gilbert DURAND

…  » de ce dernier passe légendairement pour être l'invention primordiale. Aussi, tandis que les *symboles des trois autres éléments étaient plutôt du ressort du psychologue, voire du psychanalyste travaillant à l'écart des implications sociales et culturelles, la symbolique du feu intéresse surtout l'anthropologie sociale et culturelle, comme en… Lire la suite
FRANC-MAÇONNERIE

Écrit par :  Roger DACHEZLuc NEFONTAINE

Dans le chapitre "Un monde de symboles"  : …  Allemagne. La nouvelle société maçonnique reprend à son compte les outils de la construction pour en faire des* symboles. Le seul lien historique tangible entre la maçonnerie opérative et médiévale et la maçonnerie spéculative et moderne tient dans cette appropriation d'outils de la construction soumis au processus de symbolisation. Le thème de la… Lire la suite
JUNG CARL GUSTAV (1875-1961)

Écrit par :  Étienne PERROT

Dans le chapitre "Le dynamisme des images oniriques"  : …  naturelle qui doit être examinée comme telle, au même titre qu'une fleur ou qu'une gemme. Les *symboles qu'il met en œuvre pour peindre une situation ne sont pas uniquement des signes, des allégories créées par une fonction de « censure » servant à dissimuler des figures de l'état de veille, ce qui est la conception freudienne. Ce sont des… Lire la suite
MAGIE

Écrit par :  René ALLEAURoger BASTIDE

Dans le chapitre "La magie dans la société"  : …  conventionnel et traditionnel de la magie. D'abord, dans la magie imitative, toutes les qualités du *symbole ne sont pas transmises au symbolisé ; on n'en retient qu'un : de l'argile, sa mollesse ; de l'argent, son éclat ; il y a là une abstraction extrêmement artificielle qui se transmet de génération en génération. En outre, le nombre des… Lire la suite
MASQUES

Écrit par :  Jean GUIART

Dans le chapitre "Nature et signification du masque"  : …  Un autre problème se pose : celui de la représentation du masque. Peut-on toujours en décrypter le *symbole ? Certains sont des œuvres non figuratives avant la lettre. Parfois on peut se demander si l'on est en présence d'un porteur de masque ou du présentateur mobile d'un objet symbolique. D'autres masques portent un nom qui ne veut rien dire, un… Lire la suite
MYTHE - L'interprétation philosophique

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Hegel et les représentations religieuses"  : …  la philosophie de montrer que cette aliénation comporte en elle-même l'exigence de son dépassement. *On peut bien rapporter à l'influence de Hegel cette affirmation selon laquelle « une idole doit mourir pour qu'un symbole naisse ». C'est, en effet, la mort des idoles qui jalonne l'ascension de la représentation vers le concept. Il y a d'abord une… Lire la suite
NATION - Nation et idéologie

Écrit par :  Maxime RODINSON

Dans le chapitre "Les symboles"  : …  Les manifestations d'unité ne peuvent être perpétuelles. D'où l'importance particulière des* symboles qui marquent à tout moment l'appartenance au groupe ethnico-national : tatouages, scarifications, peintures corporelles et mutilations, costumes nationaux, drapeaux et emblèmes, types de maisons et plans de villages, types d'écriture et… Lire la suite
OBJET

Écrit par :  Gilles Gaston GRANGER

Dans le chapitre "Les objets, le langage et la pensée"  : …  quelque chose, le concept étant, dans son usage propre, prédicat. D'autre part, l'opposition entre* symbole « saturé » et « non saturé » : le symbole d'objet est saturé en ce qu'il est complet en lui-même, alors que le symbole de concept (ou plus généralement de « fonction ») comporte une ou plusieurs places encore vides et devant être occupées… Lire la suite
PARAPLUIE, histoire de la mode

Écrit par :  Annie SAGALOW

… *L'homme a toujours cherché à se protéger du soleil et de la pluie au moyen de dispositifs mobiles et portables : parasols, ombrelles, parapluies et en-cas ont répondu, au fil des siècles, à cette demande. Le parasol, objet d'utilité pratique dont l'origine reste obscure (certains la font remonter à une légende chinoise du xiie … Lire la suite
LA PHILOSOPHIE DES FORMES SYMBOLIQUES, livre de Ernst Cassirer

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Dans le chapitre "Mythe et symbole"  : …  *L'opposition entre mythe et symbole permet de lire a posteriori la thèse centrale de La Philosophie des formes symboliques comme l'affirmation d'un pouvoir libérateur de la culture. L'homme est un « animal symbolique ». Il ne cesse de produire du sens ou, pour le dire autrement, de construire un « monde » qui l'arrache à son individualité… Lire la suite
PRAGMATISME

Écrit par :  Gérard DELEDALLE

Dans le chapitre "Le pragmatisme, théorie de la vérité ou théorie de la signification ?"  : …  sa Logique, est admise aujourd'hui en Amérique au niveau de l'expression tout au moins. *On y distingue le signe et le symbole qui sont les supports du sens et de la signification. Le signe-sens renvoie au monde des choses : il désigne. Le symbole-signification renvoie, dans l'univers des symboles-significations, à d'autres symboles-… Lire la suite
RATIONALISME

Écrit par :  Gilles Gaston GRANGER

Dans le chapitre "Quelques variantes historiques du rationalisme"  : …  connaissance achevée et authentique l'impression pure et simple prise comme telle, ou l'image. *Et les épicuriens et les stoïciens eux-mêmes, qui placent de telles impressions reçues par les sens à la source du savoir, décrivent chacun à leur manière une activité de pensée qui les enrégimente et les transmue en symboles. Dans cette mesure, ils… Lire la suite
RELIGION - Religion et idéologie

Écrit par :  Henry DUMÉRY

Dans le chapitre "Symbole, mythe, facteur idéologique"  : …  de faire le point sur ce qu'on sait désormais de la constitution des religions. La structure* symbolique de celles-ci est mieux connue. Plus exactement, elle est reconnue. On accorde que la religion a un langage à elle, celui du symbole, irréductible au langage purement conceptuel. On discerne que le symbole fait « sursignifier » un sens… Lire la suite
RELIGION - L'anthropologie religieuse

Écrit par :  Roger BASTIDE

Dans le chapitre "Ethnologie religieuse et anthropologie religieuse"  : …  de leur arrachement ». Il faut, si l'on préfère, considérer les religions comme des systèmes de *symboles, dans le sens le plus large du terme : un instrument, un geste sont des symboles au même titre qu'un dessin ou une parole. C'est le mérite de l'école de Griaule de nous le rappeler. Mais cela ne suffit pas ; pour échapper au vague des… Lire la suite
RENAISSANCE

Écrit par :  Eugenio BATTISTIJacques CHOMARATJean-Claude MARGOLINJean MEYER

…  extrême du dessin n'empêche pas l'imagination ou la raison de méditer sur la condition humaine ? *Dans l'immense forêt de symboles où se complaît la sensibilité de l'homme de la Renaissance, une plante, un animal, une figure géométrique, la proue d'un navire, le tube d'un canon ou une sphère armillaire renvoient spontanément à un tableau… Lire la suite
RÊVE

Écrit par :  Jean-François LYOTARD

Dans le chapitre "Le discours de savoir"  : …  organisation sociale moderne, on vient de suggérer qu'elle tient le déchiffrement et la lecture des *symboles pour des fantaisies de « primitifs ». Elle va plus loin encore : c'est le rêve lui-même qui, de ce point de vue, finit par perdre toute réalité, par n'être plus qu'illusion. Michel Foucault a montré qu'à partir de l'instauration du… Lire la suite
SCEPTRE

Écrit par :  Hervé PINOTEAU

… *Depuis l'Antiquité, bergers, rois et dieux portent de longs sceptres qui sont le signe de leur autorité sur le troupeau, sur le peuple ou sur le cosmos. On y place souvent au sommet un emblème destiné à montrer quelle est la source de ce pouvoir, le symbole de la divinité tutélaire, parfois une fleur de lis ou encore un oiseau (aigle, colombidé… Lire la suite
SOI, psychologie

Écrit par :  Alain DELAUNAY

… *« L'endroit où le soi, le non-moi psychologique, est endormi est l'endroit le plus banal du monde — une gare, un théâtre, la famille, la situation professionnelle. » La psychologie des profondeurs telle que l'a théorisée Carl Gustav Jung repose sur une distinction entre deux instances psychiques : le moi, « la personnalité empirique et consciente… Lire la suite
SYMBOLIQUE

Écrit par :  Angèle KREMER-MARIETTI

Le symbolique constitue une topique, la topique du *symbole. Alors que le signe est arbitraire, inventé, unilatéral, sans vie, épuisé dans sa définition, clair et défini dans sa signification, le symbole est plus qu'un signe quelconque ; c'est originairement un signe de reconnaissance, puisque l'… Lire la suite
SYMBOLIQUE, psychanalyse

Écrit par :  Jean-Claude SEMPÉ

… *Le mot « symbolique » est employé sous sa forme substantive par Freud dans L'Interprétation des rêves : il désigne les symboles ayant une signification constante tels qu'on peut les retrouver dans certaines productions de l'inconscient et notamment le rêve. La cinquième section du chapitre vi de L'Interprétation est… Lire la suite
TEILHARD DE CHARDIN PIERRE (1881-1955)

Écrit par :  Claude CUÉNOT

Dans le chapitre "Le style et la symbolique"  : …  le théologien et a fortiori le mystique qu'est Teilhard dispose d'un bel outillage stylistique. *Chez lui, des notions comme celles de terre, de feu, d'eau, de centre, d'axe, etc. sont de nature symbolique, c'est-à-dire qu'au-delà de leurs rapports avec la géométrie ou avec les sciences de la nature elles visent un complexe sémantique, en… Lire la suite
TERRE SYMBOLISME DE LA

Écrit par :  Gilbert DURAND

…  dans la familiarité de notre espèce, de « boucher » toute imagination par de brutes perceptions. On* constate, spécialement dans le contexte indo-européen, que le symbolisme de la terre, dans ses deux polarisations fondamentales nocturne (ou dionysiaque) et diurne (ou apollinienne), récapitule pour ainsi dire – du berceau à la tombe, de l'enfer à… Lire la suite
THÉOSOPHIE

Écrit par :  Antoine FAIVRE

Dans le chapitre "Herméneutique théosophique et discours mythique"  : …  d'outil méthodologique et provisoire. Car, bien plus que le recours au concept, c'est le recours au *symbole qui assure le ressaisissement de l'expérience mythique. Tout mythe, dans la mesure où il est complet – c'est-à-dire dans la mesure où il consiste en ce triptyque évoqué plus haut –, se présente du même coup, et par définition, comme un récit… Lire la suite
TRADITION

Écrit par :  René ALLEAUJean PÉPIN

Dans le chapitre "La tradition et l'expérience du sacré"  : …  Alleau des synthèmes. Seule, une tradition initiatique et religieuse peut transmettre des *symboles. Les premiers évoquent des liens mutuels de nature sociale ou des rapports fondés sur des signes conventionnels constituant un ensemble logique ou un système de langage qui, par son origine, son évolution et son usage, est toujours… Lire la suite
TRÔNE

Écrit par :  Hervé PINOTEAU

… *Fauteuil sur lequel le souverain s'assied lors des grandes cérémonies, le trône s'insère en général dans un décor destiné à mettre un homme au-dessus du commun des mortels : les trônes sassanides et byzantins plaçaient le souverain au milieu du cosmos, à mi-chemin entre ciel et terre, position souvent suggérée depuis l'Antiquité par des fauteuils… Lire la suite
UNE HISTOIRE SYMBOLIQUE DU MOYEN ÂGE OCCIDENTAL (M. Pastoureau)

Écrit par :  Frédéric ELSIG

…  Elles ont ainsi permis de mettre en évidence les structures fondamentales des codes et des* symboles produits par les sociétés médiévales. Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental (coll. La Bibliothèque du xxie siècle, Seuil, Paris, 2004), qui reformule dix-sept articles parus entre 1976 et 2003, en… Lire la suite

Afficher la liste complète (43 références)

 

Voir aussi

 

Dictionnaire

Définition du mot "SYMBOLE"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média