BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

VICHY RÉGIME DE

Entre juillet 1940 et août 1944, les Français eurent à supporter à la fois la sujétion de l'occupant allemand et les contraintes de plus en plus lourdes, au fil des ans, du régime le plus autoritaire et le plus répressif que la France ait connu au xxe siècle. Si la grande majorité des Français firent d'abord confiance au maréchal Pétain pour faire face à la grave crise d'identité nationale provoquée par la déroute de mai-juin 1940, ils se détachèrent progressivement du régime de « l'État français » qui s'était installé bon gré mal gré dans la ville de Vichy. À la fois parce qu'il devenait un régime de plus en plus policier et parce qu'il se faisait le complice de l'occupant, notamment dans la persécution des Juifs de France. L'Occupation a sans doute profondément marqué la génération des Français des années noires, mais c'est Vichy qui continue de susciter les enjeux de mémoire les plus vivaces, dans lesquels on doit inclure l'ambivalence des attitudes du Français moyen.

1.  La fin sans gloire de la IIIe République

En 1945, dans la classe politique issue de la IIIe République, on expliquait couramment le régime de Vichy en évoquant un complot qu'aurait fomenté Philippe Pétain pour prendre le pouvoir et abattre la République. Ce grief, finalement retenu par l'accusation lors du procès qui fut intenté à l'ancien chef de l'État français en juillet-août 1945, permettait d'éluder les responsabilités de nombreux acteurs de l'été de 1940.

En fait, Vichy naît du profond traumatisme causé par la mise en déroute, en moins de six semaines (entre le 10 mai et le 22 juin 1940), de l'armée française, elle qui passait pour la meilleure du monde, et de la crise d'identité nationale d'une ampleur exceptionnelle qui s'ensuivit. C'est de ce traumatisme que témoigne aussi l'exode, cette grande peur qui fit déferler, en mai et juin 1940, quelque 7 à 8 millions de femmes et d'hommes sur les routes du nord de la Loire. La déliquescence de la classe politique, faisant de Philippe Pétain, ultime président du Conseil de la IIIe République, son unique recours, comme le hara-kiri des parlementaires, qui lui délèguent le 10 juillet 1940 les pouvoirs constituants et lui donnent un blanc-seing pour gouverner, fournirent au régime de Vichy une apparence légale incontestée à l'époque par les Français.

[...]
1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  10 pages…

 

Pour citer cet article

Jean-Pierre AZÉMA, « VICHY RÉGIME DE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/regime-de-vichy/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« VICHY RÉGIME DE » est également traité dans :

UNE EXCEPTION ORDINAIRE (A. Bancaud)

Écrit par :  Frédéric CHAUVAUD

Tandis que les études d'histoire judiciaire se multiplient sur les avocats, le parquet, la justice politique et les grandes affaires, la magistrature , dans son ensemble, à condition d'excepter la grande fresque, volontiers hagiographique, publiée par Marcel Rousselet en 1957, restait un angle mort de cette recherche. La visée d'Alain Bancaud,… Lire la suite
ABETZ OTTO (1903-1958)

Écrit par :  Jean BÉRENGER

Important dignitaire nazi, artisan dès avant 1933 d'une réconciliation franco-allemande en particulier avec Jean Luchaire et Fernand de Brinon, Otto Abetz eut pour rôle essentiel d'occuper, de 1940 à 1944, le poste d'ambassadeur d'Allemagne à Paris. Sa mission avait un double caractère qui dépassait largement celle d'un… Lire la suite
AFFICHE ROUGE L'

Écrit par :  Stéphane COURTOIS

Dans le chapitre "Les F.T.P.-M.O.I."  : …  pression sur la police française. Dangereuse aussi parce qu'à la Préfecture de police de Paris, les Renseignements généraux disposent de brigades spéciales (B.S.) anticommunistes, créées dès 1939, et qui connaissent fort bien le milieu communiste et ses formes d'organisation et d'action clandestines. Dangereuse enfin parce que ces B.S.… Lire la suite
ANTISÉMITISME

Écrit par :  Esther BENBASSA

Dans le chapitre "L'ère nazie : 1933-1945"  : …  En France, les premières mesures discriminatoires en zone occupée sont l'œuvre des autorités allemandes. Dès le 27 septembre 1940, les Allemands promulguent une ordonnance définissant qui est juif. Ceux qui répondent à cette définition sont tenus de se faire recenser jusqu'au 20 octobre, auprès de la sous-préfecture de leur domicile. Mais le 3… Lire la suite
ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

Écrit par :  Anatole KOPP

modestes, Jules Formigé, délégué du conseil régional de Paris de l'ordre des architectes récemment créé par le gouvernement de Vichy, tentera lui aussi, en 1943, de montrer à ses collègues la correspondance nécessaire entre l'architecture et la nouvelle idéologie vichyssoise : « La famille est la base de l'État, car c'est elle qui dure ; on a… Lire la suite
ARMISTICE DE 1940

Écrit par :  Guy ROSSI-LANDI

L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de la Belgique et de la Hollande par l'armée allemande… Lire la suite
ART SOUS L'OCCUPATION

Écrit par :  Laurence BERTRAND DORLÉAC

En France, entre 1940 et 1944, l'art ne resta pas étranger à la situation historique. Sur la scène artistique, rien ni personne n'échappa à la tourmente, ni les dirigeants, ni les médiateurs (critiques ou conservateurs), ni les artistes, rappelés brutalement au chevet d'une communauté désemparée, ni le public ; tous certains que l'art devait… Lire la suite
AUPHAN GABRIEL (1894-1982)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

Jeanne d'Arc, croiseur-école de la Marine nationale. Sous-chef d'état-major en 1939, après avoir appartenu aux cabinets des ministres de la Marine Georges Leygues et François Pietri en 1928 et 1934, il est nommé directeur du cabinet de l'amiral Darlan, secrétaire d'État à la Marine du gouvernement de Vichy… Lire la suite
BELIN RENÉ (1898-1977)

Écrit par :  Paul CLAUDEL

Commis à la Compagnie des téléphones, puis rédacteur aux P.T.T. en 1920, René Belin est secrétaire du syndicat C.G.T. des postiers de la région lyonnaise en 1926. Devenu secrétaire de la Fédération nationale des P.T.T., il est révoqué pour fait de grève (1930). Il accède en 1933 au bureau national de la C.G.T., aux côtés de… Lire la suite
BERGERY GASTON (1892-1974)

Écrit par :  Paul MORELLE

Après la défaite, à Bordeaux, Gaston Bergery, avec Marquet et Laval, mène campagne contre le régime parlementaire. Il devient vite un des principaux collaborateurs du maréchal Pétain… Lire la suite
BLUM LÉON (1872-1950)

Écrit par :  René GIRAULT

Dans le chapitre "Le sage et le recours"  : …  Léon Blum est redevenu simple chef d'un parti, en perte de vitesse, déchiré par le problème du pacifisme. Il se situe parmi ceux qui veulent « résister », sans exclusives, mais sans concessions. Très meurtri par la défaite de juin 1940, il est à l'avance condamné par les dirigeants de Vichy, régime qui se veut la « revanche » sur le Front populaire… Lire la suite
BOULADOUX MAURICE (1907-1977)

Écrit par :  André JEANSON

Signataire en 1940, contre le régime de Vichy, du célèbre Manifeste des Douze, qui annonce le programme du Conseil national de la Résistance, Bouladoux, en 1948, après le nouveau départ du syndicalisme qui suit la Libération, succède à Gaston Tessier, qui devient président, au poste de secrétaire général de la C.F.T.C. L'… Lire la suite
BOUSQUET RENÉ (1909-1993)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

général à Reims (1939), de préfet de la Marne (septembre 1940) et de préfet régional de Champagne (1941). Mais son serment de fidélité au maréchal Pétain, chef de l'État français, la confiance de Pierre Laval et sa conception de la souveraineté française dans les affaires de police l'amenèrent à devenir le complice actif de la déportation… Lire la suite
BRUCKBERGER RAYMOND (1907-1998)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

où l'homme se révèle jusqu'au fond et comprend que la patrie n'est pas un théorème ». Sous l'Occupation, il déplore que les catholiques ne résistent pas tous au nazisme, puisque le pape l'a condamné ; il regrette surtout que l'épiscopat français ait légitimé le régime de Vichy et laissé les catholiques de la Résistance dans… Lire la suite
CARREL ALEXIS (1873-1944)

Écrit par :  Universalis

, il salue en 1936 les « mesures énergiques » prises par l’Allemagne nazie en ce domaine –, participaient de l’idéologie que le régime de Vichy impose à partir de juillet 1940. Membre du P.P.F., le parti fasciste puis collaborationniste de Jacques Doriot, Alexis Carrel se voit confier, en 1941, par le maréchal Pétain la création et la… Lire la suite
C.F.T.C. (Confédération française des travailleurs chrétiens)

Écrit par :  René MOURIAUX

Dans le chapitre "Du S.E.C.I. à la déconfessionnalisation"  : …  L'avènement du régime de Vichy, approuvé par la hiérarchie catholique, place la C.F.T.C. dans l'embarras. Elle se reconnaît dans de nombreuses orientations du maréchal Pétain : la restauration de la famille, l'appui donné à l'enseignement confessionnel, l'instauration de la paix sociale. En revanche, elle est hostile à la formule du syndicat unique… Lire la suite
C.G.T. (Confédération générale du travail)

Écrit par :  Jean BRUHATUniversalisRené MOURIAUX

Dans le chapitre " La C.G.T. et la Seconde Guerre mondiale"  : …  armistice de 1940 et la formation du gouvernement de Vichy mettent en cause l'existence même de la C.G.T. Quelques dirigeants confédéraux d'avant guerre se rallient à la politique de Vichy et l'un d'entre eux, Belin, devient même pendant quelque temps ministre, secrétaire d'État à la Production industrielle et au Travail. Le 9 novembre 1940, la… Lire la suite
CHAUTEMPS CAMILLE (1885-1963)

Écrit par :  Armel MARIN

Combattant volontaire de la Première Guerre mondiale, Camille Chautemps est avocat et maire de Tours à partir de 1919 et député radical-socialiste d'Indre-et-Loire de 1919 à 1928. Ensuite, député du Loir-et-Cher de 1929 à 1934, il devient sénateur et le reste jusqu'en 1940. Il inaugure sa carrière ministérielle en 1924, avec le portefeuille de l'… Lire la suite
CONSTITUTIONS FRANÇAISES - (repères chronologiques)

Écrit par :  Christian HERMANSEN

Régime de VichyAdoptée par les députés et sénateurs réunis en Assemblée nationale (par 559 voix contre 80 et 26 abstentions), la loi du 10 juillet 1940 donne tout pouvoir au gouvernement et à son chef, Philippe Pétain, pour promulguer une nouvelle constitution. Le lendemain,… Lire la suite
CORTOT ALFRED (1877-1962)

Écrit par :  Pierre BRETON

Dans le chapitre "De l’ombre à la résurrection"  : …  (haut-commissaire aux Beaux-Arts, directeur artistique des Services de la jeunesse) sous les gouvernements Pétain et Laval. Il fait sa rentrée à Paris en 1941 et participe avec Jacques Thibaud à un gala organisé par la Propagandastaffel. Il accepte enfin, en juin 1942, l'engagement que lui offre Furtwängler et il se produit à Berlin, Leipzig,… Lire la suite
COUVE DE MURVILLE MAURICE (1907-1999)

Écrit par :  Bruno DIVE

La défaite de 1940 et l'Occupation n'émeuvent pas outre mesure ce fonctionnaire qui s'installe presque naturellement à Vichy. Il est nommé directeur des Finances extérieures et des Changes en septembre 1940 et siège à ce titre à la commission d'armistice de Wiesbaden. Muni d'un passeport diplomatique, il rejoint néanmoins Alger après le… Lire la suite
CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

Écrit par :  Mario BETTATI

Dans le chapitre "L'intention de l'auteur"  : …  d'une politique qui fut appliquée dans l'État dont il est lui-même ressortissant. On sait comment, dans l'affaire Touvier, la première chambre d'accusation de la cour d'appel de Paris – dans une décision de non-lieu vivement critiquée, rendue en deux cents pages le 13 avril 1992 – ne lui avait pas appliqué la définition des… Lire la suite
CUSIN GASTON (1903-1993)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

République espagnole entre 1936 et 1939, malgré la règle officielle de non-intervention. Chef du service du blocus en avril 1940, il est rétrogradé par Vichy et emprisonné en 1942 avant d'être un militant actif de la C.G.T. clandestine, de Libération-Nord et du N.A.P. (Noyautage des administrations publiques), tout en ayant des liaisons avec les… Lire la suite
DARLAN FRANÇOIS (1881-1942)

Écrit par :  Armel MARIN

On rappelle encore volontiers une « bonne histoire » qui courait pendant la guerre : « La France a trois amiraux : Esteva, qui n'a jamais connu l'amour ; Darlan, qui n'a jamais connu la mer, et le vrai loup de mer qui a bourlingué toute sa vie et qui, lui, n'a jamais connu Darlan. » Cette ironie est-elle justifiée ? Né à Nérac dans une famille de… Lire la suite
DÉAT MARCEL (1894-1955)

Écrit par :  Guy ROSSI-LANDI

D'origine modeste, Déat fait des études brillantes : en juillet 1914, il est reçu à l'École normale. La même année, il adhère à la S.F.I.O. Après la guerre, qu'il termine avec le grade de capitaine, il passe l'agrégation de philosophie et est nommé professeur à Reims. Sa carrière politique débute en 1925 par un mandat de… Lire la suite
DECOUX JEAN (1884-1963) amiral français

Écrit par :  Universalis

alliés vers la Chine, et d'utiliser les bases aériennes indochinoises pour faciliter la conquête de celle-ci. Decoux demande de l'aide à Vichy, qui lui conseille de se soumettre aux demandes des Japonais ; le 20 septembre, il signe un traité ouvrant à ces derniers le port d'Haiphong et leur donnant le droit de poster leurs troupes au Tonkin… Lire la suite
DRIEU LA ROCHELLE PIERRE (1893-1945)

Écrit par :  Dominique FERNANDEZ

Dans le chapitre "Drieu et la politique"  : …  triomphe de l'homme totalitaire que parce qu'il se sentait lui-même mortellement divisé. Après la défaite de 1940, il se rallia, comme on sait, à la collaboration franco-allemande, mais ce qu'on sait moins, c'est la déception, le dégoût que lui inspirèrent bientôt Hitler, la politique pétainiste, son propre rôle. Directeur de la Lire la suite
DUVERGER MAURICE (1917-2014)

Écrit par :  Didier MAUS

temps à autre, ses erreurs de jeunesse, dans le voisinage de la droite extrême, refaisaient surface. Son article sur « La Situation des fonctionnaires depuis la révolution de 1940 », en réalité sur l’exclusion des juifs de la fonction publique, publié en 1941 dans la Revue de droit public et omis dans la bibliographie… Lire la suite
EINSTEIN CARL (1885-1940)

Écrit par :  Liliane MEFFRE

Dans le chapitre "Exil et constat d'échec"  : …  démuni, il est recueilli un temps par Louise et Michel Leiris. Il essaye de reprendre pied, mais, Allemand vivant en France, il est frappé par le décret du 25 mai 1940 et interné dans un camp près de Bordeaux. Il est relâché en raison de son âge, mais il erre sur les routes du Midi et, redoutant de tomber aux mains des Allemands, il tente de se… Lire la suite
ÉPURATION (1944-1945)

Écrit par :  Armel MARIN

En France, répression des actes de collaboration avec l'ennemi, en particulier à partir de l'été 1944. Dès le début de 1943, la mise à l'index de tous ceux qui avaient occupé de hautes fonctions dans le gouvernement de Vichy était décidée par les résistants et les gaullistes. En novembre 1943, l'Assemblée consultative d'Alger se prononce pour la… Lire la suite
EXTRÊME DROITE

Écrit par :  Jean-Yves CAMUS

Dans le chapitre "Fascisme français ?"  : …  dans les mouvements antidémocratiques des années 1918-1940, puis dans l'idéologie de la Révolution nationale de Vichy et bien sûr, dans les fascismes. Et ce que le sens commun nomme rétrospectivement « extrême droite » (Bergery, Déat et Doriot, les « ligues » en général) peut à bon droit être considéré comme une variante spécifiquement française… Lire la suite
FAURE PAUL (1878-1960)

Écrit par :  Paul CLAUDEL

Né à Périgueux, Paul Faure vient très jeune au socialisme et adhère au Parti ouvrier français de Jules Guesde. Élu à la direction du parti, il y représente la Haute-Vienne, dont la fédération est des plus actives : en 1904, son organe, Le Populaire du Centre, est le seul journal fédéral qui soit quotidien. Pendant la Première… Lire la suite
F.F.L. (Forces françaises libres)

Écrit par :  Armel MARIN

Reconnu par Churchill chef des Français libres le 28 juin 1940, le général de Gaulle signa un accord avec le gouvernement britannique par lequel il s'engageait à « assurer la restauration intégrale de l'indépendance et de la grandeur de la France » ; le gouvernement britannique autorisait la formation d'une force… Lire la suite
FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

Écrit par :  Pascal GAUCHONMichel HUSSON

Dans le chapitre "La modernisation selon Vichy et selon la Résistance"  : …  mise en avant se dessinent les grands courants et les grandes politiques de l'avenir. À Vichy, beaucoup mettent l'accent sur les racines morales de la défaite. « Je hais les mensonges qui nous ont fait tant de mal », explique le maréchal Pétain, et le redressement passe à ses yeux par un retour aux valeurs traditionnelles. Le général de Gaulle… Lire la suite
FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

Écrit par :  Jean-Louis HALPÉRIN

Dans le chapitre "Évolutions heurtées entre 1880 et 1945"  : …  Les quatre ans du régime de Vichy (1940-1944) ne sont pas à négliger dans l'histoire de l'ordre juridique français. Ils montrent comment la légalité républicaine et les valeurs qu'elle est censée défendre peuvent céder devant une législation autoritaire, édictée par le seul gouvernement, dont la valeur de droit positif n'a… Lire la suite
GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

Écrit par :  Jean LACOUTURE

Dans le chapitre "De Londres à Paris"  : …  se situent au printemps 1941 au Levant, en décembre 1941 à Saint-Pierre-et-Miquelon. L'amiral Darlan, chef de gouvernement de Vichy, ayant, après une entrevue avec Hitler, mis les aéroports de Syrie à la disposition de l'aviation nazie, le 10 mai 1941, Catroux, représentant de la France libre au Levant, décide d'agir pour les en chasser en… Lire la suite
GAULLISME

Écrit par :  Serge BERSTEIN

Dans le chapitre "Le gaullisme de guerre"  : …  France dans la guerre et, pour ce faire, de combattre l'Allemagne et ses alliés, militairement et politiquement, mais aussi d'affirmer avec force l'illégitimité du gouvernement de Vichy, qui a trahi la vocation profonde du pays en abandonnant le combat avant de se « ruer à la servitude », comme dira le général de Gaulle, citant Tacite, dans son… Lire la suite
GIONO JEAN (1895-1970)

Écrit par :  Laurent FOURCAUT

Dans le chapitre "Une période de transition"  : …  Giono sous l'Occupation (on peut lire désormais dans la Pléiade le passionnant Journal de l'Occupation) ? Résumons les faits. On a pu lui reprocher surtout la publication de Deux Cavaliers de l'orage dans La Gerbe (de décembre 1942 à mars 1943), hebdomadaire où les articles sur Giono… Lire la suite
GIRAUD HENRI (1879-1949)

Écrit par :  Solange MARIN

Brillant officier d'infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Henri Giraud participe ensuite à la guerre du Rif, puis devient professeur à l'École de guerre (1927-1929). Général en 1930, il retourne au Maroc. En 1936, il est gouverneur militaire de Metz et, en… Lire la suite
GRENIER FERNAND (1901-1992)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

aussi en qualité de messager du Komintern entre Moscou et Paris. Militaire pendant la drôle de guerre et la campagne de France, Fernand Grenier est interné comme communiste à partir du 5 octobre 1940 dans les centrales de Fontevrault et de Clairvaux. Transféré au camp de Châteaubriant le 15 mai 1941, il s'en évade le 18… Lire la suite
GRINGOIRE, journal

Écrit par :  Pierre ALBERT

Reprenant la formule du Candide de Fayard, Horace de Carbuccia fonda Gringoire en 1928. Né à Paris en 1891, d'origine corse — il fut même député d'Ajaccio en 1932 —, apparenté au romancier Marcel Prévost et au préfet de police Jean… Lire la suite
GUERRE MONDIALE (SECONDE)

Écrit par :  Henri MICHEL

Dans le chapitre "La « collaboration » en Europe"  : …  qui participent à la « croisade contre l'U.R.S.S. ». En France, le gouvernement de Vichy a offert en février 1942 à Hitler, qui a refusé, d'entrer en guerre contre le Royaume-Uni. Il a autorisé la levée d'une légion de volontaires français (L.V.F.) contre le bolchevisme. Pierre Laval, revenu au pouvoir en avril 1942, met l'… Lire la suite
HENRIOT PHILIPPE (1889-1944)

Écrit par :  Guy ROSSI-LANDI

Professeur de l'enseignement libre puis viticulteur, Philippe Henriot adhère en 1925 à la Fédération nationale catholique du général de Castelnau et en devient rapidement un des principaux orateurs. Partisan de l'union nationale, assez proche de Tardieu, il est candidat en 1928, élu député de la Gironde en 1932, réélu en 1936 mais invalidé,… Lire la suite
HOMME MUSÉE DE L', Paris

Écrit par :  Arnaud HUREL

Dans le chapitre "Création et évolution du musée de l’Homme"  : …  mondiale, le musée de l’Homme est directement et dramatiquement touché : sanctions du régime de Vichy (révocation de Paul Rivet), lois raciales, résistants pourchassés – spécialement les personnels actifs au sein de ce qui sera appelé plus tard le Réseau du musée de l’Homme (arrestations, déportations, exécutions). Affaibli… Lire la suite
I.N.E.D. (Institut national d'études démographiques)

Écrit par :  Alain DROUARD

Dans le chapitre "Le premier I.N.E.D. (1945-1962)"  : …  Il s'agit d'abord de l'héritage de Vichy, constitué notamment par la Fondation française pour l'étude des problèmes humains. Créée par une loi du 17 novembre 1941 comme établissement public de l'état, celle-ci avait reçu pour mission d'« étudier sous tous les aspects les mesures propres à sauvegarder, améliorer et développer la population française… Lire la suite
INTELLECTUEL

Écrit par :  Jean Marie GOULEMOT

Dans le chapitre "La guerre et l'Occupation"  : …  Après la défaite de 1940, les choses changeront. Son premier effet sera de provoquer la dispersion. Certains choisirent l'exil comme André Breton, Max Ernst ou Yves Tanguy. Les lois antisémites frappent l'enseignement, la presse, le cinéma, l'édition. Forte d'une condamnation sévère de la vie politique et de la guerre, l'extrême droite fasciste… Lire la suite
ITALIE - Histoire

Écrit par :  Michel BALARDPaul GUICHONNETJean-Marie MARTINJean-Louis MIÈGEPaul PETIT

Dans le chapitre "L'expansion 1935-1940"  : …  il renforce les liens avec l'Angleterre mais surtout se rapproche de la France. Le voyage de Laval à Rome lève les dernières difficultés le 7 janvier 1935. L'entente franco-italienne devient un élément essentiel de la diplomatie des deux pays. En fait, les accords ambigus, en partie secrets, laissent surtout à Mussolini « les mains libres pour l'… Lire la suite
J 3

Écrit par :  Claude LEFORT

À l'époque de la dernière guerre mondiale et pendant la période de rationnement qui se prolongea au-delà de son terme, le terme de J 3 désignait, en France, une catégorie de consommateurs, celle des adolescents, qui jouissait d'une carte d'alimentation donnant droit à une nourriture plus riche que celle des adultes. On… Lire la suite
JE SUIS PARTOUT

Écrit par :  Pierre-Robert LECLERCQ

Fondé en 1930 par les éditions Arthème Fayard, l'hebdomadaire Je suis partout a pour vocation principale de donner un compte rendu des événements internationaux. Parmi les premiers collaborateurs, on relève Pierre Gaxotte, Miguel Zamacoïs, Jean Giraudoux, Lucien Rebatet, Robert Lire la suite
JUSTICE - Justice politique

Écrit par :  Robert CHARVIN

Dans le chapitre " L'objet de la justice politique : l'infraction politique"  : …  Sous le régime de Vichy, ce sont des tribunaux d'exception qui sont institués : Cour suprême de justice (acte constitutionnelle du 30 juillet 1940), dite cour de Riom, pour juger de hauts responsables de la IIIe République ; cours martiales en 1940 puis à nouveau en 1944 ; cours criminelle spéciale (… Lire la suite
LABORDE JEAN DE (1878-1977)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

Son loyalisme envers le gouvernement de Vichy est sans faille : en 1942, en accord avec le maréchal Pétain, Pierre Laval et l'amiral Platon, il présente à l'ambassade du Reich à Paris le projet de formation d'un corps franc de vingt mille hommes, qui serait envoyé au Tchad pour combattre les Forces… Lire la suite
LAOS

Écrit par :  Philippe DEVILLERSMadeleine GITEAUChristian LECHERVYPaul LÉVYChristian TAILLARD

Dans le chapitre "L'évolution politique"  : …  décembre 1940, se transforma en agression. Grâce au soutien japonais, il put obtenir de Vichy, (mai 1941) la rétrocession des deux territoires (Bassac et Paklay) qu'il avait perdus en 1902-1904. En guise de compensation, le gouvernement de Vichy attribua au royaume de Luang Prabang trois nouvelles provinces (Haut-Mékong, Xieng Khouang et Vientiane… Lire la suite
LA PORTE DU THEIL PAUL DE (1884-1976)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

La Porte du Theil avait été commissaire de la province parisienne des scouts de France. Le 5 juillet 1940, l'état-major lui confia le commandement de tout le contingent appelé en juin, que l'armistice ne permettait plus d'intégrer dans l'armée, soit quelque cinquante mille recrues. Le général de La Porte du Theil va s'employer à la formation des… Lire la suite
LAVAL PIERRE (1883-1945)

Écrit par :  Armel MARIN

Fils d'un petit cafetier d'Auvergne, Pierre Laval dut travailler pour payer ses études qui lui permirent, en 1907, de s'inscrire au barreau de Paris. Venu de l'extrême gauche, mais dépourvu d'idéalisme, il s'affranchit de tous les partis pour faire carrière grâce à des amitiés personnelles.… Lire la suite
LÉGITIMITÉ

Écrit par :  Paul BASTID

Dans le chapitre "Légalité et légitimité du pouvoir"  : …  sa constitution n'a pas obéi en tous points à une régularité formelle. Le gouvernement de Vichy a été considéré comme illégitime pour de multiples raisons. Mais il est significatif que l'ordonnance du 9 août 1944 ait fait remonter l'origine de l'illégitimité en France plus haut que Vichy, c'est-à-dire au 16 juin 1940 . Elle déclare en effet dans… Lire la suite
LIÉNART ACHILLE cardinal (1884-1973)

Écrit par :  Émile POULAT

remonta jusqu'à Rome, et Pie XI, pour marquer clairement sa position, nomma cardinal le jeune « évêque rouge ». Demeuré à Lille pendant l'occupation allemande en 1940, il adopta vis-à-vis du gouvernement de Vichy l'attitude de l'épiscopat français : la « loyauté sans inféodation ». Il fut pourtant amené à intervenir publiquement en chaire pour… Lire la suite
LIGUE DES DROITS DE L'HOMME

Écrit par :  Madeleine REBÉRIOUX

la Ligue a déjà perdu une part notable des 180 000 adhérents qu'elle comptait en 1931. Il lui en reste assez pour inquiéter Vichy et les nazis : en juillet 1940, elle est dissoute et ses archives sont enlevées par les nazis. À la Libération, après l'assassinat de Basch par la milice le 10 juin 1944, et malgré l'élection de Paul Lire la suite
LUMIÈRES

Écrit par :  Jean Marie GOULEMOT

Dans le chapitre "De la tolérance à la défense des droits de l'homme"  : …  à affirmer un attachement aux valeurs dont on crédite leur combat, et à légitimer une position. En face, la droite se tait. Mais, sous Vichy, l'État français dénoncera le rôle pernicieux des Lumières, responsables de la décadence française, sans pour autant exercer une réelle censure sur les œuvres des Philosophes. En 1943,… Lire la suite
MANDEL GEORGES (1885-1944)

Écrit par :  Cécile MÉADEL

(18 mai-16 juin 1940), et fait arrêter des sympathisants des régimes fascistes. Convaincu dès 1940 de la nécessité de poursuivre le combat, celui que Léon Blum appellera « le premier résistant » refuse de partir pour Londres, pensant que l'Afrique du Nord permettra une plus grande liberté d'action ; il se retrouve alors… Lire la suite
MARSEILLAISE LA

Écrit par :  Guillaume MAZEAU

Dans le chapitre "Un hymne national disputé"  : …  Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les antagonismes anciens ressurgissent : l’hymne est prohibé par le régime de Vichy, dont la « révolution nationale » préfère Maréchal, nous voilà !… même si, en zone Sud, les deux chants cohabitent de fait. Si le Chant des partisans, composé en 1943, deviendra par la… Lire la suite
MONTOIRE (1940)

Écrit par :  Guy ROSSI-LANDI

Petit bourg du Loir-et-Cher, près de Vendôme, où le maréchal Pétain a rencontré Hitler le 24 octobre 1940. C'est au cours de cet entretien, le seul qu'ils aient jamais eu, que les deux chefs d'État ont envisagé une collaboration entre leurs pays. Aussi, pour les adversaires du régime de Vichy, Montoire est-il synonyme de… Lire la suite
MOULIN JEAN (1899-1943)

Écrit par :  Daniel CORDIERUniversalisBénédicte VERGEZ-CHAIGNON

Dans le chapitre "Jean Moulin, préfet"  : …  de son ministère de tutelle est celle d'un excellent administrateur, à tel point que le ministre de l'Intérieur du gouvernement formé le 17 juin 1940 par le maréchal Pétain à la suite de la demande d'armistice, envisage de le nommer directeur de la Sûreté. Projet abandonné lorsqu'on apprend son arrestation le soir même par le commandant allemand… Lire la suite
MUSIQUE SOUS L'OCCUPATION

Écrit par :  Myriam CHIMÈNES

Dans le chapitre "Une politique musicale"  : …  La musique est mise à l’honneur par le régime de Vichy : la position officielle d’Alfred Cortot en est un signe manifeste. Ardent maréchaliste, le célèbre pianiste va devenir le principal conseiller musical du gouvernement. Il entre en mai 1942 au cabinet d’Abel Bonnard, ministre de l’Éducation nationale, sans pour autant… Lire la suite
NATALISME

Écrit par :  Hervé LE BRAS

Dans le chapitre "Histoire du natalisme"  : …  l'avortement. Elle se manifeste aussi dans la promulgation du Code de la famille en 1939. Sous Vichy, elle s'associe sans hésiter au mot d'ordre du maréchal Pétain « Travail, Famille, Patrie ». À la Libération sont créés un Haut Comité de la population présidé par le président de la République, un institut de recherche destiné selon ses statuts à… Lire la suite
NÉGATIONNISME

Écrit par :  Nadine FRESCO

Dans le chapitre "L'exploitation des circonstances"  : …  mais aussi, en 1979, inculpation pour crimes contre l'humanité de Jean Leguay, ancien délégué en zone occupée du secrétaire général de la police sous Vichy, René Bousquet, et responsable à ce titre de la déportation des juifs, une inculpation qui ne débouche pas sur un procès (Leguay meurt en 1989, au moment où, après dix… Lire la suite
OCCUPATION (France)

Écrit par :  Jean-Marie GUILLON

Dans le chapitre " La catastrophe (été de 1940)"  : …  avoir les mains libres pour contraindre le Royaume-Uni à cesser le combat, puis engager la guerre contre l'U.R.S.S. Le maintien d'un gouvernement « souverain », contrôlant l'Empire colonial et dirigé par un personnage aussi respecté que Philippe Pétain, lui est utile. C'est pourquoi la dramatique attaque de la flotte de guerre française par les… Lire la suite
OCCUPATION (FRANCE) - Mémoires et débats

Écrit par :  Laurent DOUZOU

Dans le chapitre "La mémoire de Vichy : de la Libération à la fin des années 1960"  : …  dignitaires de l'État français devant la Haute Cour de justice en 1944 à la deuxième loi d'amnistie de 1953, le régime de Vichy est moins objet d'histoire que de réprobation. Seule une poignée de nostalgiques porte cet étendard et attaque violemment la Résistance en créant le concept de « résistantialisme ». En 1948, l'abbé Desgranges, ancien… Lire la suite
OCCUPATION ALLEMANDE

Écrit par :  André BRISSAUD

Les Allemands qui occupèrent les trois quarts de l'Europe, avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, se comportèrent de manière très différente selon les cas. C'est ainsi que l'Autriche, les Sudètes, certaines… Lire la suite
OPHÜLS MARCEL (1927-    )

Écrit par :  Guy GAUTHIER

Cinéaste français d'origine allemande, fils du cinéaste Max Ophüls, Marcel Ophüls est également à l'aise dans trois cultures, la française, l'allemande et l'anglo-américaine, ce qui lui vaut de partager son activité entre plusieurs pays et de s'intéresser à certains aspects de la Seconde Guerre mondialeLire la suite
PAPON MAURICE (1910-2007)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

socialiste, il est membre de cabinets ministériels à Paris puis à Vichy. À partir de 1942, auprès du préfet régional de Bordeaux Maurice Sabatier, en sa qualité de secrétaire général de la préfecture de la Gironde, il contrôle le Service des affaires juives et participe à la politique d'arrestation et de déportation coordonnée par… Lire la suite
PAXTON ROBERT O. (1932-    )

Écrit par :  Denis PESCHANSKI

lors du procès intenté à Maurice Papon pour crimes contre l'humanité. Il est censé présenter à la barre l'histoire du régime de Vichy. La consécration va au-delà du symbole : lui qui, un quart de siècle plus tôt, proposait une nouvelle lecture de la France des années noires voit ses thèses, certes… Lire la suite
PÉTAIN PHILIPPE (1856-1951)

Écrit par :  Jean-Marie GUILLON

Dans le chapitre "Le sauveur"  : …  confond désormais avec l'État français dont il est, à quatre-vingt-quatre ans, le chef. Les actes constitutionnels des 11 et 12 juillet lui permettent de concentrer l'exécutif, le législatif, le judiciaire et même le pouvoir constitutionnel. Ses conceptions sont sommaires et son modèle tout militaire. Le chef commande, le pouvoir vient d'en haut,… Lire la suite
PLANISME

Écrit par :  Arnaud JACOMET

Mouvement qui s'inscrit dans un courant de pensée diffus, prenant sa source et étendant ses ramifications dans des partis, syndicats et groupes de pression diversement situés sur l'échiquier politique, le planisme fut un des éléments idéologiques de l'accession au pouvoir des technocrates dans la France des années trente. La Lire la suite
POLICE FRANÇAISE HISTOIRE DE LA

Écrit par :  Jean-Marc BERLIÈRE

Dans le chapitre "La police sous Vichy "  : …  L'Occupation et l'État français, né à Vichy le 10 juillet 1940, représentent une étape essentielle dans l'histoire de la police française. Celle qui peut apporter le plus à une réflexion sur la nature, les usages, les contradictions des pouvoirs de police, les tâches, les pratiques et les responsabilités des hommes qui les mettent en œuvre et les… Lire la suite
POLICE SOUS VICHY

Écrit par :  Jean-Marc BERLIÈRE

Après soixante-dix ans de démocratie parlementaire, un régime autoritaire et antidémocratique s'installe en France en juillet 1940, à la suite de la défaite militaire, dans un pays aux trois cinquièmes occupé. Les quatre années qui vont suivre représentent un moment essentiel dans l'histoire de la police française. D'une… Lire la suite
PROPAGANDE

Écrit par :  Xavier LANDRIN

Dans le chapitre "Les répertoires totalitaires"  : …  de radicalisation autoritaire des régimes politiques. Il en va ainsi par exemple de la politique d'information et de propagande du régime de Vichy, qui a correspondu assez largement à l'évolution des rapports de force internes et transnationaux dans la période de la Seconde Guerre mondiale. De nombreux travaux mettent en évidence ces… Lire la suite
PROSTITUTION DE 1789 À 1949

Écrit par :  Yannick RIPA

Dans le chapitre "La traite des Blanches et la prostitution : un même combat "  : …  sauvage » (arrestation, fichage, voire déportation), à des fins surtout sanitaires. Mise en place en France dès juillet 1940, cette politique reçoit l’appui du régime de Vichy, qui accentue la répression des prostituées clandestines et celle des proxénètes (lourdes peines, Service du travail obligatoire, déportations à partir de 1943… Lire la suite
PROUVOST JEAN (1885-1978)

Écrit par :  Jacqueline PUYAU

Aux heureux du « quatrième pouvoir », la politique offre parfois ses mirages, qui sont autant de pièges. Jean Prouvost s'y laisse prendre, à l'époque la plus néfaste, et entre le 6 juin 1940 dans le gouvernement Paul Reynaud en tant que ministre de l'Information. Le 19 juin, il est nommé haut-commissaire à l'Information du gouvernement Pétain. Il… Lire la suite
PUCHEU PIERRE (1889-1944)

Écrit par :  Guy ROSSI-LANDI

D'origine modeste, Pierre Pucheu est reçu brillamment à l'École normale supérieure. Après la guerre, il fait carrière dans la sidérurgie. Au lendemain du 6 février 1934, il adhère d'abord aux Croix-de-Feu du colonel de La Rocque, puis au Parti populaire français de Jacques Doriot avec qui il rompt à l… Lire la suite
RAFLE DU VÉL' D'HIV'

Écrit par :  Denis PESCHANSKI

Les 16 et 17 juillet 1942, près de treize mille Juifs (pour la plupart étrangers) sont arrêtés dans le ressort du Gross-Paris. Tandis que les célibataires et les couples sans enfants sont directement emmenés au camp d'internement de Drancy, en banlieue nord-est, les familles, soit plus de huit mille hommes, femmes et enfants… Lire la suite
REBATET LUCIEN (1903-1972)

Écrit par :  Pierre-Robert LECLERCQ

Après des études universitaires commencées à Lyon et poursuivies en Sorbonne, Lucien Rebatet, surveillant à Paris, accorde ses sympathies dès 1923, à l'Action française ; il tiendra dans le journal de Maurras, six ans plus tard, les rubriques musicale, littéraire et cinématographique. Sa véritable entrée en politique se fait par ses articles dans… Lire la suite
ROM

Écrit par :  Marcel COURTHIADE

Dans le chapitre "De la persécution au génocide"  : …  Alors qu'en France, dès 1940, des ordonnances locales interdisent les « professions ambulantes », plusieurs camps sont ouverts de 1939 à 1946 pour fixer les « nomades » : Montreuil-Bellay, Jargeau, la Morellerie, Saliers et bien d'autres. Les conditions déplorables d'internement y seront fatales à de nombreux détenus, surtout aux enfants… Lire la suite
SAINT-JOHN PERSE (1887-1975)

Écrit par :  Charles MOELLER

Dans le chapitre "Des huîtres de Francis Jammes à l'exil (1900-1940)"  : …  ; un billet fut placé, avec ces mots : « Au diplomate le plus haï du Troisième Reich. » En octobre 1940, le gouvernement de Vichy le frappa de déchéance de la nationalité française. Ne pouvant plus rejoindre sa mère – qui mourut en 1948, sans qu'il puisse la revoir –, Alexis Léger s'embarqua pour l'Angleterre et, de là, pour les États-Unis. Il a… Lire la suite
SCAPINI GEORGES (1893-1976)

Écrit par :  Roger BOURDERON

La vie de Georges Scapini, né à Paris, mort à Cannes, est représentative de l'itinéraire suivi par une partie de la « génération du feu » issue de la Première Guerre mondiale, que les options conservatrices et étroitement nationalistes des années 1920 conduisirent aux pires compromissions avec le fascisme… Lire la suite
SERVICE DU TRAVAIL OBLIGATOIRE (S.T.O.)

Écrit par :  Guy ROSSI-LANDI

C'est en 1942-1943 que le Service du travail obligatoire (S.T.O.) a été organisé par une série de lois promulguées par le gouvernement de Vichy, à la demande des autorités allemandes. Dès 1941, la propagande allemande s'est efforcée d'attirer en Allemagne les travailleurs français, dont beaucoup étaient privés d'emploi. Au… Lire la suite
SHOAH

Écrit par :  Philippe BURRIN

Dans le chapitre "Les conditions de réalisation du génocide"  : …  Il en alla un peu différemment en France, où subsistait un gouvernement formellement souverain, en dépit de l'occupation de la moitié du pays. Le régime de Vichy se comporta, pour ce qui concernait les juifs, comme le firent la Bulgarie, la Roumanie et la Hongrie, pays dans la mouvance de l'Allemagne nazie.… Lire la suite
SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)

Écrit par :  Didier SCHULMANN

Dans le chapitre "La participation française à la spoliation par l'« aryanisation »"  : …  Préalablement à cette mise en coupe réglée, les dispositions réglementaires de Vichy à l'encontre des Juifs (10 septembre 1940, second statut du 2 juin 1941) avaient atteint les œuvres d'art. L'aryanisation des biens et des entreprises appartenant à des Juifs avait conduit les administrateurs provisoires « aryens » nommés par le Commissariat… Lire la suite
SPORT (Disciplines) - Le rugby

Écrit par :  Pierre LAGRUE

Dans le chapitre "Vichy interdit le XIII"  : …  Dans l'époque difficile de l'Occupation, le sport n'échappe pas aux dérives du temps. S'appuyant sur la volonté du commissariat général aux Sports de réduire les formes de professionnalisme, les quinzistes obtiennent, le 19 décembre 1941, la promulgation du décret « portant dissolution de l'association dite Ligue française de rugby à XIII ». Les… Lire la suite
STATUTS DES JUIFS (1940-1944), France

Écrit par :  Claude SINGER

D'octobre 1940 à la fin de 1942, l'État français adopta et publia au Journal officiel plus d'une centaine de textes juridiques, décrets et lois visant les juifs. En interdisant à ces derniers certaines professions et en les dépouillant d'une partie de leurs biens, les autorités de Vichy contribuaient indiscutablement à les… Lire la suite
SYNDICATS AGRICOLES

Écrit par :  Jean VERCHERAND

Dans le chapitre "L'unité imposée sous Vichy : la Corporation paysanne"  : …  traumatisme de la défaite de juin 1940 et l'effondrement de la République qui s'ensuit, se met en place un régime autoritaire, xénophobe et antisémite, clérical et fascisant. Le néo-corporatisme hérité de la branche conservatrice du catholicisme social devient la référence doctrinale de « l'État français » pour conduire le « redressement… Lire la suite
LAISSEZ-PASSER (B. Tavernier)

Écrit par :  Jean-Pierre JEANCOLAS

de Tavernier, qui s'intéresse dans son film à ce qu'était le métier de cinéaste pendant l'Occupation de la France, entre 1941 et 1944, et aux conditions dans lesquelles ont été tournés les huit ou dix films qui font de 1943 un millésime remarquable du cinéma français. En même temps, il s'efforce de cerner la vraie nature de la Continental, une… Lire la suite
TEITGEN PIERRE-HENRI (1908-1997)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

administratives, économiques et professionnelles qui furent les moins réussies parce que la légalité de l'État français et le jeu des amnisties se combinèrent avec la volonté de rassembler les Français et de ne reconnaître comme collaborateurs qu'une « poignée de misérables ». Au surplus, pour Teitgen, il fallait distinguer « l… Lire la suite
TROCMÉ-GRILLI DI CORTONA MAGDA (1901-1996)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

et aux choses et qui me fait sortir de ma méditation quelque peu égoïste et stérile. » Magda Trocmé fut au cœur du réseau de solidarité qui protégea des centaines d'enfants, leur procura l'enseignement et leur trouva des familles d'adoption. Dès le 29 septembre 1940, la paroisse du Chambon apparaît au pasteur Boegner comme « une église qui vit »,… Lire la suite
UN ANTISÉMITISME ORDINAIRE. VICHY ET LES AVOCATS JUIFS (R. Badinter)

Écrit par :  Marc Olivier BARUCH

La photo – tristement célèbre – est reproduite dans deux journaux parisiens : on y voit côte à côte sept des avocats parisiens les plus réputés, l'air grave. Le commentaire, certes étroitement contrôlé par la censure allemande, évoque, à l'exemple de Paris-Soir, « ces Juifs millionnaires, ex-célébrités du barreau parisien,… Lire la suite
URBANISME - L'urbanisme en France au XXe siècle

Écrit par :  Simon TEXIER

Dans le chapitre "Les bases de la Reconstruction sous Vichy"  : …  Après la défaite de 1940, les destructions sont déjà supérieures à celles du conflit précédent. Le Nord de la France est particulièrement touché, mais le Val de Loire subit lui aussi de graves dommages, et fait l'objet de projets de reconstruction pendant la guerre. Le régime de Vichy prône alors un respect des… Lire la suite
VIETNAM

Écrit par :  Philippe DEVILLERSUniversalisPierre-Bernard LAFONTnull NGUYÊN TRÂN HUÂNMichèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENSMatthieu SALOMONStéphanie SOUHAITÉChristian TAILLARD

Dans le chapitre "La guerre mondiale et la révolution d'août 1945"  : …  exige de la France des facilités militaires au Tonkin. Il les obtient du gouvernement de Vichy, auquel restent fidèles les autorités coloniales locales, mais il s'engage à respecter la souveraineté française sur l'Indochine (accord du 30 août 1940). En mai 1941, après avoir imposé sa médiation dans le conflit franco-thaïlandais à propos du Cambodge… Lire la suite
VILLEMOT BERNARD (1911-1989)

Écrit par :  Marc THIVOLET

De retour à la vie civile, Villemot reçoit commande de la décoration des vitrines du Commissariat des sports que dirige Jean Borotra (1940). Commence alors pour lui une collaboration avec les organismes officiels du nouveau régime : de 1941 à 1944, il exécute des affiches pour les centres de jeunesse. De ces œuvres, on retiendra surtout… Lire la suite
WEYGAND MAXIME (1867-1965)

Écrit par :  Pierre GOBERT

d'opérations où elle est devenue impossible, mais dans l'empire français tout entier. Cette résistance de l'empire français, Weygand va pourtant essayer de l'organiser, en insufflant l'esprit de revanche à l'armée d'Afrique, sans aller toutefois jusqu'à se rallier à de Gaulle avec lequel il n'a jamais sympathisé (ministre de la Défense nationale… Lire la suite
ZAY JEAN (1904-1944)

Écrit par :  Serge BERSTEIN

et finalement à la prison de Riom, il y rédige un journal de captivité, émaillé de réflexions et de souvenirs sur sa vie politique, Souvenirs et solitude. C’est à Riom que les miliciens viennent l’enlever le 20 juin 1944 pour l’assassiner dans un bois près de Cusset (Allier). Son corps ne sera retrouvé qu’en septembre 1946… Lire la suite

Afficher la liste complète (99 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.