BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

POÉTIQUE

Le discours sur la littérature naît en même temps que la littérature même ; on en trouvera les premiers échantillons dans tel fragment des Veda ou chez Homère. Ce fait ne saurait provenir d'un hasard : bien qu'il soit difficile de se mettre d'accord sur l'exacte identité de l'objet « littérature », il est certain que ce nom, ou l'un de ses équivalents, a toujours été employé pour désigner une parole qui doit susciter le plaisir ou l'intérêt de ses auditeurs et lecteurs, qui est destinée à durer et qui, de ce fait, est plus élaborée que la parole quotidienne. Il y aura donc une prise de conscience du langage à la base même de l'acte littéraire, et, même si l'écrivain peut ne pas être tenté par la réflexion abstraite, la littérature, elle, a toujours déjà une dimension métalittéraire en son intérieur même.

Dès sa naissance, ce discours n'est pas un, quant à sa finalité et ses formes, mais prend deux directions différentes : ce sont l' exégèse et la théorie. Dans le premier cas, l'objectif sera d'élucider, d'expliciter ou d'interpréter telle ou telle œuvre : L'Iliade, la Bible, les hymnes sacrés. Les choses sont beaucoup moins simples de l'autre côté où, à la place de cet objet que l'histoire nous livre déjà prédécoupé et sur l'identité duquel il n'y a aucun doute, on trouve un objet construit par le discours même qui le décrit. Lorsque l'objet de la réflexion est l'allégorie, le récit ou la catharsis, ces unités ne nous sont pas données d'avance (à moins que ce ne soit par un discours théorique antérieur), et le fait qu'on se réfère toujours, pour illustrer ces concepts, aux mêmes œuvres (L'Iliade, la Bible) ne change rien à l'affaire : le même objet empirique a un nombre infini de propriétés, et chaque théoricien peut – en théorie ! – choisir celles qui lui conviennent, en laissant les autres de côté. Le discours théorique sur la littérature ne porte pas sur les œuvres mais, justement, sur la « littérature » ou sur d'autres catégories générales des objets empiriques intuitivement rapprochés. C'est [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  7 pages…

 

Pour citer cet article

TODOROV, SCHAEFFER, « POÉTIQUE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetique/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« POÉTIQUE » est également traité dans :

ALAṂKĀRA-SĀSTRA

Écrit par :  Pierre-Sylvain FILLIOZAT

Le terme alaṃkāra-śāstra, littéralement « enseignement des ornements », désigne, en fait, l'art poétique sanskrit en général. Outre l'étude des figures de style, cette branche importante de la scolastique sanskrite comprend une esthétique de la poésie, une psychologie à l'usage de la… Lire la suite
ANCIENS ET MODERNES

Écrit par :  Milovan STANICFrançois TRÉMOLIÈRES

Dans le chapitre "La question du « merveilleux chrétien »"  : …  livre presque oublié depuis l'Antiquité un succès partout en Europe, qui prépare l'avènement d'une nouvelle poétique. Mais quoi de plus « classique » sans doute que le chapitre qui concerne « l'imitation » ? Le lecteur y apprend qu'il n'est rien de grand qui puisse s'écrire si l'on craint de produire « quelque chose qui vive plus… Lire la suite
ARABE (MONDE) - Littérature

Écrit par :  Jamel Eddine BENCHEIKHHachem FODAAndré MIQUELCharles PELLATHammadi SAMMOUDÉlisabeth VAUTHIER

Dans le chapitre "Délimitation du domaine arabe : les deux rhétoriques"  : …  Très schématiquement, il s'agit de ce qu'on appellerait une pragmatique et une poétique des discours. Quelle que soit la légitimité (ou la pertinence) d'une telle définition, elle a au moins l'avantage d'indiquer que la distinction, clairement marquée chez Aristote, entre le domaine de la rhétorique (avec sa triade : rhétorique-preuve-persuasion)… Lire la suite
ARISTOTE

Écrit par :  Pierre AUBENQUE

Dans le chapitre "La poétique"  : …  La Poétique d'Aristote, telle qu'elle nous est parvenue, traite de la tragédie et de l'épopée (un second livre, perdu, devait porter sur la comédie). Cet écrit, dont l'influence sur le théâtre devait être considérable à partir de la Renaissance, n'est pas sans rapport avec l'… Lire la suite
ARISTOTÉLISME

Écrit par :  Hervé BARREAU

Dans le chapitre "L'esthétique"  : …  La Poétique se borne à traiter de l'épopée, de la tragédie et de la comédie, mais c'est dans le deuxième livre, aujourd'hui perdu, qu'Aristote abordait la troisième. Toutes trois, selon lui, visent à « l'imitation » (mimèsis), qu'il faut entendre non comme une copie servile, mais, au contraire… Lire la suite
ARTS POÉTIQUES

Écrit par :  Alain MICHEL

Précisons d'emblée en quoi le terme d'art poétique (ars poetica) se distingue de la poétique : où celle-ci se veut un discours sur la littérature, voire une science de la littérature, et montre donc une vocation descriptive, l'expression d'art poétique désigne d'abord des traités… Lire la suite
BACHELARD GASTON (1884-1962)

Écrit par :  Jean-Jacques WUNENBURGER

Dans le chapitre "Une exploration de l’imaginaire"  : …  l'imagination dynamique, qui épouse le plus intimement l'activité du psychisme. Il reste que la puissance de rêverie des formes pures, même géométriques, a été explorée et exaltée dans La Poétique de l’espace (1957). Bachelard y dévoile des ressorts puissants de la poétique de la nature mais aussi des objets fabriqués et même de l’architecture… Lire la suite
BAKHTINE MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH (1895-1975)

Écrit par :  François POIRIÉ

Né à Orel (Russie) dans une famille de vieille noblesse dont plusieurs membres illustrèrent l'histoire et la culture russes, Mikhaïl Bakhtine fait ses études secondaires au lycée d'Odessa. En 1913, il entre à la faculté d'histoire et de philologie de l'université de Novorossiisk (aujourd'hui université d'Odessa) qu'il quitte ensuite pour celle de… Lire la suite
CONNOTATION

Écrit par :  Philippe DUBOIS

Si c'est en 1933 seulement que Bloomfield introduisit le terme de connotation parmi les concepts de la linguistique scientifique, l'idée même que véhicule ce mot (emprunté à la logique et à la philosophie, non sans modification de sens) était en fait perçue… Lire la suite
CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

Écrit par :  Agnès ROUVERET

Dans le chapitre "Imitation et imagination (« mímēsis/phantasía ») : la leçon des philosophes"  : …  Avec Aristote, au contraire, la valeur poétique reconnue à l'épopée et à la tragédie s'étend aux autres arts mimétiques, comme la musique ou la peinture. Par la reconnaissance de la phantasía, l'imagination, comme stade intermédiaire entre la sensation et la pensée, et par la mise en évidence du rôle de l… Lire la suite
CRITIQUE LITTÉRAIRE

Écrit par :  Marc CERISUELOAntoine COMPAGNON

Dans le chapitre "Histoire et formes"  : …  sinon irréductibles : Marc Fumaroli pour l'histoire littéraire et Gérard Genette pour la poétique. L'accord majeur s'effectuait autour de la notion d'histoire. Celle-ci n’était nullement récusée par Genette : conçue comme une histoire des formes, la poétique pouvait difficilement être réduite à une théorie du texte. Au… Lire la suite
DAṆḌIN (VIIe s. env.)

Écrit par :  Jean VARENNE

La littérature sanskrite comprend un très grand nombre d'œuvres poétiques, rédigées en vers, mais connaît peu d'ouvrages en prose, la prose étant, dans l'Inde ancienne, tenue pour facile, donc inférieure. Elle comporte cependant des contes en prose mêlée de vers (le Panchatantra, le Hitopadesha), quelques… Lire la suite
DIÉGÈSE, poétique

Écrit par :  Véronique KLAUBER

« La diégèse est l'univers spatio-temporel désigné par le récit » (Gérard Genette, Figures III). Dans la terminologie propre à la narratologie, il s'est avéré utile de distinguer le contenu du récit, l'histoire et l'acte par lequel le récit « se narre ». En effet, cette distinction permet de s'interroger… Lire la suite
ESTHÉTIQUE - Esthétique et philosophie

Écrit par :  Mikel DUFRENNE

Dans le chapitre "L'esthétique subjectiviste"  : …  depuis Platon ?) les théories du « génie », auxquelles les artistes parfois se sont prêtés avec complaisance. Est-ce à dire que l'esthétique comme étude de la réception doit se conjuguer, comme le proposait Valéry et par la suite Gilson, avec une poétique comme étude de la création ? Sans doute ; mais cette poétique peut elle-même s'engager sur… Lire la suite
ESTHÉTIQUE - Les catégories esthétiques

Écrit par :  Anne SOURIAU

Dans le chapitre "L'éthos"  : …  Cette réaction affective est spécialisée. Chaque catégorie a sa saveur propre. Le poétique ne se confond pas avec le satirique, ni le tragique avec le spirituel. Face au premier, on éprouve une impression d'élévation, prenante, douce, un peu éthérée, non sans quelque alanguissement ; avec le second, on se moque, mais d'une manière combative, avec… Lire la suite
FORMALISME RUSSE

Écrit par :  Georges NIVAT

Dans le chapitre "Une révolution méthodologique"  : …  spirituelles ou métaphysiques, mais tenta aussi de cerner le mystère de la langue poétique, instrument d'accès aux symboles. Cette tentative prit avec Andréi Biély un aspect scientifique. Aux éditions du Musagète, un groupe de jeunes poètes, où figurait Boris Pasternak, se réunissait sous la direction de Biély pour étudier… Lire la suite
GENETTE GÉRARD (1930-    )

Écrit par :  Pierre-Marc de BIASI

Dans le chapitre "Champs et phénomènes méconnus de l'espace littéraire"  : …  à l'architexte (1979) montre que l'objet de la poétique n'est pas le texte mais l'architexte, c'est à dire l'ensemble des catégories générales ou transcendantes (types de discours, modes d'énonciation, genres littéraires) dont relève chaque texte singulier. Genette remet en cause la tradition générique occidentale et… Lire la suite
HORACE (-65--8)

Écrit par :  Jacques PERRET

Dans le chapitre "La sagesse des « Épîtres »"  : …  Il est une de ces Épîtres qui a connu aux temps modernes une fortune extraordinaire, celle que nous appelons l'Art poétique et qui est en fait une très longue lettre (476 v.) adressée à de jeunes amis, les frères Pison, sur les problèmes du théâtre romain. C'était un sujet d'actualité, Auguste lui-même s'y… Lire la suite
IBN RASHĪQ (1000-1063 ou 1070)

Écrit par :  Jamel Eddine BENCHEIKH

Poète et théoricien de la poésie qui se range parmi les hommes de lettres les plus célèbres de la littérature arabe. Originaire de Msila, bourgade de la région de Constantine, Ibn Rashīq Abū ‘Ali Ḥasan, pour parfaire ses études, se rend à Kairouan, alors métropole culturelle importante où fleurit une brillante école… Lire la suite
IMITATION, esthétique

Écrit par :  Danièle COHNFrançois TRÉMOLIÈRES

Dans le chapitre " Littérature"  : …  non par les moyens de la théâtralisation, mais par ceux de la narration. Cependant, alors même qu'Aristote prétend fonder sa Poétique sur une faculté naturelle, l'instinct d'imiter, qui rendrait compte de l'activité artistique dans son ensemble, il néglige les formes non imitatives de la poésie – en premier lieu le lyrisme,… Lire la suite
INTERTEXTUALITÉ THÉORIE DE L'

Écrit par :  Pierre-Marc de BIASI

Dans le chapitre "Années 1980 : productivité et refonte du concept"  : …  forme. L'entreprise générale de clarification théorique viendra non de la critique littéraire mais de la poétique qui cherche précisément à transcender la singularité des textes pour ne s'intéresser qu'à l'architexte, c'est-à-dire à l'ensemble des catégories générales (« types de discours, modes d'énonciation, genres… Lire la suite
JAKOBSON ROMAN (1896-1982)

Écrit par :  Nicolas RUWET

Dans le chapitre "Les suggestions de Jakobson : grammaire générative, sémiotique et poétique"  : …  Un mot encore sur la théorie poétique de Jakobson, sans aucun doute la contribution la plus importante de la linguistique à l'étude de la poésie. Prolongée par de nombreuses analyses de poèmes écrits dans diverses langues, cette théorie a suscité beaucoup de réactions, en France notamment, sans toujours être bien comprise. Selon Jakobson : « La… Lire la suite
JAUSS HANS ROBERT (1921-1997)

Écrit par :  Karlheinz STIERLE

Né à Göppingen, Hans Robert Jauss est avec Wolfgang Iser le fondateur d'un groupe de recherche littéraire connu sous le nom d'école de Constance. À la théorie traditionnelle de la production et de l'imitation littéraires, celle-ci oppose une théorie de la réception qui, pour la première fois, fait du lecteur un protagoniste essentiel de la… Lire la suite
KRISTEVA JULIA (1941-    )

Écrit par :  François POIRIÉ

Née à Sliven en Bulgarie en 1941, agrégée de lettres modernes de l'institut de littérature de l'Académie des sciences (Sofia), Julia Kristeva travaille en France depuis 1966. Après un doctorat de 3e cycle, elle est attachée de recherche au Centre national de la recherche scientifique, secrétaire générale de l'Association… Lire la suite
LACOUE-LABARTHE PHILIPPE (1940-2007)

Écrit par :  Francis WYBRANDS

et religion est inséparable de visions politiques du monde dont le xxe siècle aura expérimenté toutes les possibilités, jusqu'aux plus abjectes. Poétique et politique forment alors les deux grands axes d'une aventure placée sous le signe de la « déconstruction mimétique » – avec et contre Heidegger… Lire la suite
LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

Écrit par :  Catherine FUCHS

Dans le chapitre "La poétique"  : …  La poétique, qui, elle aussi, remonte à Aristote, est l'étude de l'ensemble des procédés constitutifs de l'art poétique (tragédie, épopée, ...) en tant que création verbale. Au cours des siècles, elle s'est trouvée très largement absorbée par la rhétorique, en particulier à travers l'étude des figures… Lire la suite
LINGUISTIQUE & LITTÉRATURE

Écrit par :  Pierre KUENTZ

Dans le chapitre "Poétiques"  : …  C'est une combinaison assez différente de linguistique et de littérature qui s'est organisée dans le domaine de la poétique, sur un système d'échanges plus que de complémentarité. On suppose ici que la réponse à la question « qu'est-ce qui fait qu'un texte littéraire est un texte littéraire ? » doit pouvoir être obtenue à l'aide de critères formels… Lire la suite
LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

Écrit par :  Jean-Claude MILNER

Dans le chapitre "L'insuffisance empirique de la linguistique"  : …  user de procédures empruntées à l'analyse freudienne. Un domaine d'élection pour de telles importations : la poétique. Ici encore les travaux de Jakobson doivent être cités ; armé qu'il est de son savoir de linguiste, il n'hésite pas à recourir, quand il s'agit d'analyser un poème, aux techniques développées par Freud pour l'analyse du lapsus… Lire la suite
MANUSCRITS - La critique génétique

Écrit par :  Pierre-Marc de BIASI

Dans le chapitre "Genèse et poétique"  : …  C'est chez les poéticiens (G. Genette) que l'interrogation sur les rapports entre critique textuelle et critique génétique a été menée avec la plus grande netteté, et avec un profit indéniable dû aux apports notionnels de la narratologie :« La génétique ne détruit pas les principes d'une poétique narrative. Mais elle mine l'assurance que pourrait… Lire la suite
MÉTAPHORE

Écrit par :  Jean-Yves POUILLOUX

Dans le chapitre "Pratique et poétique de la métaphore"  : …  Personne sans doute n'a mieux que Proust senti et fait sentir à quel point la métaphore est tout autre chose qu'une figure de rhétorique ; elle est un moyen d'approcher et de retenir la sensation du réel, c'est-à-dire l'événement fugitif au cours duquel nous avons eu un instant le sentiment d'être vraiment au cœur des choses… Lire la suite
MOTIF, poétique

Écrit par :  Véronique KLAUBER

Dans l'œuvre littéraire, le motif est « une toile de fond, un concept large, désignant soit une certaine attitude — par exemple la révolte —, soit une situation de base impersonnelle dont les acteurs n'ont pas encore été individualisés » (Raymond Trousson). Ainsi le motif du « cœur mangé » apparaîtra-t-il dans la littérature médiévale dans une… Lire la suite
MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

Écrit par :  Alain MICHEL

Dans le chapitre "Splendeur créatrice de la latinité romane (XIe-XIIe s.)"  : …  vertus. Une combinatoire littéraire se trouve constituée. Tel est sans doute le principal enseignement des Arts poétiques qui paraissent à la fin du xiie siècle (Geoffroy de Vinsauf, Mathieu de Vendôme...). La réflexion sur le langage qui s'institue de la sorte se reflète dans une étonnante série de comédies latines qui… Lire la suite
MOYEN ÂGE - L'affirmation des langues vulgaires

Écrit par :  Emmanuèle BAUMGARTNER

Dans le chapitre "Dante et le « vulgaire illustre » "  : …  littéraire composite, « qui appartient à toute ville italienne et n'apparaît le bien propre d'aucune » (I, XVI). Mais ce traité est surtout une méditation sur l'origine et l'être même du langage qui jette dans un second temps les fondements d'une poétique en langue vulgaire, exemplairement illustrée par la cantio, la chanson d'amour. Issues de l'… Lire la suite
MUKAŘOVSKY JAN (1896-1975)

Écrit par :  Vladimir PESKA

Théoricien littéraire et esthéticien tchèque, Jan Mukařovsky fut professeur des universités de Bratislava et de Prague ; il publie en 1923 une étude sur le vers tchèque. Dès 1926, aux côtés de Mathesius (qui en était le fondateur), de Jakobson, Trnka, Rypka, Vachek, Troubetzkoy, etc., il est membre du cercle linguistique de Prague. Parallèlement… Lire la suite
NATURE PHILOSOPHIES DE LA

Écrit par :  Maurice ÉLIE

Dans le chapitre "La « Naturphilosophie »"  : …  On n'est évidemment pas surpris de constater que l'aspect affectif et poétique de l'entreprise apparaisse d'abord chez des poètes tels que Friedrich Schlegel, Hölderlin ou Novalis. En ce sens, la Naturphilosophie commençante est une véritable poétique de la nature, au double sens du terme, comme expression et comme création,… Lire la suite
NISHIWAKI JUNZABURŌ (1894-1982)

Écrit par :  Jean-Jacques ORIGAS

Après 1920, la poésie japonaise se métamorphose soudain. Les grandes villes s'étendent, le rythme s'accélère. Les sensibilités s'exacerbent. L'avant-garde fascine les esprits. Hirato Renkichi lance en 1921 la Première Déclaration du mouvement futuriste japonais et, en 1923, Takahashi Shinkichi compose… Lire la suite
OPITZ MARTIN (1597-1639)

Écrit par :  Hélène FEYDY

Théoricien de la poésie baroque, Martin Opitz est considéré comme le « père de la poésie allemande ». Né en 1597 à Bunzlau, en Silésie, il est issu de la petite bourgeoisie luthérienne et fera une carrière brillante d'homme de lettres et de diplomate. Son sens politique lui permettra de traverser la… Lire la suite
PARODIE, littérature

Écrit par :  Daniel SANGSUE

Dans le chapitre "La parodie comme réflexion en acte"  : …  Les formalistes russes, dans les années 1920, jugeront à l'inverse que la parodie, comme toutes les pratiques qui mettent un texte en relation avec un autre texte (relation à laquelle Julia Kristeva donna par la suite le nom d'intertextualité), témoigne de la vitalité d'une littérature et constitue un… Lire la suite
PELETIER DU MANS JACQUES (1517-1582)

Écrit par :  Bernard CROQUETTE

Poète français, mais aussi grammairien, mathématicien et médecin, esprit mobile et curieux, bouillonnant d'aspirations et d'idées. Un peu plus âgé que Ronsard et que Du Bellay, il fait la connaissance du premier puis du second avant même qu'ils n'entrent au collège de Coqueret, et leur prodigue ses conseils. Il préside ainsi… Lire la suite
PERSONNIFICATION, esthétique

Écrit par :  Bernard CROQUETTE

« Figure de pensée », selon la terminologie de la rhétorique, consistant à représenter à l'aide des traits humains, physiques ou moraux, une abstraction ou une chose inanimée : ainsi les vices et les vertus dans la littérature (comme dans la peinture ou la sculpture) médiévale, et les vertus encore dans l'œuvre de Péguy. (Si l'écrivain prête, en… Lire la suite
PLÉIADE

Écrit par :  Gilbert GADOFFRE

Dans le chapitre "Une poétique commune"  : …  Second article du projet : la création d'une langue poétique spécifique, aussi différente de la langue parlée courante que le latin humaniste pouvait l'être de celui des hommes d'Église et des juristes. Là encore il faut se reporter aux présupposés humanistes sur le langage pour comprendre cette position. Pour Budé comme pour Valla, la pensée n'… Lire la suite
POÉSIE

Écrit par :  Michel COLLOTDominique VIART

Dans le chapitre "L'initiative aux mots"  : …  en puissance du structuralisme président à la naissance d'une « poétique » qui envisage le texte comme un microcosme verbal clos sur lui-même. La définition jakobsonienne de la fonction poétique, qui met l'accent sur la forme de l'énoncé, semble définir l'essence même de la poésie, sa « littérarité ». L'année 1960 voit la naissance de l'… Lire la suite
POÉTIQUE, Aristote

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

On a pu dire de la poétique conçue comme discipline que son histoire coïncidait pratiquement avec celle de la réception de la Poétique (Poiètikè) d'Aristote (env. 385-env. 322 av. J.-C.), composée vers 340 avant J.-C. Peu d'… Lire la suite
PUTTENHAM GEORGE (1529 env.-env. 1590)

Écrit par :  Henri FLUCHÈRE

D'aucuns disent que c'est Richard, son frère, et non George, qui a écrit le célèbre traité de rhétorique The Arte of English Poesie publié sans nom d'auteur en 1589, par Richard Field, l'éditeur des poèmes de Shakespeare. On ne sait rien des Puttenham, sinon que leur mère était la sœur de sir Thomas Elyot… Lire la suite
ROCHE DENIS (1937-2015)

Écrit par :  Jude STÉFAN

aux éditions Tchou de 1964 à 1970. Il devient par la suite membre du comité éditorial des éditions du Seuil.Si, dans les années 1950, les seuls noms de Bonnefoy, Schehadé ou Pichette avaient été synonymes de renouvellement de la poésie moderne, vers la fin des années 1960 apparaissent plusieurs œuvres réaffirmant la liberté audacieuse du vers… Lire la suite
SCALIGER JULES CÉSAR (1484-1558)

Écrit par :  Jean-Yves POUILLOUX

Né en Italie d'une famille qu'il prétendait illustre et qui fut très vraisemblablement obscure, condottiere de l'épée avant de devenir « gladiateur des lettres » (Nisard), tour à tour étudiant et moine, Jules César Scaliger s'initie à la médecine, qu'il vient exercer en France : il se fixe à Agen, qu'il ne quittera pratiquement plus. Doué d'une… Lire la suite
SEBILLET THOMAS (1512?-1589)

Écrit par :  Bernard CROQUETTE

Avocat au parlement de Paris, qui s'est fait un nom dans les lettres par plusieurs traductions et quelques opuscules, mais surtout par la publication, un peu moins d'un an avant la Deffence et illustration de la langue françoise de Du Bellay, du premier art poétique de la littérature française :… Lire la suite
SPITZER LEO (1887-1960)

Écrit par :  Georges MOLINIÉ

Né à Vienne, cet Autrichien fut, comme Erich Auerbach, professeur à l'université de Marburg avant de s'exiler également à Istanbul puis aux États-Unis. Le livre qui permet le plus facile accès à son œuvre, en France, s'intitule Études de style (Gallimard, 1970) : c'est un recueil d'articles, pour la… Lire la suite
STYLE

Écrit par :  Mikel DUFRENNE

Dans le chapitre "Le discours de la stylistique"  : …  s'exerce. Comme dit Jakobson, la grammaire de la poésie – étude des moyens d'expression poétique en puissance dans la langue – est inséparable de la poésie de la grammaire – étude des effets obtenus dans le texte par le recours à ces moyens. Si l'on s'attache aux propriétés stylistiques de la langue, « on ne peut les expliquer par le seul… Lire la suite
STYLISTIQUE

Écrit par :  Georges MOLINIÉ

Dans le chapitre "Une approche du discours littéraire"  : …  »). Il faut préciser aussi le second. Littéraire sera pris au sens jakobsonien de poétique, c'est-à-dire de tout ce qui relève, plutôt que d'une incertaine fonction poétique, d'un fonctionnement du langage à régime de littérarité. Le discours littéraire sera donc analysé dans et selon ce fonctionnement : à travers… Lire la suite
TEXTE THÉORIE DU

Écrit par :  Roland BARTHES

Dans le chapitre "La crise du signe"  : …  des discours : toute une part de la littérature est passée à la linguistique (au niveau de la recherche, sinon de l'enseignement), sous le nom de poétique (translation dont Valéry avait vu la nécessité) et a échappé de la sorte à la juridiction de l'histoire de la littérature, conçue comme simple histoire des idées et des genres. Enfin, la Lire la suite
THÉOLOGIENS ET MYSTIQUES AU MOYEN ÂGE. LA POÉTIQUE DE DIEU, Ve-XVe SIÈCLES, livre de Alain Michel

Écrit par :  Daniel RUSSO

Dans le chapitre "Poétique et théologie"  : …  L'auteur précise en premier lieu les rapports de la poétique à la théologie. Celle-ci traite de la Révélation et elle est donc parole de Dieu et parole sur Dieu. En même temps qu'elle est incluse dans une poétique, c'est-à-dire dans un ensemble de règles et de préceptes qu'on peut interpréter d'après la tradition antique, classique et judéo-… Lire la suite
UNANIMISME, littérature

Écrit par :  Véronique KLAUBER

Avec le naturisme, l'intégralisme et l'école romane, l'unanimisme est l'un des mouvements poétiques qui s'engouffrent dans le vide ressenti après la disparition du symbolisme et avant l'apparition du surréalisme en France. Jules Romains en fut le promoteur : il racontera à André Cuisenier comment il eut, en 1903, « l'intuition d'un être vaste et… Lire la suite
VALÉRY PAUL (1871-1945)

Écrit par :  Michel JARRETY

Dans le chapitre "Et la lassitude et la gloire"  : …  et dominée pour laquelle il réintroduit dans le lexique des études littéraires, et au plus près de l'étymologie, le mot de Poétique dont il choisit d'intituler le cours qu'il professe au Collège de France de 1937 jusqu'à sa mort, que nous ne connaissons malheureusement que par des notes éparses d'auditeurs, mais dont l'influence fut vive sur… Lire la suite
VERS LIBRE

Écrit par :  Jacques JOUET

Bien avant d'être nommément « vers libre », le vers français s'est souvent autorisé la variabilité métrique. Il s'agissait des « vers irréguliers », ceux dont parle La Fontaine dans un Avertissement à ses premiers contes : « L'auteur a voulu éprouver lequel caractère est le plus propre pour rimer des… Lire la suite
VILLON FRANÇOIS (1431-apr. 1463)

Écrit par :  Jacqueline CERQUIGLINI-TOULET

Dans le chapitre "Un lignage littéraire"  : …  niveaux de sens et de leur mise en doute respective. La discontinuité chez Villon est une poétique, c'est-à-dire un choix. Le poète désigne lui-même certains passages de son texte comme digressions : « En cet incident me suis mis » (Le Testament, huitain 33), et, qui plus est, digressions inutiles : « Qui de rien ne sert à mon… Lire la suite
ZUKOFSKY LOUIS (1904-1978)

Écrit par :  Jacques DARRAS

L'itinéraire de Louis Zukofsky, juif new-yorkais né dans le Lower East Side de Manhattan en 1904, recoupe les tendances de la grande poésie américaine de ce xxe siècle. Héritier de Pound et de William Carlos Williams mais aussi de Cummings, contemporain… Lire la suite
ZUMTHOR PAUL (1912-1995)

Écrit par :  Bernard CERQUIGLINI

rhétoriqueurs, qu'il a magistralement réhabilités (au grand plaisir de l'Oulipo, dont il était l'ami) ; cette orientation formelle le convainc d'introduire la sémiologie dans les études médiévales : l'Essai de poétique médiévale célèbre les noces du médiévisme et de la pensée critique contemporaine. Les recherches sur l'oralité, ensuite,… Lire la suite

Afficher la liste complète (58 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.