BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

RAPHAËL (1483-1520)

Raphaël a longtemps été considéré comme le plus grand peintre qui ait jamais existé, et on le tient toujours pour l'artiste en qui la peinture aurait trouvé son expression achevée. Ce mythe de Raphaël apparaît du vivant de l'artiste, et sa mort précoce, mettant fin brutalement à une activité marquée par la précocité, lui donne une singulière ampleur. Après trois siècles, la gloire de Raphaël s'estompe avec l'entrée en scène de tendances critiques et artistiques nouvelles, représentées notamment par les impressionnistes et les fauves. En effet, tous les peintres qui s'expriment par la couleur plutôt que par la forme (c'est-à-dire par le dessin abstrait qui délimite nettement les contours) sont opposés à Raphaël. Sa couleur n'est pas constructive ; la lumière n'a pas la fonction essentielle qu'elle occupe pour Léonard de Vinci, qui aime tout réduire en ombre et lumière ; dans la peinture de Raphaël, la lumière, comme la couleur, ne lie pas la composition et il n'y a pas une véritable atmosphère, ni un paysage qui soit inséparable des figures.

On pourrait reprocher à Raphaël de faire de trop nombreux emprunts à ses contemporains, mais son art ne résulte pas seulement de l'étude des grands maîtres de son temps et le renouveau des études raphaëlesques atteste la vitalité inépuisable de son art.

1.  Les premières œuvres

Il n'y a rien dans la vie de Raphaël qui puisse alimenter les rubriques du romanesque ou de la fantaisie. Né à Urbin, il est le fils du peintre Giovanni di Sante di Piero (d'où le patronyme Sanzio). Après une brève période d'activité en Ombrie, il se rend à Florence, où il entre en contact avec les plus grands artistes de l'époque. Puis il va à Rome, qui devait jouer au xvie siècle le rôle de capitale de l'art italien ; il y séjourne jusqu'à sa mort. Preuve d'une renommée déjà considérable, il inaugure sa période romaine par la décoration des stanze du Vatican. Les commandes affluent, et le peintre, surchargé de travail, se voit contraint de faire appel de façon croissante à des collaborateurs, ce qui ne manque pas d'influer fâcheusem [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  5 pages…

 

Pour citer cet article

GOLZIO, « RAPHAËL (1483-1520)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raphael/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« RAPHAËL (1483-1520) » est également traité dans :

ANDREA DEL SARTO (1486-1531)

Écrit par :  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Vasari raconte que le jeune Andrea del Sarto, au temps de son apprentissage chez Piero di Cosimo, passait tous ses instants de liberté dans la « Salle du pape » à Sainte-Marie-Nouvelle, où étaient exposés le carton de Michel-Ange pour La Bataille de Cascine et celui de Léonard pour… Lire la suite
ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

Écrit par :  Florent CHAMPYCarol HEITZRoland MARTINRaymonde MOULINDaniel RABREAU

Dans le chapitre "L'architecte démiurge"  : …  sept architectes, tandis que d'autres artistes, comme Brunelleschi, Michelozzo ou Raphaël sont représentés comme sculpteurs ou peintres (parfois les deux à la fois) ayant aussi exercé l'architecture. Si Alberti apparaît davantage comme un savant, épris d'architecture, Baccio Pontelli ou Chimenti Camicia avant tout comme… Lire la suite
AUTOPORTRAIT, peinture

Écrit par :  Robert FOHR

Dans le chapitre "Le regard du peintre : l'autoportrait « situé »"  : …  Signorelli dans L'Histoire de saint Benoît (1499-1504) à la chapelle S. Brizio d'Orvieto, puis de Raphaël dans L'École d'Athènes (1509-1510 ; chambre de la Signature, palais du Vatican). En Allemagne, à la même époque, Dürer donna de cette formule l'une de ses illustrations les plus originales et les plus poétiques… Lire la suite
FRESQUE

Écrit par :  Ève BORSOOK

Dans le chapitre "L'âge d'or de la peinture murale"  : …  et on peut opposer à ces giornate, relativement petites, celles de Raphaël pour la chambre de la Signature, qui sont vastes et peuvent contenir un personnage entier ou tout un groupe de personnages. Le cas de Raphaël est intéressant, car il semble qu'au fur et à mesure que son travail progressait au Vatican, la… Lire la suite
GIOVANNI DA UDINE (1487-1561)

Écrit par :  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

C'est apparemment en chassant et en capturant des oiseaux avec son père que, tout enfant, Giovanni prend le goût d'observer les animaux et de les dessiner. Son père, frappé de ses dispositions, le met en apprentissage, à Udine, chez Pellegrino da San Daniele. Après avoir séjourné à Venise, il part pour Lire la suite
LIVRES DE MODÈLES

Écrit par :  Martine VASSELIN

Les livres de modèles sont des recueils de dessins d'un même artiste, reliés à l'origine, et conservés dans son atelier pour son propre usage (savoir-faire capitalisé, répertoire de motifs à sa disposition, exemples de figures à présenter à un commanditaire) et pour la formation de ses apprentis qui les copient pour s'exercer la main. Les plus… Lire la suite
LOTTO LORENZO (1480 env.-env. 1556)

Écrit par :  Germain BAZIN

Dans le chapitre "Les composantes d'une œuvre"  : …  Pérugin qu'il avait dû pressentir dans les Marches, l'influence de Raphaël fut décisive sur Lotto. Les fresques de l'oratoire Suardi à Trescore (1524) ou celles de San Michele al Pozzo Bianco de Bergame (1525), les cartons pour les marqueteries des stalles de Santa Maria Maggiore de Bergame (1523-1532) foisonnent de réminiscences… Lire la suite
MANIÉRISME

Écrit par :  Sylvie BÉGUINMarie-Alice DEBOUT

Dans le chapitre "Les modèles"  : …  En architecture, comme en peinture, l'exemple de Raphaël et de Michel-Ange fut décisif. Le premier crée une architecture avant tout picturale, d'une symétrie élégante et harmonieuse, où la variété des motifs a pour fonction d'animer les façades (palais Branconio dell'Aquila, élevé à l'emplacement de la colonnade du Bernin, aujourd'hui détruit). La… Lire la suite
MÉCÉNAT DE JULES II - (repères chronologiques)

Écrit par :  Barthélémy JOBERT

1503 Bramante est chargé de la reconstruction de la basilique Saint-Pierre. Le chantier, inauguré en 1506, sera en activité tout au long du xvie siècle, divers architectes en ayant repris la direction et modifié successivement le projet initial :… Lire la suite
ROMAIN JULES, ital. GIULIO PIPPI dit GIULIO ROMANO (1492 ou 1499-1546)

Écrit par :  Sylvie BÉGUIN

Né à Rome où il se forme au contact même de la ville antique que l'on redécouvrait alors avec passion, Jules Romain est le principal collaborateur de Raphaël entre 1515 et 1520 : il l'aide à la salle de l'Incendie (1512), peint, selon Vasari, plusieurs commandes importantes de Raphaël (Lire la suite
ROME

Écrit par :  Géraldine DJAMENTSylvia PRESSOUYRE

Dans le chapitre "Renaissance"  : …  sont produits à Rome : Michel-Ange décore la voûte de la Sixtine (1512). L'atelier de Raphaël travaille aux Loges du Vatican, aux chambres de la Signature, d'Héliodore, de l'Incendie du Bourg, et préconise, en architecture, des ordonnances dérivées de Bramante (villa Madame, palais Branconio dell'Aquila, palais Caffarelli-Vidoni) qu'élaboreront… Lire la suite
ROME, NOUVELLE CAPITALE DES ARTS

Écrit par :  Barthélémy JOBERT

Si Rome, au début du xvie siècle, redevient un des centres artistiques européens les plus importants, c'est en grande partie grâce au mécénat volontariste du pape Jules II (1503-1513), qui y réunit une incomparable pléiade… Lire la suite
TAPISSERIE

Écrit par :  Pascal-François BERTRAND

Dans le chapitre "La Renaissance"  : …  comme la Pietà de Pérugin. Mais ce fut Raphaël qui apporta un changement radical dans l'art de la tapisserie en donnant les cartons de la tenture des Actes des Apôtres commandée par le pape Léon X, pour orner les parois de la chapelle Sixtine au-dessous des fresques, et tissée dans l'atelier du licier… Lire la suite
TOSCANE

Écrit par :  Adrien GOETZMichel ROUX

Dans le chapitre "Comment la patrie de Michel-Ange devint le « salon de l'Europe »"  : …  Le jeune Raphaël Sanzio (1483-1520), élève de Pérugin, à Florence en 1504, sous le gouvernement républicain du gonfalonier Pier Soderini (1494-1509), fut influencé à la fois par Léonard, notamment dans la Madone du grand-duc, et par le pathétique de Michel-… Lire la suite

Afficher la liste complète (14 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.