BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

QUININE

Un des premiers alcaloïdes isolés. C'est en effet en 1820 que deux pharmaciens français, J. Pelletier et J. B. Caventou, séparèrent la quinine des écorces d'un quinquina jaune, et montrèrent qu'il s'agit du principe actif des quinquinas, divers arbres originaires de la cordillère des Andes : quinquinas gris (Cinchona officinalis), jaunes (C. calisayaC. ledgeriana) et rouges (C. succirubra), de la famille des rubiacées.

La découverte des propriétés de la quinine devait avoir de grands retentissements. Les gîtes naturels des quinquinas (Équateur, Pérou, Bolivie) furent pratiquement épuisés vers 1880. L'histoire de la quinine fut alors marquée par des rivalités nationales et des essais concurrents d'introduction de ces arbres dans différentes régions chaudes et montagneuses : Indes, Ceylan, Java, où les Hollandais obtinrent des résultats remarquables avec une variété de quinquina jaune très riche en quinine, le Quinquina ledgeriana. De la fin du xixe siècle à la Seconde Guerre mondiale, les Pays-Bas eurent le monopole de la production du quinquina et de la quinine. De nouvelles tentatives d'acclimatation de ces arbres dans diverses régions tropicales humides furent entreprises, surtout après la Première Guerre mondiale, par les nations désireuses d'échapper au trust néerlandais. Actuellement, en dehors de l'Amérique, on cultive le quinquina en Afrique (Zaïre, Tanzanie, Guinée, Cameroun, Madagascar), en Indonésie, en Inde et dans le Caucase.

La quinine, C20H24O2N2 (poids moléculaire 324,4), cristallise en fines aiguilles incolores, très peu solubles dans l'eau, solubles dans l'alcool, le chloroforme, le benzène, les huiles de pétrole. Fortement lévogyre, elle a une saveur amère prononcée. Elle possède un noyau quinoléique, relié par une fonction alcool secondaire à un noyau quinuclidique portant une chaîne vinyle.

Sa synthèse totale, qui fut réalisée par R. B. Wooward et W. E. Doering en 1944, n'a qu'un intérêt théorique, étant donné le rendement en alcaloïdes des quinquinas sélectionnés.

La quinine est u […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

Pour citer cet article

Hélène MOYSE, Michel PARIS, « QUININE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/quinine/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« QUININE » est également traité dans :

ALCALOÏDES

Écrit par :  Jacques E. POISSON

Dans le chapitre "Historique"  : …  français, P. J. Pelletier et J. B. Caventou, qui sont à l'origine de la découverte de la *quinine en 1820. Bien que le terme « alcaloïde », aujourd'hui classique, ait été assez peu utilisé au xixe siècle au profit d'« alcali végétal », « base végétale », puis « alcali organique », de nombreuses substances s'y… Lire la suite
PALUDISME ou MALARIA

Écrit par :  Robert DURIEZYves GOLVAN Universalis

Dans le chapitre "Traitement et prophylaxie"  : …  cliniques. Les gaméticides sont actifs sur les formes sexuées. Parmi les schizonticides, la *quinine (alcaloïde du quinquina) garde toujours des indications importantes, grâce à la rapidité de son action, précieuse dans les formes graves. La brièveté de ses effets lui fait préférer dans la pratique courante des produits plus récents et plus… Lire la suite
PRÉVENTION DU PALUDISME

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

Dans le chapitre "Se débarrasser des Plasmodium pour lutter contre le paludisme"  : …  règlement (rapport Bryson) prescrivant, chaque jour et sous le contrôle des officiers, la prise de *sulfate de quinine (purifiée depuis 1820) aux équipages naviguant dans les zones à paludisme. La procédure a semblé remarquablement efficace puisque la mortalité est tombée au-dessous de 1 p. 100. Ce règlement a été complété par l’interdiction d’… Lire la suite
QUINIDINE

Écrit par :  Philippe COURRIÈRE

… *Alcaloïde de formule brute C20H24O2N2, extrait de l'écorce de divers quinquinas (Cinchona), plantes de la famille des rubiacées ; ce sont de petits arbustes découverts à l'état sauvage en Amérique du Sud, plus particulièrement dans la cordillère des Andes, et cultivés de nos jours sous des… Lire la suite
VAUQUELIN NICOLAS LOUIS (1763-1829)

Écrit par :  Georges KAYAS

… *Chimiste français, né et mort à Saint-André-d'Hébertot près de Pont-l'Évêque, qui a découvert les éléments chrome et béryllium (1797). Vauquelin travailla d'abord dans une pharmacie où il fut apprécié par Antoine-François Fourcroy qui fit de lui son assistant (1783-1791). Il commença à publier sous son nom en 1790 ; on lui doit quelque trois cent… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Dictionnaire

Définition du mot "QUININE"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média